La problématique Russie barrée du Tournoi pour longtemps

Les jeunes Russes paradaient fièrement avec le trophée... (Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les jeunes Russes paradaient fièrement avec le trophée des grands champions.

Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Patrick Dom, directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, n'a pas apprécié le comportement du Russian Centre Select, seule équipe russe présente dans la capitale cette année. Assez pour qu'il n'y ait plus de formation du pays des tsars en ville jusqu'à nouvel ordre.

«À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.» Voilà ce qui venait à l'esprit de Patrick Dom après la victoire des Russes en finale de la catégorie AA-Élites au pointage de 4-1 contre l'Arsenal du Lac St-Louis, dimanche après-midi.

«On s'est fait avoir par quelques équipes cette année», a-t-il dit, pointant notamment vers le Centre Russian Select, de toute évidence trop fort pour sa catégorie. «Ce qu'on a vu de la vidéo des Russes et l'équipe que je vois là... [...] Disons qu'ils se sont entraînés fort», a-t-il ironisé. «Ils le savaient très bien où ils s'en venaient. S'il [l'entraîneur] est fier d'avoir gagné le trophée aujourd'hui, il n'y a pas grande fierté à y avoir.»

Les jeunes joueurs russes eux-mêmes ne débordaient pas d'émotion après leur victoire, pourtant en finale du plus grand tournoi pee-wee au monde. Aucun gant, bâton ou casque n'a volé dans les airs. La troupe s'est contentée d'un court rassemblement autour du gardien de but. Les sourires étaient même rares dans le vestiaire des joueurs.

Signe de sa domination, le Russian Centre Select a marqué 35 buts en six matchs au Tournoi pee-wee, n'en accordant que cinq.

M. Dom prend une part de responsabilité dans cette erreur de classement, mais reste que selon lui, la Russie aurait dû faire preuve de plus de fairplay et montrer son vrai visage dès le départ. «On va être vigilants là-dessus, énormément. On a nos devoirs à refaire de ce côté-là, définitivement.»

Indisciplinés

Cette tactique de la Russie n'est pas le seul facteur qui a poussé Patrick Dom à mettre une croix sur toutes les équipes russes. «Ce n'est pas la première fois qu'on a certains problèmes», a-t-il dit.

Les Russes en visite cette année ont été impliqués dans divers incidents. Après deux périodes d'un match préparatoire disputé à Blainville une semaine avant le tournoi, ils sont partis sans avertissement, sans se présenter sur la glace en troisième période.

Le problème serait récurrent chaque année et la majorité des formations se seraient montrées indisciplinées.

Les entraîneurs «font à leur tête», selon M. Dom. «Ils ne comprennent pas qu'à quelque part, on est contents de les inviter. Mais ils agissent comme si on leur devait tout. [...] On leur demande d'être là à telle heure, ils arrivent en retard.»

Les joueurs russes sont aussi les seuls que l'organisation du tournoi n'envoie pas en famille d'accueil, même si ces derniers le voudraient bien. La direction impose une exception à la tradition pour la Russie. Pourquoi? «Parce que c'est un paquet de troubles.»

Patrick Dom ne peut dire s'il s'agit d'une fin de non-recevoir permanente pour les Russes. Mais du temps qu'il sera en poste, la route sera barrée. «Quand il y aura une équipe russe, c'est certain que je ne serai plus là.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer