Les petits Nordiques commencent en lion

Les petits Nordiques de Québec ont marqué après... (Le Soleil, Alice Chiche)

Agrandir

Les petits Nordiques de Québec ont marqué après seulement sept secondes de jeu, en route vers une écrasante victoire de 7-0 sur les Chiefs de Dix Hills à leur match d'ouverture au Tournoi international de hockey pee-wee.

Le Soleil, Alice Chiche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il n'aura fallu que sept secondes aux petits Nordiques de Québec (Élites de Beauce-Appalaches) pour marquer leur premier but, dimanche, en route vers une écrasante victoire de 7-0 sur les Chiefs de Dix Hills, à leur match d'ouverture du Tournoi pee-wee.

Peut-être inspirés par la présence de l'ancien gardien des Nordiques Daniel Bouchard derrière le banc du Fire d'Atlanta tout juste avant leur rencontre, les Bleus ont amorcé le match de la classe AA-Élites en lion.  

Les locaux ont assailli la zone adverse dès la mise en jeu initiale et Dimitry Gagnon a enfilé l'aiguille en à peine sept secondes. Moins de trois minutes plus tard, Xavier Labbé faisait 2-0, au grand plaisir des bruyants partisans des Fleurdelysés. 

«On voulait partir en force et c'est exactement ce que l'équipe a fait. Ça a fait baisser la pression tout de suite. [...] On leur a dit que, dans le warm-up, [c'est le temps de regarder] ce qui se passe dans les estrades, mais après, c'est fini et on pense à notre match», a commenté l'entraîneur-chef Pierrot Boily après la rencontre. La consigne a visiblement été suivie. 

Les Chiefs de Dix Hills, loin d'être déclassés sur le plan de la vitesse, ont réussi à freiner les ardeurs des petits Nordiques après leur départ canon, sans toutefois être en mesure de capitaliser sur leurs chances de marquer. Après quelques poussées offensives infructueuses, les Américains ont finalement manqué de gaz.

«On a une équipe qui est très bonne défensivement. Disons qu'on a été opportunistes et notre éthique de travail fait qu'on a un club qui ne lâche jamais», a poursuivi Boily.  

Chapeau Labbé!

Xavier Labbé a ajouté son deuxième but de la partie en fin de deuxième période. Puis Eloic Gilbert a donné un coup d'assommoir aux Chiefs en faisant 4-0 avec 11 secondes à faire avant le deuxième entracte.

Les Nordiques n'ont jamais été inquiétés par la suite, marquant à trois autres reprises au dernier tiers. Labbé en a profité pour compléter son tour du chapeau, son troisième de la saison. 

«C'était vraiment le fun de marquer au moins un but. Quand j'en ai marqué un troisième, j'étais encore plus content. [...] Au début, c'était stressant, mais il fallait que je garde mon stress, que je le gère, pour jouer comme il faut», a dit l'attaquant de Saint-Georges de Beauce.

Lui et le gardien Gabriel Maheux, auteur du blanchissage, ont en grande partie écrit le récit du match. Le Soleil a aperçu des coéquipiers récupérer des rondelles souvenir pour marquer le coup de leurs exploits respectifs.

Notons également des performances de deux points chacun d'Eloic Gilbert, William Vachon, Jacob Mathieu et Mathieu Nadeau.

Visite d'anciens

En plus de croiser Daniel Bouchard dans le corridor, les petits Nordiques ont reçu la visite de Dave Pichette et de Pierre Lacroix dans le vestiaire avant de sauter sur la glace. Les deux anciens joueurs ont simplement rappelé aux joueurs d'avoir du plaisir et de profiter de chaque moment.

Les Nordiques seront de retour sur la patinoire du Centre Vidéotron jeudi à 19h15. Ils affronteront le vainqueur du duel entre les 99ers de Brantford et les Stars de Syracuse.

Il n'aura fallu que sept secondes aux petits Nordiques... (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

En vitesse...

Le tournoi des Gouverneurs de Sainte-Foy-Sillery s'est terminé dimanche. L'équipe de Québec a été éliminée par les Olympiques de Repentigny, dans le classe Inter-C... Les fils de Milan Hejduk, qui prend place derrière le banc des Thunderbirds du Colorado, n'ont toujours remporté aucun match au Centre Vidéotron. Après avoir été battus en ouverture de tournoi l'an dernier, ils ont été défaits 5-1 par les Devils du New Jersey, dimanche, dans la classe AAA... Dans un duel tout québécois de la classe AA-Élites, les Saguenéens de Chicoutimi ont eu le meilleur 3-2 sur les Foreurs de Val-d'Or, qui se sont vus ainsi montrer la sortie.... La meilleure formation AAA des États-Unis, Detroit Honeybaked, amorce son tournoi lundi à 14h15 au Centre Vidéotron, où elle croisera le fer avec les Kings Jr. de Los Angeles.

Bob Kelly, le vertueux du travail tenace

L'ancien homme fort des Flyers de Philadelphie, Bob... (Le Soleil, Alice Chiche) - image 4.0

Agrandir

L'ancien homme fort des Flyers de Philadelphie, Bob Kelly (à gauche), dirige les petits Flyers avec un autre ancien du club, le Québécois Simon Gagné (à droite).

Le Soleil, Alice Chiche

Bob «The Hound» Kelly a sacrifié son corps pour le hockey, à une époque où le sport était «complètement différent». S'il ne peut enseigner certaines façons de faire des Broad Street Bullies de Philadelphie, il s'efforce d'expliquer aux jeunes pee-wee les vertus du travail acharné.

Alliant une ténacité exceptionnelle et la robustesse typique des Flyers du milieu des années 70, Bob Kelly a marqué les esprits dans la ville de Rocky Balboa, où il a aidé les Flyers à remporter deux Coupes Stanley consécutives, en 1974 et 1975.

Avec 1454 minutes de punition en carrière et un but victorieux lors de la finale de 1975, éliminant les Sabres de Buffalo, l'ailier gauche s'est taillé une place parmi les légendes de la concession, aux côtés des grandes vedettes comme Bobby Clarke (pour les points), Dave Schultz (pour les poings), ou encore Bill Barber, Rick MacLeish et Reggie Leach. 

Recruté en 2003 par l'ex-propriétaire Ed Snider, décédé en avril dernier, Kelly travaille aujourd'hui avec l'organisation des Flyers comme ambassadeur. Il visite les arénas et va à la rencontre des partisans, une façon pour lui de redonner à la communauté. 

Le voici cette semaine, à 66 ans, au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, où il apporte son expérience derrière le banc de l'équipe de classe AAA.

Celui qui brassait beaucoup d'air sur la glace, la chevelure au vent, ne peut évidemment montrer aux jeunes un style de jeu pratiquement révolu aujourd'hui.

«Avec mes aptitudes [offensives], je n'aurais pas fait long feu dans le marché d'aujourd'hui», a-t-il blagué dimanche avant le match des petits Flyers.

Vrai que l'attaquant de 5'10'' et 200 livres n'est pas reconnu pour son flair offensif - bien qu'il ait récolté 362 points en 837 matchs -, mais plutôt pour son coup de patin inlassable et la vitesse de ses jabs. 

«Plus besoin de te battre»

Dans un portrait publié sur le site Web de la Ligue nationale de hockey, Kelly, originaire d'Oakville en Ontario, affirme sans équivoque qu'il n'a «jamais perdu un combat dans le junior» avec les Generals d'Oshawa. Dans ce même portrait, l'annonceur maison des Flyers de l'époque affirme que la seule façon d'arrêter Kelly était Kelly lui-même, lorsqu'il «entrait en contact avec un adversaire».

Le hockey est «beaucoup plus gentil de nos jours», a poursuivi Kelly, dimanche. «Avant, on se détestait. Il y avait une véritable haine entre nous [les équipes]. [...] Aujourd'hui, il n'y a plus autant d'intimidation, tu n'as plus besoin de te battre et tu ne peux plus abuser verbalement des autres. Schultz a amené ça un peu loin et il est une preuve vivante que le contrôle de la colère n'était pas pour lui...!»

Ayant évolué dans une ère «bien différente», il maintient qu'avoir joué à cette époque demeure le summum. «J'ai commencé à jouer et il n'y avait que 12 équipes. Je me suis retrouvé sur la même patinoire que les Frank Mahovlich, Henri Richard. [...] Ça ne peut pas être plus gros que ça pour moi.» Il se souvient également des duels contre le Canadien et d'un certain Larry Robinson. 

Mais une chose demeure constante dans le hockey, malgré «la technologie» et l'incroyable forme physique des joueurs. «Le but ultime de tout joueur de hockey est de gagner la Coupe Stanley. Si tu ne gagnes pas la coupe, tu n'as rien accompli», a-t-il dit. Le chemin à prendre est différent en 2017, mais tout part du travail et de la volonté, selon lui.

Outre Kelly, Simon Gagné est un autre ancien de la LNH à se trouver derrière le banc des petits Flyers. L'équipe s'est cependant inclinée contre les Sabres de Buffalo, dimanche, par la marque de 4-1. Kelly, Gagné et les Flyers seront à l'Arpidrome de Charlesbourg mercredi, à 12h30.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer