Plus de caractère chez les Diables rouges

Pierre-Maxime Poudrier (72), Patrick Walsh et Jérémy Beaudry... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pierre-Maxime Poudrier (72), Patrick Walsh et Jérémy Beaudry (photo) sont quelques-uns des joueurs touchés par les différentes transactions annoncées samedi par les Remparts.

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) Devant le manque d'intensité de sa formation, Patrick Roy avait déjà annoncé ses couleurs : il serait très actif lors de la période des transactions. Le directeur général des Remparts aura tenu parole, puisqu'il a officialisé pas moins de sept transactions - aucune majeure -, à l'ouverture du marché des échanges dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, samedi.

C'est tout un bouleversement de personnel que le patron du département hockey des Remparts a entrepris, en orchestrant le départ de six joueurs et l'arrivée de cinq autres. Déterminé à changer l'ADN de son équipe, Roy aura été cherché du renfort au chapitre de la robustesse.

C'est ce qui explique l'acquisition du défenseur de 19 ans Dillon Donnelly, un vétéran de trois saisons avec les Cataractes. Ne faisant pas dans la dentelle, le fils de l'ancien Nordiques Gord Donnelly apportera le mordant qui faisait défaut à la brigade des Remparts.

Cette arrivée s'accompagne de choix de 6e ronde en 2013 et de 9e ronde en 2014 de Shawinigan. En retour, Québec cède le centre Pierre-Maxime Poudrier et un choix de 2e ronde en 2013.

Roy a ensuite mis la main sur l'attaquant des Screaming Eagles Blake Millman, un grand gaillard de 6'5" et de 236 livres, contre un choix de 5e ronde en 2013. À sa troisième saison dans la LHJMQ, l'ailier gauche de 19 ans n'a jamais récolté plus de... trois points. Il a toutefois cumulé 107 minutes de pénalité en 2011-2012.

«Je pense que ça va faire un meilleur mélange. Que ce soit Donnelly, Millman ou les autres, on amène une intensité différente que celle qu'on était habituée d'avoir. Ça va peut-être rendre ça moins agréable de jouer contre nous autres. On voulait changer notre image à ce niveau-là, tout en continuant d'être très disciplinés», a commenté Roy de sa résidence de la Floride, où il passera le congé de Noël.

La polyvalence de Beaudry

Le dg a poursuivi son travail de réorganisation en transigeant trois fois avec le Phoenix. Il a d'abord obtenu l'ailier gauche de 18 ans Brent Turnbull contre le défenseur Jean-Philippe Lebrasseur et un choix de 5e ronde en 2013. Puis, il a ajouté un vétéran à sa ligne du centre, en troquant un choix de 9e ronde en 2014, pour l'attaquant de 19 ans Anthony Verret, un natif de Québec. Finalement, il a échangé des choix de 3e ronde en 2013 et de 4e ronde en 2015, contre le défenseur de 19 ans Jérémy Beaudry et un choix de 9e ronde en 2014.

«Ce qu'on aime de Jérémy, c'est qu'il peut jouer autant à l'avant qu'à la défensive. En plus, il performe bien sur l'avantage numérique. C'est un gars qui peut nous donner un bon coup de main dans beaucoup de situations et qui nous amène une profondeur dont on avait besoin à la défensive. J'aime bien la brigade que ça nous fait. Maintenant, j'ai hâte de voir l'attaque. On génère beaucoup de lancers, mais on a de la misère à marquer des gros buts. On pense que les gars qu'on a ajoutés vont nous aider», a indiqué Roy.

Avec les arrivées de Donnelly et de Beaudry, les Remparts ont fait de la place à leur ligne bleue en se départant de deux réservistes. Maxime Fortier a pris le chemin de Victoriaville contre un choix de 9e ronde en 2014, alors qu'Anthony Gingras a été transigé au Titan, en compagnie du centre Patrick Walsh et d'un choix de 6e ronde en 2013, contre des choix de 2e ronde et de 4e ronde en 2013. Sélection de 1re ronde des Remparts en 2010, Walsh n'aura jamais rempli les attentes placées en lui.

Les Remparts ont, en outre, rétrogradé l'attaquant Samuel Gauthier dans le junior AAA, où il terminera la saison avec les Panthères de Saint-Jérôme.

*****

Roy demeureà l'écoute

Même s'il a amélioré quelques-uns de ses choix de sélection de 2013 samedi, Patrick Roy n'a pas pu mettre la main sur le choix de première ronde qui lui permettrait de frapper un grand coup d'ici la fin de la période des échanges, le 8 janvier. Cela n'empêchera pas le dg des Remparts de garder son téléphone ouvert, entre-temps. «On veut toujours continuer à s'améliorer. Mais c'est sûr que pour l'instant, on n'est pas dans le derby pour Philip Danault. Peut-être à la dernière minute, si le prix baisse un peu... D'une manière comme d'une autre, Jérôme [Mésonéro, dg des Tigres] connaît mon intérêt pour son joueur.»

L'espoir des Blackhawks et le choix de première ronde des Panthers en 2011 Jonathan Huberdeau, qui prennent tous les deux part au Mondial junior, ne pourront de toute façon pas être échangés avant la fin du tournoi. «Mais tout le monde est curieux de voir ce qui va se passer dans ces dossiers-là...», a admis Roy, qui n'exclut pas la possibilité de faire d'autres gestes un peu moins spectaculaires dans l'intervalle.

*****

Donnelly sur les traces de son père

Les difficiles lendemains de la conquête de la Coupe Memorial viennent de prendre fin pour Dillon Donnelly, qui, après deux saisons et demie chez les Cataractes, s'amène à Québec. À 6'2" et 203 livres, l'espoir de l'Avalanche (choix de 7e ronde en 2011) espère apporter de la robustesse et du leadership à la ligne bleue des Remparts. «Je suis très content de l'échange, surtout que je viens d'une équipe de bas de classement. Le fait que les Remparts soient venus me chercher, ça fait du bien», a laissé entendre le vétéran de 19 ans. Défenseur comme son père Gord, qui a porté l'uniforme des Nordiques entre 1983 et 1989, il est impatient d'évoluer devant les mêmes amateurs de hockey. «C'est spécial vu que mon père a joué au Colisée, où il était aimé des partisans. C'est un bon feeling pour lui de savoir que je vais porter le chandail des Remparts. Il est content et moi aussi!» a affirmé le Montréalais.

Difficile de laisser partir Gingras

Parmi les gestes les plus difficiles posés par Patrick Roy, l'échange du défenseur de 17 ans Anthony Gingras a fait mal. «On aurait eu de la misère à le faire jouer en deuxième moitié de saison. Il aurait fallu qu'il se batte pour le poste de septième défenseur. Ça n'aurait pas aidé son développement. Et puis, il y a [Maxime] Chevalier, qui pourra jouer le même rôle dès l'an prochain.» Le Remparts profitent de cinq jours de congé à l'occasion de Noël. Ils seront de retour à l'entraînement jeudi en fin d'après-midi.

Verret réalise un rêve

Considéré comme une police d'assurance en l'absence de Kurt Etchegary, le centre de 19 ans Anthony Verret cachait mal sa joie de quitter le Phoenix pour se joindre aux Remparts, l'équipe de sa ville, hier. «Moi, je viens de Beauport, à même pas 15 minutes du Colisée! C'est un rêve de ti-cul qui se réalise», a indiqué l'attaquant, qui se remet tout juste d'une commotion cérébrale. S'amenant dans la capitale avec deux de ses coéquipiers, dont son bon ami Jérémy Beaudry, Verret veut mettre sa polyvalence au service des Remparts. «Je pense que je suis capable de jouer autant en défensive qu'à l'offensive. Je peux faire la job autant en avantage numérique qu'en désavantage numérique. Je ne suis pas le genre à marquer trois points par match, mais je suis responsable», croit l'attaquant qui, pour la première fois de sa carrière junior, se trouve avec une équipe compétitive et entend profiter de l'expérience.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer