Québec 4/Gatineau 1: une victoire «sans passager»

Le gardien François Brassard a repoussé 18 des... (Photo le Droit, Étienne Ranger)

Agrandir

Le gardien François Brassard a repoussé 18 des 19 rondelles dirigées vers lui dans la victoire.

Photo le Droit, Étienne Ranger

Partager

(Gatineau) Après leur première défaite de la saison à Boisbriand dimanche, les Remparts cherchaient à retrouver le chemin de la victoire à Gatineau, vendredi. Ce qu'ils voulaient surtout, c'est gagner la bataille de l'effort. S'imposant d'entrée de jeu, les hommes de Patrick Roy n'ont pas mis de temps à montrer qu'ils avaient capté le message, filant vers une victoire de 4-1 sur les Olympiques (3-5-0-0), au Centre Robert-Guertin.

«On a joué pendant 60 minutes et c'est ce que je voulais. Tu as toujours hâte de voir comment ton équipe va rebondir après une défaite comme celle qu'on a subie à Montréal. Je suis pleinement satisfait de ce que j'ai vu ce soir [hier]. On a été très bons dans toutes les situations. On s'est bien repliés. On a bien travaillé offensivement, défensivement. C'est sûr qu'il y a toujours des petits correctifs à apporter, mais dans l'ensemble, j'ai adoré ce que j'ai vu», a félicité Roy, après la rencontre.

C'est en servant leur propre médecine à des Olympiques réputés pour leur combativité à la maison que les Beiges ont rapidement pris l'avance dans le match. Embouteillés dans leur territoire défensif dès le début du match, les hommes de Benoît Groulx ont donné suffisamment d'espace à Nick Sorensen pour que le Suédois trompe le gardien Michael Nishi, un ancien des 67's réclamé au ballottage afin de pallier la perte de Robert Steeves, sur le premier tir de la rencontre.

Les Remparts allaient augmenter leur avance à 2-0 en milieu de première, alors qu'Adam Erne récupérait un retour de lancer de Grigorenko, pour déjouer à son tour Nishi.

Le seul but des Olympiques est survenu en fin de première, alors que François Brassard, incapable d'immobiliser la rondelle sous son gant, a vu Taylor Burke s'en emparer et la pousser derrière lui.

Deux buts pour «Grigo»

Les Remparts ont maintenu la cadence jusqu'à la fin du match, ajoutant deux autres filets, des réussites de Mikhail Grigorenko (7e et 8e), en fin de deuxième et de troisième. Le but d'assurance a été compté lors d'un avantage numérique, sur une passe de Martin Lefebvre, alors que le dernier de la rencontre a été marqué sur un lancer foudroyant, qui a traversé Nishi. C'est Adam Erne qui a alimenté le Russe d'une passe parfaite, pour lui permettre de compléter sa soirée de trois points.

«Aujourd'hui, on n'avait pas de passager. Autant à Montréal, je trouvais qu'on avait des passagers, ce soir [hier], il n'y avait pas de passagers dans l'équipe. Tout le monde a apporté une belle contribution. C'est ce que tu veux voir», a indiqué Patrick Roy, qui a donné une bonne note à l'ensemble de l'équipe.

Cette dernière a été récompensée par une journée de congé, aujourd'hui. Elle sera de retour à l'entraînement, demain. Une séance en gymnase est prévue à l'horaire.

NOTE : Profitant de la présence des Remparts à Gatineau, plusieurs membres de l'organisation des Sénateurs d'Ottawa, dont l'entraîneur des gardiens Rick Wamsley et l'entraîneur-adjoint Dave Cameron, sont venus voir évoluer François Brassard, leur choix de 6e ronde en 2012. Wamsley a également fait un brin de jasette avec le gardien, après le match.

Letang se voit dans Culkin

Occupant le deuxième rang des marqueurs de la LHJMQ chez les défenseurs, Ryan Culkin connaît un début de saison canon avec les Remparts. Encore hier, l'arrière de 18 ans a ébloui sur plusieurs séquences défensives, au Centre Robert-Guertin.

Pour le Montréalais de 18 ans, reconnu pour son ardeur au travail dans le gymnase, tout part de la préparation. En cela, il rejoint son mentor - et partenaire d'entraînement estival - Kristopher Letang (photo).

De passage au Colisée avec la Tournée des joueurs jeudi, le défenseur des Penguins de Pittsburgh ne tarissait pas d'éloges pour le numéro 7 des Remparts. Selon lui, l'espoir des Flames (cinquième ronde en 2012) possède le genre de détermination nécessaire à la poursuite d'une carrière professionnelle.

«Premièrement, c'est un gars qui dégage des super belles valeurs. C'est aussi un gars qui est acharné au travail. Je ne l'ai jamais vu lâcher. On lui donnait des choses difficiles à faire et il gardait toujours une belle attitude. Je ne suis pas surpris qu'il ait du succès ici, à Québec», a laissé entendre le coéquipier de Sidney Crosby.

Letang va plus loin, affirmant se voir en Culkin, un jeune homme au style offensif et au gabarit similaires, tout aussi aussi dévoué à son sport.

«Quand je vois un jeune comme moi, qui est assidu à l'entraînement, qui est là chaque jour, qui ne perd pas son temps, je vois une certaine partie de moi en lui. Je trouve ça bien, je veux les aider et essayer de leur donner des outils... Et puis, c'est un bon kid!» a fait savoir le 58 des Penguins, avec un sourire convenu.

Pièce centrale de la meilleure brigade défensive de la LHJMQ (18 buts accordés avant le match d'hier), Culkin ne veut pas prendre seul le crédit de son bon début de saison, préférant parler au «nous».

«Maintenant, ce qu'on veut, c'est continuer de progresser et d'avoir une bonne fiche. Les gars travaillent fort. Et on espère que ça va continuer comme ça!» a-t-il laissé entendre.

Chose certaine, ce n'est pas faute d'y mettre les efforts, pour le défenseur et son talentueux partenaire de 16 ans, Duncan McIntyre.

«On a une très bonne chimie. C'est la communication qui est important, hors de la glace, sur la glace. Comme partenaire, je lui impose ça. Et il fait tout une job! Moi, à 16 ans, je ne pouvais pas faire ça!»

Un match «le fun» pour Erne

Auteur du but gagnant de la rencontre, l'attaquant Adam Erne, et ses partenaires de trio Mikhail Grigorenko et Logan Shaw, avaient des ailes, sur la patinoire du Centre Robert-Guertin, vendredi.

Disputée à un train d'enfer, la rencontre a constitué une vraie partie de plaisir pour l'Américain de 17 ans.«C'était le fun. C'était vraiment le fun! On n'avait pas eu un bon entraînement matinal ce matin, alors on s'est présenté à l'aréna mieux préparé, samedi. C'était mieux que de perdre le match et d'en subir les conséquences! C'était donc une grosse victoire.

Et puis, c'est le genre de match qu'il va falloir jouer si l'on veut battre Blainville ou Halifax», a-t-il laissé entendre après la rencontre.De son propre aveu, Erne aime ces matchs où les bons attaquants peuvent ressortir du lot, en autant qu'ils patinent avec conviction.

«C'était un match très rapide, mais pas trop physique. Les coups venaient quand ils étaient supposés venir. Ce n'était donc pas un match salaud. De notre côté, nous sommes sortis forts offensivement. Mais nous avons aussi bien joué à l'autre bout de la patinoire.»L'ailier gauche croit que c'est le but rapide de Sorensen, en début de première, qui a sonné la charge. «Si on peut continuer d'avoir de bons débuts de match comme ceux-là, on va devenir très difficiles à battre.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer