L'intensité, une valeur à inculquer, estime Patrick Roy

L'entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, veut changer la... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, veut changer la philosophie de son équipe qui a tendance à se fier à son talent pour remporter les matchs. Il aimerait voir plus d'intensité dans le jeu de ses joueurs.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partager

(Québec) Au lendemain d'une défaite où l'abandon était plus présent que l'intensité, l'entraîneur-chef Patrick Roy estime que le moment est venu de changer l'attitude et l'approche de son équipe. «C'est un travail de longue haleine, on va être patient. De toute manière, les gars qui ont un avenir dans le hockey dans notre club n'auront pas le choix de passer par là», soutient le Diable rouge en chef.

Roy l'admet, il remet en question certaines facettes du jeu de sa troupe, notamment sur le plan de l'intensité. Il promettait d'ailleurs de s'attarder sur les points qui doivent être corrigés.

«Il est normal de penser que l'on va gagner régulièrement sur notre talent, mais si je réussis à les [ses joueurs] amener à le faire par l'effort, on va devenir éventuellement une meilleure équipe», expliquait-il au terme d'une séance d'entraînement adaptée à son discours.

Les entraîneurs ont quitté le Colisée Pepsi après minuit à la suite de la défaite de 5-3 contre le Rocket. Ils ne ruminaient pas sur le revers en question, mais cherchaient plutôt une manière d'améliorer leur formation. Et le changement de philosophie ne passe pas par une multitude d'échanges.

«Les gens qui nous connaissent savent qu'on ne fera pas 1000 et une transaction parce que l'on croit en nos joueurs et à la stabilité. On pourrait ajouter un ou deux éléments, mais pas 10. Si on pouvait juste prendre conscience qu'en jouant avec plus d'intensité, ça ferait une différence incroyable avec le talent que nous avons.»

Lors de son passage aux assises de la LNH, en juin, Roy avait discuté avec Mike Babcock, l'entraîneur-chef des Red Wings de Detroit. Il cherchait à savoir comme il s'y était pris pour embarquer des joueurs habiles comme Pavel Datsyuk, Henrik Zetterberg, Nicklas Lidstrom et compagnie dans sa philosophie.

«Il m'a répondu qu'ils avaient adhéré aux valeurs de l'équipe qui étaient en place depuis longtemps. À quelque part, c'est à nous [les entraîneurs] de les inculquer. Nous voulons gagner tous les matchs, mais parfois, il vaut peut-être mieux de mettre l'emphase sur la façon que l'on va jouer au lieu du résultat. Des fois, le résultat ne sera pas là au début, mais à la fin, on sera en mesure d'offrir ce genre de performance où le talent ne sera pas suffisant pour l'emporter.»

Contribution de tous

Bien sûr, il faut une contribution de tout un chacun pour jouer de cette façon. Autant les gars du premier trio que ceux de la quatrième ligne puisqu'une hausse de l'intensité pourrait réduire le temps de glace de quelques minutes de certains.

«Si tu veux jouer avec intensité pendant 22 minutes, ça prend de la profondeur et ça peut être plus facile de le faire à quatre trios. Il se peut que le gars qui joue de 22 à 23 minutes tourne les coins ronds pour pouvoir le faire. C'est pour cela que [Sidney] Crosby joue de 16 à 18 minutes par match; que [Peter] Forsberg et [Joe] Sakic ne jouaient pas 22 minutes, à part les soirs où nous avions neuf jeux de puissance. Hier [contre l'IPE], Grigo a joué 21 minutes, Houde aussi, Sorensen et Erne 20 minutes, Poudrier 16 et ensuite, 4 ou 5 minutes. C'est sûr qu'il va falloir regarder notre façon de travailler. On est une équipe, il faut se faire confiance», ajoutait celui qui n'hésite pas à s'entourer de plusieurs hommes de hockey, histoire de s'améliorer.

Un match émotif

Plusieurs joueurs ont encerclé la date d'aujourd'hui sur le calendrier. Le match entre les Remparts et les Huskies de Rouyn-Noranda revêt un cachet spécial pour les anciens joueurs de chaque équipe, notamment Gabriel Desjardins et Nikita Kucherov. «Ça va être émotif pour Desjardins et Kucherov, mais aussi pour nous, parce que ce sera notre dernier match à la maison avant un séjour de six de suite sur la route», estimait Patrick Roy.

L'ailier Jason Houde est aussi un ex, lui qui a été acquis des Huskies en retour d'un choix de huitième ronde pendant le camp d'entraînement. «Ça va être spécial, je ne peux pas dire le contraire. J'ai joué deux ans, là-bas, et l'important sera d'essayer de ne pas trop en faire, de jouer à ma façon. Connaissant bien l'intensité qu'André Tourigny [l'entraîneur-chef des Huskies] veut de ses joueurs, je sais qu'ils vont travailler et qu'on devra se présenter plus que l'autre soir [mercredi] si on veut gagner», disait celui qui ne pensait jamais se retrouver à la gauche de Mikhail Grigorenko au moment de la transaction.

Boivin réfléchit

Le centre ontarien Alexandre Boivin a terminé son essai de trois jours chez les Remparts, qui lui ont indiqué leur désir de le voir dans l'alignement au terme de sa session scolaire, le 14 décembre. Le joueur de 18 ans d'Ottawa est retourné à la maison, jeudi, afin de poursuivre ses cours, discuter avec sa famille et rejoindre son équipe junior A des Rangers de Gloucester. «J'étais venu ici pour connaître l'organisation et ç'a valu la peine de le faire, les gars sont vraiment bien traités. Je voulais prouver que je pouvais jouer à ce niveau. Mon but est d'aller plus haut, il s'agit donc d'une belle opportunité pour moi», disait le principal intéressé, en ajoutant que «ça se pourrait» lorsqu'on lui a demandé si on le reverrait dans deux semaines.

Lefebvre à 100 %

Le défenseur Martin Lefebvre a finalement enfilé un chandail noir à l'entraînement, signe qu'il est désormais rétabli à 100 %. Aujourd'hui, contre les Huskies, il sera donc en mesure de prendre son tour régulier sur la patinoire et non pas d'être confiné uniquement aux avantages numériques. «Je vais pouvoir jouer le match au complet, je n'ai plus aucune douleur dans n'importe quelle situation. J'avais hâte de recommencer à jouer, ça fait 12 matchs que je ne le fais pas ou que j'étais limité. J'ai testé mon épaule contre le Rocket, tout allait bien», avouait le capitaine des Remparts.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Roy veut changer l'ADN des Remparts

    Remparts

    Roy veut changer l'ADN des Remparts

    La scène résumait parfaitement ce qu'il tente de faire réaliser à sa troupe. Après avoir nargué un rival, vendredi, Nikita Kucherov a demandé à... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer