Remparts et Nordiques éliminés des pee-wee

Jérémie Gagnon (20), Antoine Quirion (17) et les... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jérémie Gagnon (20), Antoine Quirion (17) et les petits Remparts ont été éliminés 3-2 en fusillade par les Kings Jr de Los Angeles, la troisième meilleure formation pee-wee des États-Unis.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La région de Québec a été rayée de la carte dans la catégorie AAA du 57e tournoi pee-wee. Les petits Remparts et les Petits Nordiques ont été battus coup sur coup, vendredi, par des puissances américaines.

Les Remparts, représentés par les Élites de Beauce-Appalaches, ont d'abord dû s'avouer vaincus 3-2 en tirs de barrage contre la troisième meilleure formation pee-wee des États-Unis : les Kings Jr de Los Angeles. Loin d'être intimidés, les petits Québécois ont livré une bataille féroce dans la défaite.

Malgré une nette domination dans les deux premières périodes, les Kings n'ont jamais été capables de mettre le match hors de portée de leurs adversaires. Québec a marqué le premier but du match en première période, celui de Dylan Champagne. Le gardien William Gagné s'est ensuite montré intraitable, surtout au deuxième vingt.

Les petits Remparts y ont cru jusqu'au bout, prenant les devants 2-1 en troisième période grâce à un filet d'Olivier Nadeau. Mais la pression constante des Kings a malheureusement fini par faire son oeuvre. Les Américains ont fait 2-2 tard dans l'engagement, avant de triompher en tirs de barrage.

La tête haute

«On va sortir d'ici la tête haute. On a fait peur à bien du monde et on a passé un message à tout le monde pour une petite équipe de la Beauce», a commenté l'entraîneur-chef des Élites, Éric Tanguay.

«On ne se fera pas de cachettes, ils ont eu la rondelle un peu plus que nous autres. Ça allait plus vite que ce qu'on connaît dans notre ligue aussi. En troisième période, on a pris confiance en nous, on a eu nos meilleures chances de marquer, mais on a manqué de temps.»

Tanguay a raconté qu'il «n'y avait pas de larmes» dans le vestiaire après l'élimination. «Les jeunes étaient surtout fâchés parce qu'ils sentaient qu'on pouvait gagner.»

Encore sur le High

Les rivaux de division des Élites de Beauce-Appalaches, le Typhon du Séminaire Saint-François, ont connu le même sort une heure et demie plus tard, cette fois dans l'uniforme des Nordiques. Le Fleurdelysé pee-wee a été défait 3-1 par les Rangers Jr de Mid Fairfield, septième meilleur club pee-wee au sud de la frontière et dirigé par Martin St-Louis. 

À l'instar des Remparts, les Nordiques ont pris du temps à se mettre en marche. «On pouvait jouer avec eux autres, mais on n'a tout simplement pas commencé au début du match!» a commenté l'entraîneur-chef Thomas Roberge. «Ils sont restés sur leur high de leur match de mercredi, Canadien-Nordiques.»

Il faut dire que les petits Nordiques ont gagné une bataille émotive mercredi contre le Canadien de Montréal, venant à bout du Tricolore 3-2 devant une bonne foule au Centre Vidéotron. «Je pense qu'ils n'étaient pas remis de leurs émotions», a ajouté Roberge. Si elle peut expliquer la cause du manque de concentration de sa troupe, l'entraîneur-chef a rappelé ce que ce sera probablement le plus beau souvenir de son équipe au tournoi. 

Ryan St-Louis, fils de Martin St-Louis, a marqué un but dans la victoire des Rangers. Mathieu Martel a été l'unique butteur des Nordiques. La gardienne Justine Sylvain n'a accordé que deux buts, le troisième des Américains ayant été marqué dans une cage déserte.

La région de Québec a été rayée de la carte dans la... (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Trois matchs à ESPN en 2017

Le tournoi pee-wee de Québec continue d'intriguer la planète hockey. Voilà que le réseau national américain ESPN a approché l'organisation pour que soient télédiffusés, en direct, trois matchs dès l'an prochain. Le dg Patrick Dom a confirmé l'entente sur les ondes du BLVD 102,1, vendredi matin. ESPN utilisera les images de TVA Sports et y ajoutera évidemment ses propres commentateurs anglophones. Les trois parties télédiffusées restent à déterminer, mais il est déjà clair que ce seront des finales ou des demi-finales AAA ou AA-

Élites. «Il y a beaucoup d'équipes américaines dans le AAA», a expliqué Dom, d'où l'intérêt d'ESPN pour ces duels. 

Pour Dom, ce nouveau développement est le fruit d'une riche histoire. «Quand tu regardes aujourd'hui, il y a 1215 gars qui ont joué au Tournoi pee-wee qui jouent ou qui ont joué dans la LNH. [...] C'est pas l'histoire d'un gars [Patrick Dom], c'est l'histoire d'une ville, c'est l'histoire d'une équipe et de plein de gens», a-t-il confié. 

Caroline Ouellette... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 3.0

Agrandir

Caroline Ouellette

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Les filles éliminées

Celles que tout le monde appelait simplement «les filles» se sont inclinées 1-0 face aux petits Flames de Glenlake, vendredi soir, à l'aréna Marcel-Bédard. L'aventure de l'Équipe du Québec de hockey féminin au Tournoi pee-wee est terminée. Du moins pour cette année.

«Quand tu es entraîneur, tu ne veux pas voir tes filles pleurer», a laissé tomber Caroline Ouellette, à sa sortie du vestiaire après l'élimination. À jouer du hockey de haut niveau pendant 20 ans, la quadruple médaillée d'or olympique a aussi subi sa part de défaites. Mais derrière le banc, c'est différent.

«Je suis tellement fière d'elles! On a affronté des équipes pour qui c'était leur 20e ou même 30e match ensemble cette saison, alors que nous, c'était notre quatrième. On était des pionnières», a poursuivi la pilote de la troisième équipe entièrement féminine à participer au Tournoi international pee-wee de Québec en 57 ans d'histoire.

Classées dans la catégorie AA, troisième échelon sur cinq, les filles ont inscrit un seul but en trois rencontres et n'en ont accordé que trois, dont un dans un filet désert. «On a essayé d'inculquer des bonnes valeurs défensives à nos joueuses, la fierté de bien jouer dans notre zone. On n'a pas donné beaucoup de chances de marquer et quand on en a donné, nos gardiennes ont été excellentes.»

Elles espèrent avoir laissé «une assez bonne impression pour se faire réinviter chaque année. On sait que c'est un privilège d'entrer dans le tournoi et on ne prend pas ça à la légère». À moyen terme, la création d'une division féminine internationale s'avère souhaitable, selon Ouellette, afin de fournir «encore plus une belle vitrine au hockey féminin».

C'est l'équipe féminine semi-pro de Montréal qui sera contente, car les Canadiennes retrouvent deux de leurs meilleures marqueuses, Ouellette et son adjointe Marie-Philip Poulin, pour les matchs contre les Blades de Boston samedi et dimanche.  Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer