Québec 3/Victoriaville 2: temps supplémentaire payant

Après avoir connu un match difficile contre Rimouski,... (Photo Le Soleil, Steve DeschÊnes)

Agrandir

Après avoir connu un match difficile contre Rimouski, vendredi, le gardien de but François Brassard s'est repris de belle façon, dimanche, méritant la première étoile contre les Tigres.

Photo Le Soleil, Steve DeschÊnes

Partager

(Québec) Face à une équipe travaillante, ils n'avaient pas le choix d'en faire autant. Dans un match où la dentelle cédait la place à l'effort, les Remparts de Québec ont réussi à vaincre les Tigres de Victoriaville par la marque de 3-2, dimanche après-midi au Colisée Pepsi, au terme d'une prolongation ayant nécessité des tirs de barrage.

Les Remparts auront donc remporté leurs deux parties de la fin de semaine au-delà des 60 minutes réglementaires. Ils présentent une fiche parfaite de quatre victoires en prolongation depuis le début de la saison. Il s'agissait d'un 11e gain à domicile pour eux, un sommet dans la LHJMQ.

«Je suis très content de la performance de l'équipe. On a donné quoi, 10 chances de marquer à l'adversaire, et on voulait jouer mieux défensivement. Nos défenseurs ont été excellents, on ne leur a pas donné la semaine facile, mais ils ont bien répondu aujourd'hui [dimanche]», indiquait l'entraîneur-chef, Patrick Roy.

Succès en désavantage numérique

Les siens ont connu du succès en désavantage numérique, limitant les visiteurs à un but en quatre occasions. Les locaux ont écoulé deux punitions avec succès en troisième période. Après avoir pris les devants 1-0 en première, les Remparts ont vu les Tigres marquer deux fois en deuxième avant de créer l'égalité avec un peu moins de six minutes à faire à cette période.

Mikhail Grigorenko (18e) et Nick Sorensen (6e) ont touché la cible pour les Remparts, qui ont dominé 33-28 dans les lancers. François Brassard s'est bien repris pour son match en demi-teinte à Rimouski, cédant seulement devant Philippe Halley et Angelo Miceli. Il a aussi bloqué les deux lancers contre lui en fusillade, une situation qu'il avait pratiqué à l'entraînement au cours de la semaine.

«Je n'étais pas inquiet, "Brass" est ce type de personne qui reste calme. Ça ne faisait pas partie de mes préoccupations après le match de Rimouski et j'étais confiant de le voir offrir une bonne performance», indiquait Roy, qui s'y connaît un peu en gardien de but.

«Ç'a mieux été [qu'à Rimouski], avouait le numéro 31. Ça fait du bien de revenir contre une bonne équipe et de remporter la victoire. À chaque fois, c'est dur de jouer contre eux [les Tigres], mais on a sorti en force. Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas gagné un match serré comme ça.»

Lefebvre épargné

Les Remparts ont disputé ce match sans les services réguliers de leur général à la ligne bleue, Martin Lefebvre. En raison d'une douleur à l'épaule qui l'incommode dans les situations à un contre un, le capitaine a été utilisé seulement pendant les jeux de puissance.

«Il a un peu de difficulté à cinq contre cinq. Je lui ai dit qu'on ne n'utiliserait qu'en avantage numérique, mais on n'en a juste eu deux. La bonne nouvelle, c'est qu'il a joué quatre minutes», soulignait Roy, qui fera preuve de prudence avec son vétéran.

NOTES : Après le match, les Remparts ont confirmé que l'ailier gauche Frédéric Bergeron avait mérité un poste permanent avec l'équipe... Les deux gardiens, Brassard d'un côté et Brandon Whitney de l'autre, ont mérité les deux premières étoiles... L'entraîneur-adjoint des Jets de Winnipeg, Pascal Vincent, a assisté à la rencontre... Incluant celui de dimanche, les Remparts disputent une séquence de quatre matchs sur cinq à domicile. Ils passeront la semaine à Québec et recevront le Titan d'Acadie-Bathurst, mercredi, et le Phoenix de Sherbrooke, vendredi...

Sorensen reste dans l'alignement

En précisant que la ligne formée de Logan Shaw, Adam Erne et Nick Sorensen deviendra «éventuellement un trio qu'on va voir ensemble pendant un petit bout de temps», Patrick Roy réglait le dossier des joueurs européens pour cette semaine. «Probablement que Kucherov ne jouera pas [mercredi]. Pourquoi? Parce que j'aime ce que je vois présentement et il n'y a pas lieu de faire un changement», précisait l'entraîneur-chef, ajoutant en bout de phrase que sa décision était prise.

La présence des trois Européens l'oblige à en rayer un de l'alignement à chaque match. Après avoir donné quatre matchs de repos à Sorensen pour soigner un léger malaise à un pied, c'est au tour de Kucherov d'être mis sur la touche pour la même durée puisqu'il en sera, mercredi, à son quatrième match de suite de congé forcé. Quelques minutes plus tôt, Sorensen disait n'avoir aucune idée de ce qui se passerait dans leur cas. Le Suédois a marqué deux buts et obtenu une passe à ses trois dernières parties, ce qui lui confère un dossier global de 6 buts et 12 passes en 17 matchs.  Carl Tardif

Coup au visage: Veilleux ne souhaite pas se venger

Victime d'un double-échec au visage, jeudi à Chicoutimi, Tommy Veilleux porte encore les séquelles du geste ayant valu une suspension de sept matchs à son auteur, Elliot Bisson, des Saguenéens. En fait, il ne les porte plus, puisqu'il a perdu deux dents sur le champ en plus d'en avoir une autre cassée.

Quelques jours plus tard, la douleur était plus sentimentale que physique. «Oui, ça m'a fait mal, mais ça m'a surtout fait mal au coeur de voir que j'avais deux dents de partie. Tes dents, tu veux les garder», racontait-il avec ses «palettes» en moins...

Le préfet de la LHJMQ, Raymond Bolduc, n'a pas tardé à sévir après avoir pris connaissance de l'incident. Chez les Tigres, on ne commentait pas la sévérité de la sanction, mais «lorsqu'on regarde les conséquences du geste, je ne suis pas surpris», disait l'entraîneur-chef, Yanick Jean, avant le match contre les Remparts.

Veilleux ne ratera aucune rencontre à la suite du coup de bâton. Au pire, il devra se faire mouler un nouveau protecteur buccal puisque le sien a fendu sur le coup. Il disait ne pas en vouloir à son bourreau du moment.

«Je pensais qu'il voulait me battre, ça m'a surpris qu'il me frappe avec son bâton et je suis tombé par terre. Je n'ai pas eu le temps de me protéger. J'étais frustré par la suite, j'ai un peu perdu la carte et l'entraîneur [Jean] m'a retenu et ça m'a aidé. Je ne pense pas qu'il voulait vraiment faire ça, c'est arrivé comme ça et je n'ai pas l'intention de me venger.»

Le natif de Saint-Odilon, en Beauce, ne déteste pas le jeu physique. Il menait chez les Tigres avec 46 minutes de punition avant le match de dimanche, mais l'ailier gauche de 17 ans, qui fut un choix de première ronde (14e) de Victoriaville en 2011, ne se considère pas comme étant un joueur salaud même s'il ne craint pas de jeter les gants à l'occasion.

«Je suis agressif, mais pas un joueur sale. J'imagine que ça devait arriver. Je ne changerai pas de style, même si ça fait encore un peu mal. J'ai de la misère à manger», soulignait l'attaquant de 6 pieds et 186 livres qui a poursuivi le match, jeudi, après le geste. Veilleux était le voisin en Beauce de Hubert Lamarre, des Remparts, avec qui il a joué souvent dans le hockey mineur.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Nikita Kucherov sur le marché?

    Remparts

    Nikita Kucherov sur le marché?

    Ses coéquipiers des Remparts rentraient au vestiaire les uns après les autres pendant que Nikita Kucherov discutait avec la presse écrite de ... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer