Une deuxième chance pour Stephen Midensky

Stephen Midensky connaît ses plus beaux moments en... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Stephen Midensky connaît ses plus beaux moments en carrière. L'Ontarien a été promu quatrième défenseur en plus d'évoluer en avantage numérique. Dans les trois dernières semaines, Midensky a connu deux matchs de trois passes.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

(Québec) Difficile de dire qui, des Remparts ou de Stephen Midensky, profite le plus de l'existence de l'autre, présentement. Libéré par les Rangers de Kitchener en début de saison, l'arrière ontarien de 18 ans a obtenu une deuxième chance à Québec, où quelques chaises de défenseurs étaient encore disponibles, et il l'a saisie!

Faisant tranquillement sa place au sein de la brigade défensive québécoise, le natif de Burlington a vu son utilisation décupler lorsqu'est survenue la blessure à l'épaule de Martin Lefebvre, le 21 octobre. Depuis ce jour, l'arrière de 6'1" et de 160 livres a été promu au poste de quatrième défenseur, en plus d'obtenir son tour régulier sur l'avantage numérique.

«Ce n'est pas une bonne chose pour Martin qu'il soit blessé, mais c'est une bonne chose pour moi, parce que ça me donne l'occasion de montrer ce que je sais faire, de gagner ma place et d'y rester», a laissé entendre le volubile numéro 8, qui a été victime d'un surplus de défenseurs à caractère offensif, dont plusieurs vétérans repêchés dans la LNH, à Kitchener.

Rien que dans les trois dernières semaines, Midensky a connu deux matchs de trois passes (le 26 octobre et le 11 novembre). Cinq de ces six points ont été inscrits avec la supériorité d'un homme! Des performances auxquelles Mikhail Grigorenko n'est pas étranger.

«Quand on lui donne la rondelle, on sait que quelque chose va arriver. Soit il va la repasser ou la mettre au but. C'est une bonne expérience pour moi. Quand je suis sur l'attaque à cinq avec lui, je sais que je n'ai pas à me préoccuper de devoir aller récupérer la rondelle en zone défensive, qu'il sera en mesure de la contrôler. Je m'arrange pour être à découvert, au cas où il me retourne la rondelle, puis je bouge», a expliqué Midensky, mardi.

Améliorer le jeu défensif

Comme beaucoup de ses coéquipiers à la ligne bleue des Remparts, c'est dans son territoire que le jeu de l'Ontarien en prend pour son rhume, en l'absence du capitaine Martin Lefebvre. Même s'il a déjà beaucoup appris au contact de Martin Laperrière - un «excellent coach» - en ce qui a trait à la transition, le partenaire de Duncan MacIntyre pense qu'il a encore beaucoup à améliorer dans son jeu défensif, comme user davantage de force dans les coins de patinoire et batailler devant le but.

Chose certaine, sur la glace comme en dehors de la patinoire, la transition de Medinsky de la Ligue de hockey de l'Ontario (LHO) au Circuit Courteau s'est fait sans heurts. «J'avais évidemment entendu parler de la LHJMQ, mais je ne savais pas à quoi m'attendre. On avait joué un match contre une équipe du Québec en présaison et on avait perdu (Rouyn-Noranda 3, Kitchener 2), alors je me suis dit que ce serait probablement un changement positif. Ensuite, j'ai entendu dire que les Remparts étaient premiers dans le classement de la Ligue canadienne, alors j'étais vraiment excité de m'en venir ici!»

Et ses attentes n'auront pas été déçues. Même que le défenseur, qui n'a pas été repêché à sa première année d'admissibilité en 2012, connaît ses plus beaux moments en carrière dans la capitale, où il a déjà appris quelques mots de français.

«J'adore mon expérience à Québec! C'est très différent de ce que j'avais connu avant, dans la LHO. J'adore ça ici. C'est une très belle expérience. De tous les endroits où j'ai joué au hockey, c'est mon préféré! Je suis heureux. Les fans sont incroyables. C'est vraiment très plaisant», a conclu celui qui cumule un but et huit passes cette saison.

L'absence de Lefebvre fait mal

Après avoir qualifié la performance défensive des Remparts de dimanche de leur pire en 10 ans, Patrick Roy a admis que l'absence de Martin Lefebvre commençait à se faire ressentir. «Lefebvre joue 35 minutes par match, alors il faut que tu redistribues ça aux autres. Quand tu changes le rôle d'un joueur, qui se retrouve dans une chaise qu'il n'est pas habitué d'occuper, [c'est normal qu'il y ait de erreurs]. Mais pour moi, c'est très positif. Ça nous permet de voir les forces et les faiblesses de chacun. On a d'ailleurs eu de bonnes discussions avec certains d'entre eux. On veut que certains lèvent, alors qu'ils ne lèvent pas. On va prendre les décisions qui doivent être prises en temps et lieu», a indiqué l'entraîneur.

Malgré tout, Roy ne fera rien pour précipiter le retour au jeu de Lefebvre, préférant le voir manquer quelques matchs à ce temps-ci de l'année, plutôt qu'à la veille des séries. «Il nous manque beaucoup, mais on va être très consciencieux avec Martin. Honnêtement, s'il n'est pas à 100 %, il ne jouera pas. Présentement, iI n'est pas loin de 90 %. On pense qu'il est à une semaine d'un retour au jeu, mais il ne jouera pas tant qu'on n'aura pas la certitude qu'il peut recevoir une bonne mise en échec. Comme je le lui ai dit, on ne gagnera pas le championnat en novembre!»

Bergeron fixé lundi

Plus Frédéric Bergeron joue, plus Patrick Roy aime ce qu'il voit et est tenté de le garder à Québec pour la saison. L'entraîneur se donne les trois prochains matchs pour prendre une décision sur l'avenir de l'attaquant de 18 ans. «Il y a de fortes chances qu'il termine la saison avec nous. On aime le trio de Bergeron, avec Poudrier et Rioux. Si les trois ont joué un bon match vendredi, on va y aller au fur et à mesure», a indiqué Roy, mardi. La disponibilité de Bergeron qui, contrairement à Jean Kristoff Grenier, peut s'entraîner avec l'équipe en semaine, joue en sa faveur. De son côté, Bergeron voit les éloges de son entraîneur comme un encouragement à continuer dans le même sens. «Ça enlève un peu de pression de savoir qu'il apprécie ce qu'on fait. Je vais continuer de travailler fort et on va voir ce qui va arriver», a laissé entendre le natif de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Demontigny s'amène

Les Remparts auront deux nouveaux visages en provenance du junior AAA dans l'autobus qui les amènera à Rimouski, aujourd'hui. En plus de l'attaquant affilié Anthony Patriarco, qui a été rappelé de Sainte-Agathe mardi, un autre attaquant, Derek Demontigny (Saint-Jérôme), 17 ans, sera mis à l'essai, en l'absence de Logan Shaw, qui a été atteint au bas du corps par un patin, dimanche. «C'est un gars qui n'est pas très gros, évolue sur la troisième ligne et joue en avantage numérique. De ce que j'en ai vu, il a de super bonnes mains et un coup de patin correct», a estimé le directeur général adjoint Jean Gagnon, mardi. Plus tôt dans la journée, les Remparts ont envisagé l'idée de rappeler le centre affilié de 20 ans Joé Dubé, mais cela aurait nécessité l'utilisation d'un autre précieux contrat. «On commence à être à court d'options... Mais ce n'est pas grave. Ça nous donne l'opportunité de travailler certains points avec d'autres joueurs», a noté Patrick Roy.

En vitesse...

L'attaquant Nikita Kucherov a quitté temporairement la séance d'entraînement de mardi, après avoir reçu un lancer sur le pied gauche, avant de revenir sur la glace... Le défenseur Martin Lefebvre (épaule) portait toujours un chandail vert de non-contact mardi et ne sera pas en mesure de disputer le match d'aujourd'hui, à Rimouski... François Brassard défendra la cage des Remparts aujourd'hui à Rimouski et dimanche à Québec, face à Victoriaville, alors que Zachary Fortin sera en service vendredi, à Shawinigan.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer