Les pee-wee veulent tasser Expo habitat

Des travailleurs s'affairaient à l'amphithéâtre de Québec, lundi,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Des travailleurs s'affairaient à l'amphithéâtre de Québec, lundi, au lendemain de la conclusion du 57e Tournoi internationale de hockey pee-wee.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Tournoi pee-wee veut voir le salon Expo habitat changer de date. «Les deux événements en même temps, c'est comme essayer de faire rentrer 30 personnes dans une Volkswagen. Ça ne marche pas!» illustre le directeur général des pee-wee.

Samedi, les 1600 cases de stationnement gratuit sur le site d'ExpoCité étaient pleines dès 11h20. Les demi-finales du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, présenté cette année du 10 au 21 février, battaient leur plein au Centre Vidéotron. À 300 mètres de là, le salon de l'habitation Expo habitat Québec (17 au 21 février) remplissait le Centre de foires.

«Il faut trouver une solution. On a deux événements pour 50 000 personnes par jour et on n'a pas le stationnement qui va avec. On ne demande rien, on constate. Les deux événements se tirent dans le pied», a affirmé Patrick Dom, durant la conférence de presse bilan du 57e Tournoi pee-wee, lundi matin.

Les pee-wee ne peuvent pas se déplacer au calendrier, précise Dom, à cause de la relâche scolaire européenne qui coïncide avec le tournoi. Changer de dates reviendrait à se priver d'une trop grande part de la participation internationale qui fait la renommée de cette compétition réservée aux hockeyeurs de 11 et 12 ans.

Dom ne cache pas non plus ses plans d'expansion. Les organisateurs souhaitent rapatrier le tournoi de la deuxième chance au Pavillon de la jeunesse, aréna de 5000 sièges voisin du Centre Vidéotron.

Les équipes qui perdent leur premier match passent pour l'instant la semaine dans un aréna de Beauport, Marcel-Bédard cette année, ou de Charlesbourg, l'Arpidrome par le passé, en espérant revenir disputer la finale au Centre Vidéotron le dimanche.

«Il faudrait que le site [d'ExpoCité] en entier soit à 100 % pee-wee! souhaite-t-il. On pourrait faire une patinoire extérieure de type pound à la place Jean-Béliveau, un sentier de patin où était anciennement la maison Tanguay [en bordure du boulevard Hamel]. On veut créer quelque chose de gros.»

Il exclut toutefois la tenue d'un match officiel du tournoi en plein air, à moins de dénicher de nouveaux partenaires financiers prêts à investir dans un tel projet.

Dom estime que le système de navettes mis sur pied par le RTC cette fin de semaine n'a pas suffi à décongestionner le stationnement. Le nombre de véhicules pouvant se stationner gratuitement a pourtant grimpé de 1200, auparavant au Colisée, à 1600, dorénavant au Centre Vidéotron.

«J'imagine ce que ç'aurait été si les petits Nordiques avaient été là samedi et dimanche», a laissé tomber le dg des pee-wee.

Du côté d'Expo habitat, on impute à l'organisme municipal ExpoCité la responsabilité de dresser le calendrier des événements tenus sur ses terrains. ExpoCité était gestionnaire du Colisée, mais ne l'est plus au Centre Vidéotron, géré par Québecor et AEG.

La fenêtre entre le Salon de la moto et du VTT, tenu cette année du 5 au 7 février, et le Salon de l'auto, du 1er au 6 mars, s'avère réduite pour occuper le Centre de foires. Ces deux événements populaires suivent un circuit nord-américain et n'offrent pas un choix de dates.

Sans oublier que chaque salon nécessite quelques jours supplémentaires d'occupation avant et après l'événement, pour le montage et le démontage.

«Nous avons reçu la demande, nous comprenons les préoccupations de notre client [Expo habitat] et nous allons voir s'il est possible de lui offrir autre chose», a commenté la porte-parole d'ExpoCité, Rose-Marie Ayotte.

Le président du Tournoi internationale de hockey pee-wee,... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 5.0

Agrandir

Le président du Tournoi internationale de hockey pee-wee, Michel Plante, et son directeur général de l'événement sportif, Patrick Dom, ont rencontré la presse au lendemain de la première présentation de l'événement au centre Vidéotron.

Le Soleil, Patrice Laroche

Engouement pour les filles

Malgré leur élimination en quarts de finale de la catégorie AA, les étoiles féminines du Québec réunies par la quadruple médaillée d'or Caroline Ouellette peuvent dire mission accomplie. L'engouement autour de leur passage au Tournoi pee-wee de Québec est tel que déjà, Manon Rhéaume a fait part de son intérêt pour inscrire une sélection féminine des États-Unis l'an prochain. Une formation du Minnesota a fait de même. L'ancienne gardienne de but avait été la première à mener une équipe toute féminine au Tournoi pee-wee, en 2002. Les filles des Rafales de la Mauricie avaient aussi participé en 2010. Mais jamais l'engouement n'a été soutenu comme cette année autour de l'Équipe du Québec de hockey féminin, confirme le directeur général du tournoi, Patrick Dom. Il ne rejette donc pas l'idée d'accepter dans le futur plus d'un club de filles la même année, même s'il a refusé 184 des 304 demandes d'inscription pour le tournoi de 2016.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer