Appel à la persévérance chez les Remparts

Patrick Roy souligne que tout peut arriver en... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Patrick Roy souligne que tout peut arriver en séries et que c'est pour cela qu'il faut faire preuve de persévérance.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

(Rouyn-Noranda) Devant une situation d'urgence, la persévérance s'avère le remède le plus important. Voilà le message que l'entraîneur-chef Patrick Roy passait à ses joueurs à la veille du match que les Remparts de Québec doivent absolument remporter afin de poursuivre leur saison.

En signant deux victoires successives devant leurs partisans, les Huskies de Rouyn-Noranda ont pris une avance de 3-1 dans cette série quart de finale et ils tenteront d'accéder au carré d'as dès vendredi soir, à l'aréna Iamgold, où aura lieu le cinquième match.

Mais l'histoire récente montre qu'il est possible de combler des déficits. Cette semaine, les Remparts ont laissé filer des avances de 2-1 et 4-3 alors qu'ils menaient après deux périodes dans les matchs trois et quatre. Et lors des deux campagnes précédentes, ils ont perdu des séries contre Gatineau et Halifax même s'ils se retrouvaient dans la même position avantageuse que les Huskies présentement, soit avec une priorité de 3-1.

«Si c'était fini, on s'en irait. Demain [vendredi], il n'y a aucune raison pour ne pas être confiant. Ils [les Huskies] ont eu l'avance pendant 17 minutes dans les deux matchs et les trois minutes de prolongation disputés ici, on ne peut pas penser qu'on peut pas être dans le coup», estimait Roy sur le bord de la glace.

Tempête prévue

Il se doute bien qu'une tempête soufflera pendant les 5 à 10 premières minutes, les Huskies cherchant à imposer leur rythme en partant. Pour contrer cela, les Remparts devront porter une attention particulière à certains détails qui ont peut-être fait défaut jusqu'à présent.

«On ne virera pas notre situation de bord de A à Z, mais il y a certaines choses où l'on peut être meilleurs et c'est ce qu'on a abordé ce matin [jeudi]. Les gars le savent», disait-il en faisant référence aux avances perdues.

Les Remparts n'ont pas mal joué dans le dernier match, mais Roy avouait ne pas chercher à bâtir là-dessus. En fait, il préfère ne pas penser au pointage final, mais bien plus au processus menant à celui-ci.

«Je ne cherche pas à connaître le résultat, on va le savoir après le match. Il faut se concentrer sur ce que l'on doit faire, de garder le focus sur ce qu'on a bien fait et regarder ce que l'on peut améliorer.»

Peu importe le niveau, tous les joueurs ont déjà vécu une telle situation où la victoire n'est que la seule option. «N'importe quand dans sa carrière, tout joueur a été confronté à la persévérance et c'est là qu'on est. On va jouer le match à 19h30, on verra après. Mais dans les séries, il y a de drôles d'affaires qui arrivent : ton gardien joue un mauvais match, les joueurs deviennent nerveux, tout peut arriver et c'est pour cela qu'il faut être persévérant.»

Son vis-à-vis n'est pas dans une situation de vie ou de mort, mais il ne prend rien pour acquis malgré l'avance de 3-1 qu'il apprécie. L'allure des deux derniers matchs laisse croire à André Tourigny qu'il ne faut pas compter l'adversaire comme étant battu à l'avance.

«On sait qu'on est à un match de retourner à Québec. Leur but, en venant ici, était de ramener la série chez eux et ils peuvent encore le faire. Ils ont vécu l'expérience [de perdre une série en menant 3-1], ils savent donc que le momentum peut virer. On va tout faire pour ne pas s'asseoir sur notre avance et rester dans le moment présent», soutenait le chef de la meute.

En vitesse...

Après réflexion, Patrick Roy a convié les joueurs à un léger entraînement sur glace, jeudi après-midi. «Au lieu de ruminer les causes de la défaite, je préférais que les gars se changent les idées, bougent et qu'ils aient un peu de fun», expliquait-il... Dès le début de la séance, la baie vitrée derrière le gardien a volé en éclats, mais l'homme d'entretien a dû patienter jusqu'à la fin de l'entraînement pour ramasser les débris... Les Huskies n'ont pas enfilé les patins, jeudi, optant pour un déjeuner d'équipe... L'avantage de la glace dans le cinquième match d'une série 2-3-2 est un couteau à double tranchant, selon André Tourigny. «Il ne faut pas que tu l'échappes parce que tu n'as pas la chance de revenir à la maison», notait l'entraîneur-chef des Huskies... Au premier hors-jeu, mercredi, Roy avait demandé à l'arbitre de vérifier la feuille d'alignement des Huskies, dans l'espoir qu'une faute d'orthographe au nom de Nikita Kucherov oblige ce dernier à quitter le match ou entraîne une punition. «J'étais blanc comme un drap, je me demandais ce qu'on avait fait», disait Tourigny à propos de la faute sans gravité.

Desjardins veut mettre le point final

Gabriel Desjardins ne veut pas s'y faire reprendre. L'actuel capitaine des Huskies ne veut surtout pas échapper l'avance de 3-1 détenue par son équipe dans la série contre Québec, lui qui avait vu son équipe gaspiller une telle priorité l'an dernier alors qu'il s'alignait avec les Remparts.

«Je l'ai vécu la saison dernière, il faut mettre le point final et ne pas voir trop loin. On se prépare pour le match de demain [vendredi], on ne pense à rien d'autre. Je ne veux pas qu'on s'appuie sur notre avance, il faut agir comme si on tirait de l'arrière 1-3», confiait le numéro 26 à l'aube du cinquième duel.

Desjardins se doute bien que les Remparts seront prêts à relever le défi. Et même s'il conserve des liens d'amitié dans le vestiaire d'en face et de la gratitude envers les entraîneurs, il se donnera corps et âme pour la cause des Huskies. «Je joue pour le logo sur mon chandail, ça [les Remparts] reste une équipe comme les autres. Je ne pense pas au passé, je donne mon 110 %», soulignait l'auteur de cinq buts et d'une passe depuis le début de cette série.

Desjardins n'est pas le seul à se souvenir du passé. Le défenseur des Remparts Marc-Antoine Carrier n'a pas oublié l'avance perdue contre les Mooseheads au printemps 2012. «On l'a vécu deux fois [2011 et 2012] à l'inverse, ce n'est pas une mission impossible [de revenir de l'arrière], on peut le faire vivre à une autre équipe. Notre objectif est de retourner à Québec. Il faut regarder ça un match à la fois et ne pas voir l'ampleur de la tâche.»

À l'instar de Carrier, Logan Shaw ne veut pas penser que le match d'aujourd'hui pourrait être le dernier de sa carrière. «Il s'agit d'une situation de vie ou de mort, on doit afficher du caractère et montrer un désir de vaincre. On n'est pas où l'on voudrait être, mais nous avons une victoire à aller chercher et retourner à Québec pour deux matchs, où l'on aurait l'avantage. Si l'on prend l'avance, on ne pourra pas jouer sur les talons, il faudra continuer à pousser», avançait l'attaquant, qui a participé à une courte séance d'entraînement dans la bonne humeur avec ses coéquipiers et les entraîneurs, jeudi, à l'aréna Iamgold.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Remparts: «Pas le choix de tourner la page»

    Remparts

    Remparts: «Pas le choix de tourner la page»

    «Il faudra avoir la bonne attitude et jouer avec l'énergie du désespoir. Il ne faut absolument pas abandonner, tout le monde y croit encore»,... »

  • Les Remparts face à l'élimination

    Remparts

    Les Remparts face à l'élimination

    En s'inclinant 5-4 en prolongation, mercredi soir à l'aréna Iamgold, les Remparts de Québec font maintenant face à l'élimination dans leur série ... »

  • Remparts: un jeu de puissance anémique

    Remparts

    Remparts: un jeu de puissance anémique

    «Il y a 10 joueurs qui attendent sur le banc pour jouer en avantage numérique, les gars qui ont la chance d'être utilisés devront faire mieux», a... »

  • Les Remparts s'écroulent en troisième période

    Remparts

    Les Remparts s'écroulent en troisième période

    Si les Remparts de Québec avaient une surprise du nom de Nick Sorensen à présenter à leurs adversaires en début de rencontre, les Huskies de ... »

  • Sorensen cible le match de vendredi

    Remparts

    Sorensen cible le match de vendredi

    Un grand blond de la Scandinavie ne passe pas longtemps inaperçu dans une petite ville abitibienne, surtout en plein milieu d'une série éliminatoire.... »

  • Remparts: le moment opportun de l'emporter sur la route

    Remparts

    Remparts: le moment opportun de l'emporter sur la route

    «S'il y a un moment où il peut être opportun de l'emporter sur la route, c'est demain [mardi]», indiquait l'entraîneur-chef Patrick Roy à la veille... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer