• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Remparts 
  • > Sorensen en audition devant l'entraîneur-chef de l'équipe junior de Suède 

Sorensen en audition devant l'entraîneur-chef de l'équipe junior de Suède

Le Suédois Nick Sorensen évalue qu'il a 50... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Le Suédois Nick Sorensen évalue qu'il a 50 % de chances de voir son nom dans l'alignement de l'équipe nationale junior de son pays.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

(Québec) Axel Rioux ne sera peut-être pas le seul joueur des Remparts de Québec à porter les couleurs de son pays d'origine (la France), en décembre. Si Mikhail Grigorenko attend toujours la confirmation de sa présence dans la sélection russe, Nick Sorensen est présentement en audition auprès de l'entraîneur-chef de l'équipe nationale de la Suède.

Roger Romberg séjourne d'ailleurs à Québec, cette semaine, afin de valider en personne ce qu'il a vu du numéro 94 dans des matchs diffusés via le Web. L'homme de hockey suédois a assisté au match de mercredi, épié l'entraînement de jeudi matin et verra aussi la rencontre d'aujourd'hui. Il a discuté avec Patrick Roy, jeudi midi.

«Souhaitons que notre prochain match soit meilleur que le dernier. Il m'a dit avoir été impressionné par la qualité de mon jeu, cette saison, et qu'il tenait à me voir en action, d'où sa présence ici», expliquait Sorensen, jeudi matin, à sa sortie d'un entretien avec un dépisteur de l'Avalanche du Colorado.

L'ailier droit ne sait pas encore s'il parviendra à obtenir une invitation pour le Championnat mondial junior, dont la dernière présentation avait couronné cette monarchie scandinave. Au courant de la visite de l'entraîneur-chef de la Suède, Patrick Roy pourrait donc être privé d'un autre élément important pendant la période des Fêtes.

«Je dirais que mes chances de voir mon nom apparaître sur l'alignement de la Suède sont de 50-50», estimait le hockeyeur de 18 ans.

Après l'entraînement, Sorensen a passé l'après-midi avec le visiteur suédois afin de discuter de son rendement et de son avenir immédiat au sein de l'équipe nationale. Romberg devait aussi lui présenter des séquences du système de jeu de l'équipe, histoire de lui rafraîchir la mémoire et de bien le préparer.

Faut-il en conclure que les chances de Sorensen sont supérieures à 50 %, comme il le prétend? «Je ne veux simplement pas avoir des attentes trop élevées, au cas où ça ne fonctionnerait pas. Pour moi, ce serait un honneur de représenter le pays au Mondial junior et d'y défendre la médaille d'or, mais si je n'y vais pas, je resterai ici pour aider la cause des Remparts.»

Sorensen n'a pas été écarté du programme national à la suite de son départ pour l'Amérique du Nord. De la demi-douzaine de Suédois jouant dans la Ligue canadienne de hockey, seul le centre Rickard Rackel, des Whalers de Plymouth, irait au Mondial junior. Cet été, Sorensen avait été invité à participer à un tournoi international des moins de 19 ans, mais il avait décliné l'offre.

«Je voulais plutôt m'assurer d'arriver au camp d'entraînement des Remparts en pleine forme après avoir raté la saison dernière», confiait le patineur de 6'1" et de 175 livres.

De Danois à Suédois

Né au Danemark, Sorensen a détenu les nationalités danoise et suédoise jusqu'à l'âge de 15 ans. Déménagé en Suède à l'âge de deux ans, il a déjà participé à un tournoi des moins de 16 ans sous les couleurs du Danemark, inscrivant même un but contre la Suède. Au terme de cette compétition, les responsables du hockey suédois l'avaient courtisé avec succès.

«Il s'agissait de mon rêve de jouer pour la Suède. Afin d'éviter que je puisse repartir, ils m'avaient demandé de renoncer à ma nationalité danoise, ce que j'avais fait. Depuis, je ne suis qu'un citoyen suédois», racontait l'auteur d'une fiche de 9 buts et de 15 passes en 24 matchs depuis le début de la saison, et de 3-3 en quatre parties depuis l'échange de Nikita Kucherov à Rouyn-Noranda.

Pour ce qui est de Grigorenko, il a confirmé ne pas encore avoir reçu un appel de la Fédération russe. «Non», s'est-il limité à répondre à ce sujet.

Rioux en France

Axel Rioux s'est envolé, jeudi, afin de rejoindre l'équipe nationale de son pays natal en prévision du Championnat mondial junior du groupe A dans la ville française d'Amiens. «Même si je ne sais pas trop à quoi m'attendre, je suis très excité de retourner là-bas et de disputer mon premier match. Je connais la plupart des joueurs. L'un de mes meilleurs amis est Dimitri Thillet, qui s'aligne pour Rouen, la grosse équipe de la France. Au début, l'entraîneur pensait que j'étais un joueur défensif, mais je lui ai dit que ce n'était pas le cas et il s'attend à une bonne production de ma part», indiquait le numéro 93, qui présente une fiche de quatre buts et quatre passes cette saison, mais qui vient de connaître son meilleur mois depuis le début de son aventure junior.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer