Rouyn-Noranda 6/Québec 1: une défaite sous les huées

Tirant de l'arrière par trois buts lorsqu'ils ont... (Photo Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Tirant de l'arrière par trois buts lorsqu'ils ont sauté sur la patinoire du Colisée Pepsi en début de troisième, les joueurs de l'entraîneur-chef Patrick Roy ont connu une période à l'image de leurs deux premières. Erratiques au niveau de leurs passes, ils ont aussi manqué de précision dans leurs tirs.

Photo Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Sur le même thème

(Québec) «Si j'avais été dans les gradins, j'aurais hué moi aussi, c'était mérité!» Ce commentaire du défenseur Marc-Antoine Carrier résumait bien la défaite de 6-1 des Remparts de Québec aux dépens des Huskies de Rouyn-Noranda, vendredi soir au Colisée Pepsi, en ouverture de la série quart-de-finale.

À l'instar de la précédente contre Chicoutimi, les Remparts ont bien mal entrepris leur deuxième ronde en disputant un match de piètre qualité. Ils s'inclinaient pour la troisième fois en quatre sorties devant leurs partisans depuis le début de la valse du printemps dans la LHJMQ.

«Je ne veux rien enlever à la performance des Huskies, mais je trouve regrettable d'en offrir une comme ça. Trois défaites en quatre matchs à domicile, c'est inacceptable; sortir comme ça, c'est inacceptable. Je ne peux pas dire que je suis content, on s'explique mal ce type de performance», avouait l'entraîneur-chef Patrick Roy à propos de la prestation de sa troupe.

Tout allait de travers pour les Remparts, qui ne sont jamais parvenus à jouer avec aplomb. Les Huskies ont marqué deux buts par période pour signer une victoire facile et n'ont jamais paru en danger, même quand les hommes en rouge ont réduit l'écart à 2-1 en fin de première.

«Juste le premier but, c'était une situation aberrante. Il y a un maximum d'erreurs qu'on peut faire sur une séquence, à un moment donné, elle va finir dans le filet...», disait Roy, qui ne parvenait pas à comprendre ce qui peut trotter dans la tête de son groupe.

«Si tu n'es pas excité à ce moment-ci, vas t'en chez vous, tu n'es pas à la bonne place. C'est le plus beau temps de l'année, tu as gagné une ronde, tu t'enlignes pour faire partie du top 4, si tu n'es pas excité, t'es pas dans le bon aréna», précisait celui qui ne perd pas espoir parce qu'il sait que son club peut l'emporter sur la route. Il se disait plus déçu qu'inquiet pour la suite.

Mais avant cela, les Remparts devront jouer avec l'urgence de gagner le match d'aujourd'hui «parce que ce soir [vendredi], l'urgence n'était pas au rendez-vous et les Huskies ne nous feront pas de cadeau», ajoutait-il.

Le premier trio n'a pas été à la hauteur

Adam Erne a été le seul à marquer dans la défaite. De l'autre côté, Nikita Kucherov a eu le privilège d'inscrire le premier but des Huskies et de préparer le deuxième. Maxime St-Cyr et Gabriel Slight ont réussi des doublés tandis que Gabriel Desjardins, un autre ancien des Remparts, comptait dans un filet désert avec cinq minutes à faire.

Pendant que l'attaque des Huskies s'affirmait, celle des Remparts s'éclipsait, mais Roy ne pointait personne. «Je pourrais lancer la pierre à un joueur, mais un paquet ne s'est pas présenté. Il n'y a pas de doute que nos meilleurs devront être nos meilleurs», avouait-il en concédant que son premier trio n'avait pas été à la hauteur face à celui des visiteurs.

NOTES : Duncan MacIntyre, Cody Donaghey, Hubert Lamarre (qui a recommencé à patiner vendredi) et Nick Sorensen n'ont pas joué pour les Remparts... L'ancien défenseur du Blizzard du SSF, Alexandre Leclerc, ratera toute la série en raison d'une double fracture à l'index de la main droite subie lors du premier match de la série précédente contre Drummondville... Il y avait 11 144 spectateurs dans les gradins en début de match.

Sorensen parti en ressourcement

Blessé en première ronde contre les Saguenéens, Nick Sorensen a été invité à prendre une semaine de congé à l'extérieur de Québec, d'où son absence de l'entourage de l'équipe ces derniers jours. Il serait aussi surprenant de revoir l'ailier suédois dans l'alignement d'ici à la fin de la série contre les Huskies.

Invité à faire le point sur l'état de santé du numéro 94, l'entraîneur-chef Patrick Roy ne débordait pas d'espoir de miser prochainement sur son meilleur buteur (6) de la ronde initiale. «Il s'agit d'une blessure malheureuse qui nécessite une période de rééducation minimale de quatre semaines en temps normal, alors on verra bien. On y va une semaine à la fois, mais dans son cas, on veut faire cela intelligemment. Si jamais il jouait dans cette série, ce serait une grande surprise pour moi», soulignait le patron.

Les Remparts n'ont pas dévoilé la nature de sa blessure en vertu de la sacro-sainte politique du secret des séries éliminatoires. Au départ, Roy parlait alors d'une absence de deux à trois semaines. Il soulignait aussi à quel point Sorensen était affecté par la tournure des événements, lui qui semble frappé d'un mauvais sort depuis son arrivée en ville.

«Nick est attaché aux Remparts et à Québec, il est très déçu de vivre autant de blessures. On lui a dit d'aller se reposer, se changer les idées et revenir revigoré. Vous pouvez me cuisiner toute la semaine, je n'ai pas voulu savoir où il allait parce que je savais que vous me poseriez la question et j'ai de la misère à raconter des mensonges... Il n'est pas à Québec et je ne m'attends pas à le revoir dans cette série.»

Les Remparts ont au moins l'habitude de jouer avec un alignement incomplet, puisqu'ils l'ont fait toute la saison. «Nous avons été malchanceux du côté des blessures, et sans être la pire saison à ce niveau, ç'a été difficile. On a perdu les Duclair, Etchegary, Lefebvre, Grigorenko, Sorensen, c'est plate pour tout le monde, mais on s'ajuste à cela. Ça fait partie du hockey, des séries et puis nos joueurs ont toujours trouvé une façon de surmonter ces obstacles.»

Carrier : «On a manqué de coeur»

Le vestiaire des Remparts s'est vidé à la vitesse de l'éclair après la première défaite. Qu'importe, les joueurs auraient tous tenu le même discours. «On s'est juste pas présenté, ça été une performance vraiment gênante. Il n'y a pas grand-chose qu'on a bien fait, on a manqué de coeur», notait le défenseur de 20 ans Marc-Antoine Carrier.

Selon lui, les Remparts n'ont pas le droit de jouer de la sorte à la maison. «On vient de se compliquer la vie. Je ne dirais pas qu'on est dans le trouble, c'est juste un match, mais comme il n'y a rien à sortir de positif, il faut l'effacer et recommencer», disait-il après que le gardien François Brassard, qui disait avoir bien joué, eut aussi affirmé que l'équipe n'avait pas connu le départ espéré. «On manquait d'intensité et de chien près du filet adverse, on a manqué d'opportunisme et après, on a comme abandonné», ajoutait celui qui estimait que cette première partie ne serait pas une indication de l'allure de la série.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer