• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Pee-wee 
  • > Équipe Québec féminine perd 2-0 contre la troupe de Mark Messier 

Équipe Québec féminine perd 2-0 contre la troupe de Mark Messier

La gardienne Jade Rivard-Coulombe a été la meilleure... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La gardienne Jade Rivard-Coulombe a été la meilleure joueuse d'Équipe Québec féminine, selon l'entraîneure Caroline Ouellette.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Équipe Québec féminine a vendu chèrement sa peau, vendredi soir au Tournoi pee-wee de Québec, mais elle a finalement dû s'avouer vaincue 2-0 face aux puissants Americans de New York.

«Ça a été un très beau match de hockey. On s'est sorties de situations difficiles et les filles ont tout donné. On aurait aimé un résultat différent, mais on n'a aucun regret», a expliqué l'entraîneure Caroline Ouellette après la rencontre, racontant avoir reçu les félicitations des coachs des Americans, les célèbres Mark Messier et Mike Richter. «Ils ont été impressionnés par notre équipe et par l'intensité et la passion avec lesquelles les filles jouaient. On peut être fières de nos performances.»

Ironiquement, c'est à une gardienne de but, Katie DeSa, que se sont butées les Québécoises.

Portée par les «Go, les filles, go» scandés par la foule au Centre Vidéotron, la formation étoile a frappé à la porte en fin de troisième période afin d'égaler le pointage. En retard 1-0 durant la majorité du match, Équipe Québec féminine a finalement retiré la gardienne de but Jade Rivard-Coulombe en avantage numérique, avec un peu moins d'une minute à faire, concédant un but fatal aux Americans dans un filet désert.

«Je pense que notre meilleure joueuse ce soir a été notre gardienne, et c'est extraordinaire de voir qu'elle affrontait une autre excellente fille de l'autre côté. C'est un pas pour le hockey féminin», s'est réjouie Caroline Ouellette dans la défaite.

Bien que ses protégées ont pris durement ce revers, l'entraîneure assure que leur tournoi n'est pas terminé. «C'était seulement notre deuxième ensemble», a-t-elle souligné à propos de son équipe, qui devra maintenant remporter trois matchs à l'aréna Marcel-Bédard pour revenir au Centre Vidéotron en finale.

Bonne attitude

«Une des filles s'est levée dans la chambre après le match pour dire que ce n'était pas grave, que l'on allait gagner lundi et qu'on pouvait encore gagner le tournoi. C'est la bonne attitude à adopter.»

Si ce devait être le seul match disputé sur l'imposante glace du nouvel amphithéâtre, Caroline Ouellette est convaincue qu'il aura contribué à changer les perceptions et à inspirer une nouvelle génération de jeunes hockeyeuses. Les nombreux partisans présents ont bien vu que ses filles pouvaient rivaliser avec une des meilleures équipes pee-wee AA au monde.

«Ce que l'on espère, c'est qu'il y a des milliers et des milliers de petites filles qui ont vu le match ou qui vont en entendre parler, et qui vont dire à leurs parents qu'elles veulent jouer au hockey. Moi, c'est ce qui me motive à faire ce que je fais dans le hockey mineur. Les filles de notre équipe sont des pionnières en ce sens-là. Elles créent un rêve pour les plus jeunes de jouer au tournoi pee-wee.»

Mark Messier est impressionné par le chemin parcouru... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Mark Messier est impressionné par le chemin parcouru par le hockey féminin. L'ex-vedette de la LNH et entraîneur des Americans de New York, avec qui joue son fils Douglas, ont défait Équipe Québec féminine 2 à 0, vendredi soir. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Messier conquis par les filles

Mark Messier a eu un pincement au coeur en passant devant le vieux Colisée, vendredi soir, avant le premier match des petits Americans de New York au Tournoi pee-wee.

«J'ai raconté à mon fils que c'est là que j'avais joué le deuxième match de ma carrière LNH.» Le légendaire hockeyeur n'a pas oublié 1754 matchs et 36 ans plus tard.

«J'ai toujours aimé jouer à Québec. J'aime les gens ici, les partisans surtout», a expliqué Messier à son arrivée au Centre Vidéotron. L'ex-numéro 11 étant très impliqué dans le hockey mineur depuis sa retraite, sa relation avec la capitale nationale ne s'arrête pas à sa carrière de joueur. 

Habitué du Tournoi pee-wee, où il a dirigé ses neveux à quelques reprises depuis sa retraite, en 2004, Messier est de retour, cette année, avec son fils Douglas, attaquant pour les Americans de New York (AA). «Évidemment, c'est plus spécial quand ce sont tes enfants qui participent. Mon fils apprécie l'expérience. Ses cousins lui en ont tellement parlé, maintenant c'est son tour.» 

Le membre du Temple de la renommée prend place derrière le banc, au côté de son ancien coéquipier Mike Richter, avec qui il a remporté une Coupe Stanley chez les Rangers.

«Ça a toujours été important pour moi d'entraîner et d'aider les jeunes hockeyeurs», assure Messier, dont le père, Doug, oeuvre depuis plus de 50 ans dans le hockey mineur. «Il s'occupe d'écoles de hockey depuis que je suis tout jeune. Ça a toujours été comme cela dans la famille. Nous sommes excités d'être au tournoi de Québec à nouveau cette année.» 

Il n'a par ailleurs pas caché son enthousiasme par rapport à l'inclusion dans le tournoi d'Équipe Québec féminine, vaincue à l'arraché 2-0 par les Americans, vendredi soir. «C'est extraordinaire», a-t-il lancé d'emblée à Marie-Philip Poulin en la croisant à son arrivée au Centre Vidéotron.

Il en a rajouté quelques minutes plus tard. «J'adore ce qu'elles font. Les jeunes hockeyeuses ont maintenant des héroïnes de qui s'inspirer», a-t-il dit à propos des athlètes olympiques Poulin, Caroline Ouellette et Kim St-Pierre. 

«Je suis un grand partisan du hockey féminin. C'est incroyable de voir le chemin parcouru. Les femmes qui ont remporté des médailles avec l'équipe canadienne aux Olympiques ont montré à nos jeunes filles qu'elles pouvaient aspirer à une carrière dans le hockey et on voit les résultats directs de cela avec cette équipe qui participe au tournoi.»

Patience pour l'expansion

Si plusieurs de ses meilleurs souvenirs de Québec restent enfermés derrière les portes closes du Colisée, Messier se réjouit de voir Québec se rapprocher du retour de la LNH. «La ville de Québec s'est placée en bonne position pour accueillir une équipe d'expansion avec la construction du Centre Vidéotron. Pour moi, c'est une excellente nouvelle.»

Celui qui siège au deuxième rang des meilleurs marqueurs de l'histoire de la LNH prévient cependant qu'il ne faut pas s'attendre à voir une franchise de la LNH tomber du ciel. «La LNH n'a pas encore de plan concret pour une expansion, alors tout le monde devra être patient.»

Le gardien du Drakkar, Alexis Guérin, a obtenu... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Le gardien du Drakkar, Alexis Guérin, a obtenu un jeu blanc contre les Voltigeurs. 

Le Soleil, Yan Doublet

Équipe Québec féminine a vendu chèrement sa peau,... (Infographie Le Soleil) - image 3.1

Agrandir

Infographie Le Soleil

Une première victoire pour le petit Drakkar

Habitués du Tournoi pee-wee de Québec, le petit Drakkar de Baie-Comeau n'avait encore jamais réussi, dans son histoire, à remporter son premier match à la compétition internationale. C'est maintenant chose du passé.

Menés par le brio du jeune gardien Alexis Guérin, les Nord-Côtiers se sont sauvés avec une victoire de 4-0 sur les Voltigeurs de Drummondville dans la classe AA. «C'est un bel accomplissement pour les jeunes. Baie-Comeau a déjà, par le passé, fait un bon bout de chemin à l'Arpidrome, mais remporter le premier match, c'est une première», a salué l'entraîneur, Jean-Philippe Claveau, après la rencontre. 

Après que Marc-Olivier Bisson eut ouvert la marque après à peine deux minutes de jouées en première période, le Drakkar a méthodiquement agrandi son avance, ne prenant pas de risques inutiles. «Cette année, on a 17 travaillants dans l'équipe, on ne se fie pas sur une vedette. C'est ce qu'on a vu aujourd'hui», a expliqué l'entraîneur, reconnaissant néanmoins que le travail de son gardien avait été capital. «On en doit une à Alexis. On savait qu'il pouvait nous voler des matchs et c'est qu'on a vu aujourd'hui. Mais ses défenseurs ont été solides devant lui. C'est une victoire d'équipe.»

Un défi de taille attend maintenant Baie-Comeau à son deuxième match. Le Drakkar a rendez-vous, mercredi après-midi, avec les Americans de New York de l'entraîneur Mark Messier, tombeurs vendredi d'Équipe Québec féminine. «On est heureux de revenir au Centre Vidéotron. Ça reste magique pour les joueurs», conclut l'entraîneur Claveau. 

Partager

À lire aussi

  • Jouer comme des filles

    Pee-wee

    Jouer comme des filles

    Les joueuses d'Équipe Québec féminine jouent au hockey comme des filles : aussi bien que n'importe quel garçon de leur âge. À compter de vendredi... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer