Adam Erne ratera la première ronde

Adam Erne, qui souffre d'une lacération de la... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Adam Erne, qui souffre d'une lacération de la rate, vise un retour au jeu le 1er avril.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après un repos forcé de deux semaines au Connecticut, l'attaquant Adam Erne, qui soigne une lacération de la rate, est de retour dans l'environnement de l'équipe. L'espoir du Lightning patine présentement en solitaire, mais ne devrait pas participer à la série face aux Huskies de Rouyn-Noranda. À moins que...

C'est connu : avec l'arrivée des séries éliminatoires, la loi du secret reprend ses droits dans les vestiaires de la LHJMQ. Qu'il s'agisse de la nature des blessures ou de la longueur des absences, les organisations deviennent plus frileuses à partager l'information, quand elles n'envoient tout simplement pas les esprits inquisiteurs sur de fausses pistes. Le but? Éviter des attaques sournoises sur la glace ou créer l'effet de surprise.

Cela n'explique toutefois pas l'aura de mystère entourant les statuts des deux vedettes des Remparts, Anthony Duclair et Adam Erne, qui souffrent plutôt de maux dont les périodes de convalescence sont difficiles à circonscrire.

Dans le cas du premier, l'organisation affirme qu'il se porte bien et que sa récupération suit son cours, depuis la commotion cérébrale subie à Shawinigan, le 28 février. Il n'aurait toutefois pas recommencé à patiner. Devant témoins, du moins!

Mystérieuse blessure

Aperçu dans l'entourage de l'équipe, lundi, l'espoir des Rangers s'est refusé à tout commentaire sur son état, affirmant qu'il s'agissait d'une politique interne. Bien malin qui saurait dire s'il affrontera les Huskies, au cours de la série qui se mettra en branle vendredi, au Colisée Pepsi!

Quant à Erne, il s'est fait un peu plus bavard, affirmant viser un retour au jeu le 1er avril. Cela coïnciderait avec le septième match de la série face aux Huskies, si elle devait se rendre à la limite.

«C'est bon d'être de retour sur la glace, mais j'ai hâte de jouer. Les séries, c'est la meilleure période de l'année. Mais je devrai encore attendre jusqu'au 31 mars et passer une autre échographie pour confirmer si je suis prêt», a indiqué l'Américain de 18 ans.

Ce dernier s'explique encore mal la blessure qui lui a été infligée à la suite d'un coup au thorax, lors d'un match contre les Cataractes, le 16 février. Son état avait nécessité une hospitalisation.

«Je pensais être blessé aux côtes. Je n'avais aucune idée de ce que c'était. Je ne pensais pas que ce serait aussi long. Dans ma malchance, j'ai été chanceux qu'il n'y ait pas de rupture de la rate», a laissé entendre l'auteur de 21 buts et 41 passes en 48 matchs.

Faire le plein d'énergie

Deux jours après l'incident, l'attaquant ne ressentait plus de douleur, ce qui n'est pas nécessairement un signe de rétablissement complet, avec le fragile organe qu'est la rate. C'est pourquoi Erne a d'abord été confiné au domicile familial, puis a repris tranquillement l'entraînement en gymnase, avant de rechausser les patins, cette semaine.

Pour l'instant, il n'est toujours pas autorisé à recevoir des contacts physiques et ne s'entraîne pas avec ses coéquipiers. Il profite de ce temps pour guérir ses petits bobos et faire le plein d'énergie en vue de la deuxième ronde des séries.

«C'est une longue saison. Ça me permet de profiter d'une pause. C'est plate de ne pas jouer, mais c'est une bonne chose d'avoir pu bénéficier de ce temps-là. [...] Entretemps, j'espère que les gars [feront payer aux Huskies l'élimination de l'année passée]. Je suis sûr qu'ils le peuvent», a affirmé Erne, qui sera leur plus grand partisan d'ici là.

*******************

La job de Tourigny en jeu!

La rivalité entre les Huskies et les Remparts s'est transportée au Centre Bell lundi, où Patrick Roy a affirmé avoir misé avec André Tourigny sur le duel de première ronde qui s'amorcera entre les deux équipes, vendredi. «La job d'André est en jeu! Si les Huskies gagnent, il ne sera pas de retour avec l'Avalanche. Alors d'après moi, pour les Remparts, tout est correct!» a lancé Roy, en boutade. Les deux anciens entraîneurs rivaux ont joint leurs forces derrière le banc de l'Avalanche cette saison, mais demeurent toujours copropriétaires de leurs formations juniors respectives. C'est pourquoi ils ont continué de les suivre de près toute la saison. «J'ai parlé à plusieurs reprises avec Philippe Boucher et Martin Laperrière. Ils ont connu quand même une saison difficile en ce qui a trait aux blessures, mais si on regarde au point de vue du hockey, je pense que l'équipe s'est bien débrouillée», a estimé Roy.

Brassard se sent d'attaque

Après avoir offert une performance d'anthologie malgré un bris de patin le privant de son réchauffement, dimanche, le gardien François Brassard se sent d'attaque pour amorcer les séries. «On a encore un goût amer de l'année passée dans le vestiaire... On va essayer de commencer les séries en force. Les deux premiers matchs sont très importants et vont donner le ton à la série», a jugé l'espoir des Sénateurs, qui se dit très confiant. Un état que sa sortie de dimanche au Colisée de Rimouski a confirmé à Philippe Boucher. «Son patin se brise avant l'échauffement et il joue sa meilleure game de l'année. Ça ne l'a pas affecté et c'est ça que tu veux voir. Parce que dans les séries, il faut que tu te prépares pour n'importe quoi», a-t-il constaté.

En vitesse...

Les Remparts bénéficient d'un congé mardi. Ils le passeront sur les bancs d'école. Ils reprendront l'entraînement mercredi, où ils amorceront leur préparation en vue de l'affrontement de vendredi face aux Huskies. «Notre routine va être la même. La seule différence, c'est qu'on va aller à l'hôtel jeudi soir», a indiqué Philippe Boucher... Même si le format de série 2-3-2 répond à des impératifs financiers et géographiques, le pilote des Remparts préfère le format traditionnel du 2-2-1-1-1. Chez les joueurs qui ont vécu la série contre Rouyn en 2013, ses effets pervers n'ont pas été oubliés. «On avait perdu le deuxième match à Québec, on avait perdu le momentum et on avait eu de la misère à se relever. Cette année, on va y aller match par match», a indiqué François Brassard.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • L'examen final de Mikhail Grigorenko

    Remparts

    L'examen final de Mikhail Grigorenko

    S'il y a une chose que Mikhail Grigorenko a apprise à son deuxième renvoi chez les Remparts, c'est que rien n'est garanti dans le monde du hockey.... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer