Québec 4/Cap-Breton 1: dans la bonne direction

Jérémy Beaudry a marqué jeudi son premier but... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Jérémy Beaudry a marqué jeudi son premier but dans l'uniforme des Diables rouges.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

(Sydney) Avant d'élever leurs standards à la hauteur de leur réputation, ils doivent d'abord retrouver leur cohésion. Les Remparts de Québec ont fait un pas dans cette direction à l'occasion d'une victoire de 4-1 contre les Screaming Eagles du Cap-Breton, jeudi soir, dans le nid frisquet aussi appelé Centre 200.

Il s'agissait de leur deuxième victoire d'affilée après une séquence difficile de cinq défaites successives qui ont mené à cette remise en question. S'ils l'ont emporté, les Remparts ont cependant perdu les services des défenseurs Marc-Antoine Carrier (coude) et Duncan MacIntyre (haut du corps) en cours de route.

L'entraîneur-chef Patrick Roy ne pouvait préciser l'état de santé de ses deux arrières. MacIntyre s'est fait mal en troisième tandis que Carrier a quitté de façon incognito en fin de deuxième.

«J'ai frappé un joueur sur le tout dernier jeu de la période, c'est pour cela que ça n'a pas paru. Je ne sais pas ce qui est arrivé, mon coude a enflé», expliquait Carrier, en espérant avoir évité une blessure sérieuse.

Débuts inspirés

Les visiteurs du Québec ont commencé le match avec inspiration, dominant l'adversaire 15-6 dans les lancers en première. Ils ont d'ailleurs ouvert la marque dès la troisième minute, bien installés dans la zone payante et non pas en périphérie de celle-ci. Si le gardien François Brassard avait été en mesure de maîtriser une rondelle dirigée sur lui sans véritable danger, les visiteurs du Québec seraient rentrés au vestiaire avec une avance de 1-0 et non pas une égalité de 1-1.

Ce but a fait en sorte de donner du rythme à l'adversaire, mais les Remparts ont réussi à s'en tirer et à reprendre les devants en toute fin de deuxième. Ils allaient ajouter deux buts en fin de troisième, dont le dernier dans une cage déserte.

«On a sorti avec force et on aurait pu prendre les devants 2-0 ou 3-0 en première. C'est sûr que leur but nous a rendus nerveux et leur a donné du momentum pendant les 10 premières minutes de la deuxième. On est fragiles, mais j'ai dit aux gars qu'il fallait rester concentré. François a effectué un arrêt-clé en fin de deuxième et tout de suite après, on a marqué. Tu vois qu'on a du travail à faire, mais ce qu'on veut, c'est une bonne attitude et que les gars travaillent», analysait Roy sur un ton positif.

Un premier pour Beaudry

Axel Rioux (7e), Jérémy Beaudry (12e), Nick Sorensen (11e) et Hubert Lamarre (2e) ont marqué pour les vainqueurs, Michael Lyle le faisant pour les Aigles. Pour Beaudry, c'était un premier but dans l'uniforme des Remparts depuis son arrivée de Sherbrooke.

«Je suis content, c'était le but de la victoire en plus. J'avais hâte, enfin c'est arrivé et ça déboule maintenant. On a été plus intenses que dans les derniers matchs et on aurait pu marquer plus souvent si on n'avait pas manqué d'opportunisme», avouait Beaudry.

À son retour à la maison, où il disputait un premier match dans l'aréna de sa ville, Logan Shaw a amassé deux passes. «Ça été plaisant, j'ai apprécié et je ne pouvais pas demander mieux. En plus, on prolongeait notre séquence victorieuse», notait le vétéran.

En vitesse... 

Une équipe de tournage de L'antichambre, à laquelle Patrick Roy est l'un des collaborateurs à RDS, accompagne l'équipe afin de réaliser un reportage sur la vie quotidienne d'un club junior sur la route... Frédéric Bergeron et David Hunter ont été laissés de côté par les Remparts... Selon les interlocuteurs, la situation est toujours précaire au Cap-Breton, qui ne mise pas sur des propriétaires de l'envergure financière de ceux de Moncton (Irving), de Saint-Jean (McCain) et d'Halifax (Bobby Smith). «La concession n'est aucunement en danger, elle est solide et la communauté est attachée à son club», disait Marc-André Dumont en réfutant cette idée... Les Screaming Eagles ont eu droit à une permission de la LCH afin d'aligner cinq joueurs de 16 ans, le règlement en permettant quatre. «J'en ai demandé une autre pour un sixième aux Fêtes, mais ils n'ont pas voulu», rigolait l'homme de hockey... Les Remparts ont évité une longue balade en autobus jusqu'au Cap-Breton, optant plutôt pour l'avion, jeudi matin.

EN BREF

Midensky conseillé par Shaw

Si le défenseur Stephen Midensky a accepté de se rapporter aux Screaming Eagles lorsque ceux-ci l'ont réclamé au ballotage, c'est grâce au lien d'amitié qu'il avait développé avec Logan Shaw. Natif de la région, l'attaquant des Remparts l'a convaincu de poursuivre sa carrière à l'autre bout du pays au lieu de retourner chez lui, en Ontario. «Il est en grande partie responsable de ma venue ici, tout ce qu'il m'avait dit de Sydney est vrai. Je ne pense pas qu'il m'aurait menti... Je trouve cela différent de Québec, c'est plus petit et les voyages sont beaucoup plus longs. En fait, la ville la plus proche est à cinq heures d'ici [Halifax]. Il y a une adaptation à faire, mais j'obtiens une autre chance de me faire valoir sans savoir où ça me mènera», expliquait l'ancien des Remparts qui trouvait bizarre l'idée de jouer contre ses ex-coéquipiers.

«Le pire est passé»

Échangé au Cap-Breton par les Remparts voilà un an déjà, l'ailier droit Raphaël Corriveau espère que les Screaming Eagles sortiront bientôt des bas-fonds du classement. «Il y a eu beaucoup de changements, cette année, à la tête de l'équipe. Le pire est derrière nous, on s'en va sur la bonne voie», estimait l'attaquant de Lévis, qui montrait une fiche de 13 points en 44 matchs avant celui de jeudi soir. L'équipe la plus éloignée de la LHJMQ cherche encore à se qualifier pour les séries avec les derniers laissez-passer disponibles, mais les absences de quelques-uns des meilleurs joueurs de l'équipe - William Carrier, Jacob Culek, Kyle Farrell et Loïc Leduc (perdu pour la saison) - n'aident pas la cause de la formation la plus jeune du circuit.

Besoin de stabilité

Nommé à la double fonction de directeur général et d'entraîneur-chef, le 3 décembre, Marc-André Dumont estime que les Screaming Eagles ont besoin de stabilité après quelques mois de turbulence à la tête du département hockey. «Je suis le troisième dg depuis le début de la saison, on a besoin d'une direction et d'une vision claire. Il n'y a pas de délai, mais le creux de la vague a été atteint et les années de vaches maigres sont derrière nous», expliquait celui qui a succédé à Ron Choules, qui avait hérité du poste après le renvoi de Pierre Roux en début de saison. Le monde du hockey est petit parce que Roux accompagne les Remparts sur ce voyage en ses qualités de nouvel adjoint au directeur général Patrick Roy.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer