L'attaquant Axel Rioux sur la bonne voie

«C'est évident que je dois travailler plus fort... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«C'est évident que je dois travailler plus fort que les autres. J'ai moins de talent que les autres. Alors c'est sûr que je dois élever mon jeu» - Axel Rioux

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Insatisfait du début de saison de son vétéran Axel Rioux, l'entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, n'avait pas hésité à rappeler le 93 à l'ordre, à la fin du mois d'octobre. Depuis, l'attaquant de 19 ans montre des signes encourageants de progression.

Au cours des quatre premiers matchs de novembre, Rioux a inscrit ses deux premiers buts de la campagne, ce qui lui a permis de doubler son nombre de points (deux buts et deux passes), en plus de conserver un différentiel positif, à l'exception du match de dimanche contre le Cap-Breton, où toute l'équipe a peiné en défensive.

Qualifié de «talentueux» par son entraîneur, Rioux devait, au dire de ce dernier, sortir de sa zone de confort, être plus combatif et gagner ses batailles à un contre un. En outre, Roy avait demandé à son attaquant de foncer davantage vers le filet adverse, histoire d'augmenter ses chances de récupérer des rebonds.

Au cours des 10 derniers jours, Rioux s'est appliqué à respecter les directives du pilote et s'est immédiatement mis à récolter les fruits de ses efforts, lui qui avait affirmé savoir comment se sortir de sa léthargie, deux semaines plus tôt. «J'ai eu des meetings avec Patrick. Il m'a dit tout ce que je devais faire et je l'applique le plus possible. Ce qu'il me dit surtout de faire, c'est d'aller au filet», a-t-il expliqué.

C'est ce qu'il a fait à Bathurst, le 2 novembre, où il a enfin marqué son premier but de la campagne, puis le lendemain, à Rimouski, où il brillait en désavantage numérique. À son troisième match de novembre, vendredi, face au Rocket, il a inscrit le filet gagnant sur des passes de ses partenaires de trio, Pierre-Maxime Poudrier et Jason Houde.

Considéré comme un attaquant à caractère offensif, Rioux aurait aimé contribuer davantage aux succès de l'équipe, depuis le début de la saison. Mais il se réconfortait en se disant que plusieurs coéquipiers, eux, faisaient le travail.

«C'était un petit peu difficile, mais si tu regardes l'équipe qu'on a, on a des joueurs de qualité, les Grigorenko, Erne, Duclair, Shaw. Même à la défensive, on a un bon groupe. En ce moment, je suis très content de l'endroit où je suis. Mais c'est évident que je dois travailler plus fort que les autres. J'ai moins de talent que les autres. Alors c'est sûr que je dois élever mon jeu», a-t-il soutenu.

La pression de Québec

À quelques semaines de quitter Québec pour défendre les couleurs de la France au Championnat du monde junior de division 1 dans son pays natal, Rioux affirme qu'il existe une pression continuelle de performer à Québec, où les partisans sont passionnés. «Il y a beaucoup de partisans dans les estrades. Il faut donc performer. C'est sûr qu'il y a une pression, mais je suis capable de vivre avec ça», a-t-il déclaré.

Chose certaine, Patrick Roy aime mieux ce qu'il voit de Rioux dernièrement. À la suite du match de vendredi, il n'a pas hésité à vanter le travail accompli par son trio. «J'aime Houde, avec Poudrier et Rioux. Je trouve que les trois ensemble, ils ont une belle chimie. Ç'a toujours été de même. [Vendredi], ils sont même allés chercher un but gagnant à cinq contre cinq...» a noté l'entraîneur, dont la troupe, qui bénéficiait d'un congé lundi, reprend l'entraînement sur glace ce matin, à 8h30.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer