Belle Tire, le nouveau shérif à Detroit

Le Belle Tire de Detroit (bleu) a remporté... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Belle Tire de Detroit (bleu) a remporté son premier match du tournoi face aux Sabres de Buffalo, écrasant les jeunes représentants du nord-ouest de l'État de New York 9-0.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y a un nouveau shérif à Detroit. Longtemps dans l'ombre des programmes voisins Little Ceasars et Compuware, l'équipe pee-wee AAA Belle Tire fait maintenant la loi dans la Mecque du hockey mineur du Michigan.

«Depuis je suis arrivé à la tête du programme, en 2000, j'ai tenté d'aller chercher les meilleurs entraineurs possible. Lorsque tu as de bons entraineurs qui obtiennent des résultats, les meilleurs joueurs vont venir à toi», souligne le directeur hockey John Kay lorsqu'on lui demande d'expliquer la récente montée en puissance de son équipe. 

Pour la deuxième année consécutive, elle se présente à Québec au premier rang du classement national américain. Des performances qui bousculent l'ordre établi, à Detroit. 

Dans la ville de l'automobile, les programmes de hockey sont l'affaire de milliardaires et les jeunes joueurs de talent affluent d'un peu partout dans l'espoir d'atteindre les hautes sphères du sport professionnel. Detroit a beau traverser une crise économique, de nombreux parents de hockeyeurs prodiges des quatre coins des États-Unis continuent de déménager leur petite famille au Michigan. 

Du milieu des années 70 au début des années 90, la bataille pour la suprématie du hockey pee-wee de Detroit était l'affaire de deux programmes. D'un côté, les Little Ceasars, équipe du géant de la restauration et propriétaire des Red Wings de Detroit, Mike Ilitch. De l'autre, les Compuware du magnat de l'informatique Peter Karmanos, homme derrière le déménagement des Whalers de Hartford en Caroline. 

À eux deux, les programmes ont vu passer plus d'une cinquantaine de hockeyeurs de la LNH, dont Mike Modano, Eric Lindros et Pat Lafontaine. Inévitablement, leur modèle corporatif a fait des petits. D'abord les HoneyBaked, au début des années 90, puis les Belle Tire, quelques années plus tard, sous l'essor de l'homme d'affaires Don Barnes Sr. 

L'argent fait foi de tout

Si John Kay crédite l'excellence de ses entraineurs pour expliquer comment son programme a pris l'ascendant dans le recrutement de jeunes talents, nul doute que l'argent demeure le nerf de la guerre. 

Les équipes de Detroit fonctionnent avec des budgets à rendre jalouses plusieurs des équipes québécoises qu'elles affrontent cette semaine au Tournoi pee-wee. L'an dernier, le magazine américain Bloomberg estimait à 500 000 $ le montant investi annuellement dans la vingtaine d'équipes masculines et féminines que détient Belle Tire. Un chiffre que John Kay refuse de corroborer.  

Une chose est sure, sa formation pee-wee AAA a bénéficié de l'arrivée, l'an dernier, du jeune attaquant Logan Soffer, fils du milliardaire de l'immobilier floridien Jeffrey Soffer. «Il nous aide avec nos levés de fonds», admet le directeur hockey du programme. Le paternel voyage également son fils par avion pour jouer avec Belle Tire, faisant de lui le seul joueur ne résidant pas à Detroit. 

Autre argument de vente pour l'organisation, la jeune coqueluche des Red Wings de Detroit, Dylan Larkin, a porté l'uniforme de Belle Tire durant une bonne partie de son hockey mineur. «Il est clair que les récents succès de Dylan avec l'équipe junior américaine, l'Université du Michigan et maintenant avec les Red Wings ont été très bons pour notre programme. Il est venu patiner avec plusieurs de nos équipes cette saison», raconte John Kay. 

Belle Tire dispute son deuxième match du Tournoi pee-wee mercredi, à 14h15, face aux petits Penguins de Pittsburgh.

Les Noroîts profitent encore de la prolongation

Les matchs se suivent et se ressemblent pour les Noroîts de Campus/DPR au Tournoi pee-wee. Victorieux des Sieurs de Terrebonne en prolongation en ouverture de tournoi, mercredi dernier, la formation inter B de Portneuf a réservé le même sort à l'Armada de Montmorency, mardi matin, dans une victoire à l'arraché de 2-1. «Cette fois-ci, on était prêt pour le 3 contre 3», a lancé, tout sourire, l'entraineur-chef Luc Savard après le match. 

En début de tournoi, le pilote disait de son équipe qu'elle était capable de battre n'importe qui, mais que ses matchs étaient toujours serrés et défensifs. De ce que les partisans ont vu jusqu'à maintenant au Centre Vidéotron, difficile de le contredire.

Il y a un nouveau shérif à Detroit. Longtemps dans... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Delisle le héros

Pour un deuxième match consécutif, c'est l'attaquant Alexis Delisle qui a joué les héros pour les Noroîts, inscrivant le but gagnant à une minute de la fin de la période de prolongation. «On a commencé le 3 contre 3 avec un défenseur et deux attaquants, mais on est retourné à deux défenseurs par la suite pour reposer certains avants. Ça a fonctionné», s'est réjoui l'entraineur. 

Campus/DPR a maintenant rendez-vous avec le gagnant du match entre les Draveurs de Mont-Laurier et Team Doritos, jeudi, 11h45, au Centre Vidéotron. 

Finaliste du Tournoi de Sainte-Foy Sillery, il y a quelques mois, contre ces mêmes Noroits, une autre équipe inter B de la région, les Husky de Chaudière-Ouest, ont eu moins de chance, mardi matin. 

En retard 1-0 face aux Ambassadeurs de Gatineau, les hockeyeurs de la Rive-Sud ont créé l'égalité en troisième période, amenant le match en prolongation, puis en fusillade. Fusillade qu'aucune des deux équipes n'acceptait de perdre. Husky et Ambassadeur se sont échangés des buts jusqu'à ce que le 13e tireur, le Gatinois Éloic Grant, tranche le débat en faveur des siens, signant la fin du parcours des Husky au Tournoi pee-wee.

Premier match Canadien-Nordiques

La table est mise pour le premier affrontement Canadien-Nordiques de l'histoire du Centre Vidéotron, mercredi soir, à 18h, au Tournoi pee-wee. Dans le coin gauche, le Typhon du Séminaire Saint-François, cinquième au classement provincial pee-wee AAA, représentants fleurdelisés. Dans le coin droit, les Lions du Lac Saint-Louis, représentants tricolores et premiers au même classement Québécois. À surveiller du côté des Montréalais, l'attaquant James Malatesta, qui a amassé 3 buts et 2 passes, dont le filet vainqueur en prolongation, dans la victoire du Canadien contre les Compuware de Detroit, vendredi. Les deux équipes n'ont encore jamais croisé le fer cette saison.  

Partager

À lire aussi

  • Les nouveaux hot-dogs passent le test

    Pee-wee

    Les nouveaux hot-dogs passent le test

    Arron Asham s'ennuyait trop des hot-dogs de Québec. Il n'a pas perdu de temps à goûter ceux du nouvel amphithéâtre, à son arrivée. Encore meilleurs... »

  • Les filles s'accrochent à leur rêve au Tournoi pee-wee

    Pee-wee

    Les filles s'accrochent à leur rêve au Tournoi pee-wee

    Une victoire ô combien dramatique de 1-0 en fin de prolongation a permis à Équipe Québec Féminin de poursuivre son rêve au Tournoi pee-wee de Québec,... »

  • Martin St. Louis n'a pas de regrets

    Pee-wee

    Martin St. Louis n'a pas de regrets

    Durant sa carrière dans la LNH, il a longtemps semblé que l'âge ne rattraperait jamais Martin St-Louis. Mais parole du nouveau retraité, il ne... »

  • Les petits Remparts nourris de grandes ambitions

    Pee-wee

    Les petits Remparts nourris de grandes ambitions

    Les petits Remparts n'ont pas raté leur entrée au Tournoi pee-wee, dimanche après-midi. Menée par le dynamique duo de Joshua Roy et Olivier Nadeau,... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer