Roy aurait pu garder ses trois joueurs européens

En échangeant un des trois Européens de l'équipe,... (Photo Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

En échangeant un des trois Européens de l'équipe, les Remparts ont voulu que tous puissent jouer, dont Nick Sorensen, qui souhaitait obtenir de la visibilité à son année de repêchage.

Photo Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

(Québec) À sa stupéfaction, Patrick Roy a appris que les Remparts auraient pu garder leurs trois joueurs européens - Mikhail Grigorenko, Nick Sorensen et Nikita Kucherov - dans leur formation toute la saison, lors d'une réunion du comité hockey de la LHJMQ, le 28janvier, soit 20 jours après la fin du lock-out dans la LNH et la date limite des échanges dans le Circuit Courteau.

Persuadé qu'il ne pourrait aligner ses trois Européens plus longtemps et toujours incertain de la situation de Grigorenko avec les Sabres de Buffalo, Roy s'était départi de Kucherov, en novembre. Une décision qui est revenue le hanter en deuxième ronde des séries. Ce n'était toutefois pas faute d'avoir demandé des éclaircissements sur la nouvelle règle de la LCH permettant aux équipes qui possèdent un Européen repêché en première ronde dans la LNH d'en sélectionner un troisième.

«À toutes les semaines, j'appelais Gilles Courteau pour qu'il m'explique. Jamais on ne m'a dit qu'au 8 janvier, je pourrais aligner trois Européens. On va se dire les vraies choses : personne ne voulait ça. Je pourrais être amer aujourd'hui, mais je ne suis pas capable d'être amer. Parce que d'un autre côté, il y avait tellement d'inconnues avec Grigorenko...» a laissé entendre le directeur général des Remparts.

De l'«improvisation»

Dès le départ, l'application de la nouvelle règle s'est faite dans l'«improvisation» par la Ligue canadienne de hockey, soutient-il. On a d'abord prétendu que les trois joueurs pourraient être utilisés en alternance, sans pour autant requérir la signature d'un nouveau contrat, ce sur quoi la ligue est revenue plus tard. «On s'est retrouvé avec la problématique qu'il ne nous restait plus que cinq ou six contrats disponibles. On ne pouvait plus alterner les joueurs et être patients comme on l'aurait souhaité», explique-t-il.

Pendant ce temps, les agents des trois joueurs s'impatientaient et demandaient à ce que leurs protégés jouent. D'une part, Kucherov voulait prouver sa valeur aux yeux de la Fédération russe, afin de participer au Mondial junior. Quant à Sorensen, il souhaitait une visibilité légitime à son année de repêchage. Un ensemble de facteurs qui a fini par mettre de la pression sur l'organisation. Elle a donc fait un choix.

«On pense qu'avec les joueurs européens, la loyauté va nous amener plus loin que le court terme. C'est ce qu'on a fait dans ce dossier-là. On avait déjà deux joueurs en place. On voulait respecter ces deux joueurs-là et permettre aux trois de connaître une belle saison dans la LHJMQ. On n'a aucun avantage à avoir un joueur amer, surtout un Européen, et qu'il véhicule un message de l'autre côté qui nous empêche d'aller chercher d'autres joueurs.»

Aucun regret

Les Remparts ne regrettent donc pas leur décision d'avoir procédé à une transaction, même si à court terme, «ça écoeure», admet Roy. Dans l'échange, ils ont mis la main sur le défenseur d'avenir Cody Donaghey, ainsi que des choix de deuxième ronde en 2013 et de troisième tour en 2014.

«On a quand même eu quelque chose en retour pour Kucherov. Avec le recul, est-ce que repêcher trois Euros, c'était la meilleure solution? Avec tout ce qu'on sait aujourd'hui, je suis sûr que la LCH va améliorer la situation. On a été un peu les cobayes de ce nouveau processus-là...»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer