Les Remparts résilients

Ayant subi une fracture du pouce le 9... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Ayant subi une fracture du pouce le 9 février dernier, Massimo Carozza n'est pas proche d'un retour au jeu, même s'il recommence à patiner aujourd'hui.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ayant autant de blessés à l'attaque qu'il faut de joueurs pour composer deux trios, les Remparts se trouvent dans une situation qui leur est trop familière, cette saison. Privés de plusieurs leaders offensifs, comme Erne, Archambault et Sorensen, les hommes de Philippe Boucher doivent maintenant resserrer les rangs.

À trois semaines du début des séries éliminatoires, les Remparts doivent faire preuve d'imagination pour pallier les nombreuses absences et pour accélérer le retour au jeu des blessés. C'est dans ces moments-là, que le travail du thérapeute du sport Steve Bélanger et de l'entraîneur adjoint Pierre Sévigny prend tout son sens.

«Steve, c'est pour nous dire quand les gars sont prêts à embarquer sur la glace. Pierre, lui, c'est pour ne pas les lâcher. Si je prends l'exemple de [Massimo] Carozza, lorsqu'il va revenir, on ne sait pas s'il va jouer sur la quatrième ou la deuxième ligne. Au nombre de joueurs qui nous manquent, il sera peut-être sur la deuxième ligne, où le niveau d'intensité va avoir monté d'une coche. Ça fait qu'il faut maximiser [son conditionnement] à partir du moment où Steve nous donne le feu vert», a expliqué Boucher, après le long entraînement des siens mercredi au lendemain d'un congé de deux jours.

Ayant subi une fracture du pouce dans le match du 9 février à Sherbrooke, Carozza recommencera à patiner en solitaire aujourd'hui, sous la supervision de Sévigny, sans pour autant être proche d'un retour au jeu.

«T'as beau faire du vélo tant que tu veux, ce n'est pas le Tour de France, jouer au hockey. C'est spécifique. Il n'y a rien de plus dur que de patiner. La course peut préparer les joueurs un peu mieux que le vélo, mais encore là... C'est pour ça qu'on veut le ramener sur la glace le plus tôt possible. Éventuellement, ce sera la même chose pour Archambault et pour Erne», a soutenu Boucher.

Dans l'intervalle, l'entraîneur-chef doit se montrer inventif dans la composition de ses trios, lui qui avait réussi à assembler trois lignes efficaces avant que la guigne ne se mette à s'acharner sur son équipe.

«C'est de valeur, parce que Grigorenko, Chapman et Archambault, ç'a bien été quand on les a mis ensemble. Après ça, on avait Erne, Herzog et Sorensen qui allaient bien ensemble. Duclair et Etchegary vont bien ensemble. Ç'a duré une game et là, il manque déjà plus que la moitié de ces gars-là! C'est ça qui est ça», a philosophé le pilote, à la Martin Léon.

«Style plus responsable»

Malgré l'adversité, Boucher apprécie la résilience de sa troupe, qui semble toujours être capable d'élever son jeu dans les moments opportuns. C'est en tout cas ce qu'elle a fait à Drummondville dimanche, où elle a joué un match méthodique contre une formation reconnue pour sa ténacité.

«En jouant un style fermé, ou plutôt plus responsable, on a eu 15 à 20 chances de marquer. On a une équipe offensive, alors on n'empêchera jamais les gars d'être créatifs, dans toutes les situations. Mais on peut leur demander d'être un petit peu plus responsable et c'est ce qu'on fait. Quand les gars le font bien, ça nous donne une chance de gagner.»

Le possible retour au jeu d'Alexandre Caron-Roy (commotion cérébrale), en fin de semaine, donnerait également un coup de main. L'attaquant doit passer un test aujourd'hui afin de déterminer s'il est prêt à reprendre l'action. Quant à Sorensen et à Archambault, ils n'ont pas patiné, hier. Pour ce qui est de Erne, il se trouve en convalescence chez lui, au Connecticut.

Hubert Lamarre... (Photothèque le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Hubert Lamarre

Photothèque le Soleil, Pascal Ratthé

Lamarre et Maheux à la rescousse

Si la situation des blessés est préoccupante chez les Remparts, elle a aussi ses bons côtés, puisqu'elle permet à certains joueurs de s'illustrer. C'est le cas du centre Hubert Lamarre, spécialiste du désavantage numérique à peine de retour d'une blessure, et du défenseur Raphaël Maheux, qui est en train de faire sa marque comme... attaquant.

«Il y en a plein de positif. Si on était en santé, Lamarre n'aurait peut-être pas joué tout de suite. Et en ce moment, il joue du bon hockey. Maheux, à l'attaque, c'est une expérience qui est plus que concluante. [...] Tout le monde veut des gros bonhommes à l'avant, des gars qui frappent et qui s'impliquent physiquement. Avec lui, on en a peut-être un avec nous autres. S'il fait ça, il va jouer à tous les soirs», a annoncé Philippe Boucher.

Maheux se dit heureux de pouvoir aider l'équipe en rejoignant le groupe des attaquants. Il ne s'agit d'ailleurs pas d'une première expérience pour le défenseur originaire de Québec. «Quand j'étais jeune, je jouais à l'attaque, alors je ne suis pas perdu sur la glace dans le junior. J'ai encore des repères. On a beaucoup de blessés avec Archambault et Erne, alors ça ne me dérange pas de dépanner à l'attaque. [...] Mon rôle est simple, c'est d'être physique et d'éviter les revirements», a-t-il résumé.

Quant à Lamarre, il réintégrait l'alignement le 18 février, après avoir raté une cinquantaine de matchs en raison d'une fracture de la rotule. Trois rencontres plus tard, il n'hésite pas à bloquer des lancers, même s'il s'était blessé de cette manière. «Ma blessure est derrière moi. Je n'y pense plus. C'est sûr que jouer en désavantage numérique, c'est ma spécialité. J'ai recommencé à le faire et ça va bien. Je garde les choses simples. Je pense que c'est la voie pour que ça aille bien», a soutenu le Beauceron, mercredi.

Selon Lamarre, il y a beaucoup de points positifs à tirer de la victoire de dimanche à Drummondville. «C'était une belle victoire d'équipe. On a bien travaillé. Je pense que juste le fait de faire des replis défensifs, de bloquer des lancers, de faire les petits détails qu'il faut qu'on fasse, ç'a aidé. C'est comme ça qu'on s'en va vers les séries éliminatoires. C'est le résultat qui compte.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Entorse cervicale pour Nick Sorensen

    Remparts

    Entorse cervicale pour Nick Sorensen

    Les mauvaises nouvelles ne cessent de s'accumuler chez les Remparts de Québec, qui devront se passer des services de Nick Sorensen, d'Olivier... »

  • Grigorenko: batailler dans l'adversité

    Remparts

    Grigorenko: batailler dans l'adversité

    À première vue, le trio formé d'Adam Chapman, de Mikhail Grigorenko et d'Olivier Archambault surprenait, mais sur la glace, l'éclectique combinaison... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer