Moosehead 11/Remparts 2: une boucherie gênante

Les joueurs des Mooseheads qui célèbrent après un... (Photo Pascal Ratthé, Le Soleil)

Agrandir

Les joueurs des Mooseheads qui célèbrent après un but... Une scène qui s'est reproduite souvent vendredi sur la glace du Colisée.

Photo Pascal Ratthé, Le Soleil

Partager

(Québec) Même si les visiteurs étaient les Mooseheads, vendredi soir, au Colisée de Québec, les Remparts ont eu l'air d'une bande de chevreuils pris dans les phares d'un camion. Les puissants patineurs de Halifax ont frappé vite et fort, provoquant une boucherie de 11-2.

«Gênant», dans la bouche du gardien François Brassard. «Embarrassing», dans celle du centre Logan Shaw. Les Remparts ont subi la pire dégelée infligée cette saison dans la LHJMQ. À égalité avec les 11-2 assénés par Halifax à Saint-Jean, le 6 octobre, et par Moncton à Shawinigan, le 2 novembre.

Cette cinquième défaite consécutive constituerait en plus une première pour l'équipe depuis 2004, soit sous la gouverne de Patrick Roy. Dans ces cinq revers, Québec a été surplombé 28-7 au chapitre des buts. Les Remparts n'ont gagné que 2 de leurs 10 derniers matchs.

Roy, lui, retenait «deux mots: intensité et exécution. On n'a pas matché leur intensité, et leur exécution est de loin supérieure à la nôtre. C'est aussi simple que ça. Il ne faut pas chercher de midi à quatorze heures», a résumé l'entraîneur-chef, qui avait déjà laissé sortir la pression en s'en prenant à l'arbitre Nicholas Dutil, en fin de troisième période. Une pénalité d'inconduite imposée à Blake Millman lui a déplu.

Radoter

«Je trouve que je commence à radoter, ici, devant vous [les journalistes]. Mais à un moment donné, il va falloir qu'il y ait un déclic et ça devra venir du vestiaire», a poursuivi Roy. «On n'a pas notre intensité de début de saison! C'est ça qui bogue les partisans [13 391 vendredi], c'est ça qui bogue le coach et c'est ça qui devrait boguer les joueurs.»

Il a ensuite relevé le commentaire de Brassard dans le journal d'hier matin «comme quoi on les attendait. Je pense qu'on ne réalise pas où on est comme équipe. C'est bien de se penser meilleurs qu'on est en réalité, mais il y a une certaine évaluation qui doit être faite par chacun de nous.

«On doit apprendre à s'autoévaluer. Avec la perte de Mikhail Grigorenko [à la LNH] et la perte de Kurt Etchegary [blessé], on est où on est supposés être», analyse froidement le patron. Troisièmes de la division et septièmes de la Ligue.

Les Mooseheads trônent au sommet avec juste quatre revers en temps régulier sur 43 matchs. Halifax compte deux des plus beaux espoirs du prochain repêchage de la LNH en Nathan MacKinnon (1 aide) et Jonathan Drouin (1 but, 3 aides). Plusieurs dépisteurs et hauts gradés des équipes de la LNH assistaient à la rencontre. Les meilleurs 17 ans des Remparts, Anthony Duclair (-1), Adam Erne (-3) et Nick Sorensen (-3) sont restés figés.

Les Remparts ont enregistré leur premier tir officiel au filet adverse après 8 min 11 s de jeu. Leur portier Brassard a été retiré à 8-1, en début de troisième période, après 25 arrêts sur 33 tirs. Gabriel Parent était au poste pour les trois derniers buts pour un total de 49 lancers contre 19.

Shaw et Sorensen ont marqué pour Québec. Dominic Beauchemin, Konrad Abeltshauser et Stephen MacAuley ont enfilé chacun deux buts. Demain (15h), les Remparts reçoivent la visite des Huskies de Rouyn-Noranda.

****

Roy pas surpris pour «Grigo»

Patrick Roy dit ne pas être surpris de voir les Sabres de Buffalo retenir les services de son numéro 25, Mikhail Grigorenko, pour le début de la saison de la LNH. «Je m'attendais à ça. Surtout qu'apparemment, il fait bien ça. Le Canadien [Alex Galchenyuk] et les Devils [Stefan Matteau] font la même chose» avec leur premier choix, expose Roy, à propos de son centre russe sélectionné au 12e rang du dernier repêchage.

Restera, restera pas? Tant qu'il ne sera pas là, Roy «ne cherche pas à savoir», assure-t-il. La dernière fois que j'ai voulu savoir si un de mes joueurs reviendrait comme ça, c'était [le défenseur] Marc-Édouard Vlasic. J'appelais [les Sharks de San Jose] à toutes les semaines!» Repêché en 2005, en deuxième ronde (35e), Vlasic a passé l'entièreté de la campagne 2006-2007 dans la grande Ligue et y est depuis. «S'il revient, il revient!» résume Roy, au sujet de Grigorenko, qui manque de plus en plus aux Remparts.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer