Une rare occasion à saisir pour les Madelinots

Le gardien Charles-Étienne Martinet, Simon Poirier et leurs... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le gardien Charles-Étienne Martinet, Simon Poirier et leurs coéquipiers des Îles-de-la-Madeleine disputeront un deuxième match sur la patinoire du Centre Vidéotron, mercredi matin, face aux Italiens de Veneto.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les petits Madelinots des Îles-de-la-Madeleine ont de grands espoirs au 58e Tournoi pee-wee de Québec, une rare occasion pour eux de faire valoir leurs talents de hockeyeurs à l'extérieur de l'archipel.

Il y a cette année 54 joueurs d'âge pee-wee aux Îles, soit tout juste assez pour former quatre équipes. Les forces sont réparties le plus équitablement possible et tout le monde joue dans la classe A. Normalement, Hockey Québec exigerait que les jeunes soient dans différentes classes, mais il faut bien qu'il y ait une ligue.

«Aller compétitionner ailleurs [que sur les Îles], c'est impossible. Ce sont des coûts astronomiques. On s'organise pour que les jeunes jouent au hockey pareil», explique au bout du fil Sylvain Vigneau, coordonnateur de l'Association du hockey mineur des Îles.

Les mêmes équipes jouent donc constamment les unes contre les autres, si bien qu'elles se connaissent sous toutes leurs coutures. Les joueurs vont tous à la même école, sont adversaires sur la glace, mais amis à l'extérieur. C'est un petit monde.   

Un programme élite permet cependant aux jeunes sportifs, dans leur tranche d'âge respective, de sortir de chez eux et d'aller batailler contre d'autres formations, «au moins une fois par année». 

Les Îles envoient ainsi quatre équipes (atome, pee-wee, bantam, midget) à la Coupe Desjardins, qui fait office de championnat régional pour les jeunes de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Chaque groupe participe dans la classe BB. «Ça coûte 70 000 $, envoyer les quatre équipes» lorsque le tournoi est en Gaspésie, indique M. Vigneau. L'archipel en est l'hôte une fois tous les quatre ans.  

Certaines années, des jeunes ont une opportunité supplémentaire. C'est le cas des 16 meilleurs pee-wee des Îles en visite à Québec cette semaine. Sous la bannière des Madelinots des Îles-de-la-Madeleine, ils sont en compétition dans la classe Inter-C (l'équivalent du BB). 

Les insulaires ont aisément remporté leur premier match 6-1 contre les Dragons de Rouen (France), samedi, au Centre Vidéotron. «C'est la troisième fois qu'on envoie une équipe à Québec. Ça faisait cinq ou six ans qu'on n'était pas venus», a fait savoir l'entraîneur-chef Bernard Arseneau, rencontré par Le Soleil après le premier match de l'équipe. 

Dynamique unique 

Entraîneur bénévole depuis plusieurs années, M. Arseneau mise sur l'un des atouts propres aux Madelinots : la proximité. «Cette année, on a trois anglophones avec nous [les Îles sont bilingues]. Pour bien les intégrer, on a décidé que le cri de ralliement serait en anglais. Mais c'est facile [de souder l'équipe] parce que tout le monde se connaît.»

Comme ils ont en main la crème des pee-wee des Îles, il serait difficile pour les entraîneurs de les préparer en affrontant des jeunes du même âge. Les aînés sont donc mis à contribution. «On joue une couple de parties par année contre les bantams», a expliqué le pilote de la formation pee-wee.

Devant tous les efforts fournis par leur association locale, les jeunes joueurs sont bien conscients de la chance qu'ils ont d'être à Québec cette année. Et de nombreux parents - ils font d'ailleurs sentir leur présence dans les estrades ! - ont aussi fait le voyage pour venir les encourager. 

Simon Poirier, 13 ans, en est à sa dernière année pee-wee. Le défenseur du Havre-aux-Maisons profite de chaque instant dans la capitale, possiblement le plus important moment de sa carrière de hockey. «Le Centre Vidéotron, c'est vraiment un gros aréna! C'est impressionnant et il y a beaucoup de monde», a commenté le jeune homme, auteur d'un magnifique but du revers contre Rouen.

Ses coéquipiers et lui seront de nouveau en action sur la grande glace, mercredi à 9h15, cette fois contre Veneto, une équipe d'Italie. L'équipe a entretemps participé à quelques parties hors concours, dont une contre la Pologne, dimanche matin.

Detroit Honeybaked renoue avec le succès

Le jeune Max Namestnikov du Detroit Honeybaked a... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Le jeune Max Namestnikov du Detroit Honeybaked a marqué le premier but du match de lundi contre les Kings Jr. de Los Angeles. Ces derniers ont été blanchis par la marque de 2-0.

Le Soleil, Yan Doublet

Vainqueur en 2007 et 2008, le Detroit Honeybaked veut reprendre sa place de champion au Tournoi pee-wee de Québec. Et avec une affolante fiche de 53-2-2 cette année, la meilleure de la classe AAA aux États-Unis, difficile de miser contre cet autre programme d'excellence du Michigan.

L'équipe de Mike Hamilton, qui est à l'emploi du Detroit Honeybaked depuis 17 saisons, a gagné son premier match par la marque de 2-0 au Centre Vidéotron, lundi, sur les Kings Jr. de Los Angeles.

Les Californiens, 17e meilleur groupe des États-Unis selon Myhockeyrankings.com, se sont bien défendus et ont même inquiété Hamilton pendant un certain temps. «Nous n'avons pas joué contre eux cette année. J'ai été surpris par leur rapidité. Je crois qu'ils ont été la meilleure équipe en deuxième période», a-t-il relaté. 

Considérant les chiffres compilés par Honeybaked cette année, être à égalité 0-0 après deux périodes, lundi, relevait en fait de l'exploit pour les Kings. En plus de n'avoir perdu qu'à deux reprises, Detroit montre un différentiel de buts de + 339 (427-88). 

Fin de la disette

Selon Mike Hamilton, le Detroit Honeybaked, fondé par le propriétaire de la compagnie Honeybaked Hams Co., vient de connaître un passage à vide ces dernières années, du moins au niveau pee-wee. Il a vu les Detroit Compuware, Detroit Little Caesars et Detroit Belle Tire connaître plus de succès. 

Son expérience lui permet de croire que le vent est en train de tourner. «Nous avons gagné deux années consécutives ici [à Québec en 2007 et 2008]», a-t-il rappelé. «Notre équipe de l'an prochain sera très forte aussi. Même chose pour notre équipe dans deux ans. Nous allons dans la bonne direction.»

C'est bien connu, la région de Detroit est considérée comme la Mecque du hockey mineur aux États-Unis. Hamilton n'y voit cependant pas qu'une guerre d'argent.

«À la base, c'est le talent des joueurs que nous recherchons», a-t-il dit. «Peu importe la situation financière [d'un joueur], c'est le talent qui importe. Ensuite, nous avons la chance d'avoir dans l'entourage des personnes qui ont bien réussi et qui nous permettent de mettre les choses en place.»

Le succès des différents clubs de Detroit attire également les joueurs des quatre coins des États-Unis, et parfois même d'ailleurs. Puis il y a tout l'héritage laissé par l'organisation des Red Wings. Honeybaked aligne cette année le jeune Max Namestnikov, neveu d'un certain Slava Kozlov.

Même s'il paraît inébranlable, le Detroit Honeybaked peut perdre, et les deux équipes qui ont réussi à le battre cette année sont en lice au Tournoi pee-wee. L'équipe classée deuxième chez nos voisins du Sud, les Rangers Jr. de Mid Fairfield, l'ont emporté 6-1 au mois d'octobre, alors que les Huskies de Hamilton (Canada), ont triomphé 7-4 en novembre.

Le Honeybaked pourrait retrouver l'une de ces équipes sur sa trajectoire. Mais il doit d'abord affronter la bande de Craig Rivet et les Sabres Jr. de Buffalo, jeudi.

Les petits Madelinots des Îles-de-la-Madeleine ont de... (Infographie Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

En vitesse...

L'Océanic de Rimouski a été éliminé du Tournoi pee-wee, lundi. Les représentants du Bas-Saint-Laurent se sont inclinés 4-3 contre les Bobcats de l'Arizona dans le AA-Élites. Le programme américain, dirigé par le Québécois Ronald Fillion, avait remporté le tournoi en 2015 dans la classe AAA. Mathieu Pigeon, Alexandre Pouliot et Émile Jean ont réussi les buts de l'Océanic... Les Rangers Jr. de Mid Fairfield ont montré qu'ils pouvaient aspirer au titre dans la classe AAA, en battant aisément les Kings de South Shore 5-0... Dans la catégorie Inter-C, les Éclaireurs de Chaudière-Etchemin ont tenu bon contre les Rapides de Beauce-Nord et ont triomphé 3-2 au Centre Vidéotron. Le but victorieux a été marqué par Antoine Cantin... Dans un autre duel serré dans l'Inter-C, les Alliés de Montmagny-L'Islet ont eu le meilleur 2-1 sur les Sieurs Desjardins de Matane. Félix St-Pierre et Tristan Caron ont marqué les deux buts des vainqueurs. Samuel Tremblay a été l'unique buteur de Matane... Dans le dernier match de la journée, les Lynx de Haute-Beauce ont été éliminés 3-0 par les Mariniers de Sorel-Tracy. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer