S'exiler pour le hockey... à 11 ans!

Le Madelinot Antony Boudreau (au centre) n'est pas... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le Madelinot Antony Boudreau (au centre) n'est pas très grand en comparaison des autres joueurs, mais sa fougue et son énergie compensent. L'attaquant de l'Océanic a obtenu de bonnes chances de marquer lundi dans une victoire des siens de 7-1 sur l'Avalanche du Colorado dans la classe AA.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il a 11 ans, n'habite plus chez ses parents et travaille sans relâche pour s'améliorer. Joueur de centre pour l'Océanic de Rimouski dans le pee-wee AA, Antony Boudreau, petit homme des îles-de-la-Madeleine, a décidé de se consacrer entièrement au hockey, ce qui l'a forcé à s'exiler de l'archipel.

Natif de Havre-Aubert, Antony Boudreau s'est toujours vu, du moins depuis qu'il chausse les patins, quitter sa terre natale pour poursuivre sa carrière de hockeyeur. «Ça a toujours été un de mes rêves de faire sport-études, parce qu'aux Îles on ne peut pas», a-t-il raconté lundi quand Le Soleil l'a rencontré dans les couloirs du Colisée. 

Cette année fut celle du grand saut, celle de sa première année pee-wee. Le Madelinot habite avec une famille d'accueil pour l'année scolaire, à Mont-Joli, non loin de Rimouski. 

Son école, l'école primaire Norjoli, est affiliée à l'établissement secondaire du Mistral, qui possède un programme sports-études dès le niveau bantam, porte d'entrée pour le prochain rêve d'Antony : gravir les échelons jusqu'à la Ligue nationale de hockey (LNH) et les Jeux olympiques. 

Lucide et franchement mature pour son âge, le numéro 14 ne se fait pas d'illusions, sachant très bien qu'il aura plusieurs étapes à franchir avant d'y arriver. «Il faut que je me fasse de plus petits objectifs et il faut que je grandisse à travers mes objectifs», a-t-il affirmé. 

Il vise d'abord une place dans chacune des équipes élites de l'École du Mistral, dans le niveau bantam, puis midget. «Je vais faire de mon mieux pour me rendre là. Si ça ne marche pas, qu'est-ce que tu veux, je vais essayer de m'entraîner encore plus fort pour revenir plus fort l'année d'après.» 

Un guerrier

Après tout, son modèle est Martin St. Louis (Tampa Bay-NYRangers). «Il était tout petit, il a jamais été repêché, il a quand même réussi à être une vedette de la LNH, donc pour moi c'est un bon exemple.»

Vrai que le Madelinot n'est pas très grand en comparaison de ses camarades. Certains spectateurs l'ont d'ailleurs murmuré en le voyant, lundi après-midi, lors de son match disputé contre l'Avalanche du Colorado. Mais sa fougue et son énergie compensent. «J'ai pas peur des grands parce que je suis plus petit, mais je suis plus vite qu'eux. Je m'en sers comme atout pour les déjouer ou prendre la rondelle.» Efficace et acharné, l'attaquant a obtenu de bonnes chances de marquer dans une victoire facile des siens, au compte de 7-1. 

Aux dires de son entraîneur, Antony est un bourreau de travail, tant à l'entraînement qu'à l'école. «Il est tellement travaillant, c'est le genre de joueur qu'on cherche, des guerriers prêt à aller à la guerre avec nous autres», a louangé Simon Leblanc, pilote de l'Océanic pee-wee AA. «Il est aussi excellent à l'école. Il a une moyenne en haut de 95 %. Il sait qu'il y a des [opportunités] aux niveaux universitaires, à long terme», témoignant une nouvelle fois de la maturité de son protégé.

Ne semblant pas s'ennuyer, même déraciné de chez lui, Antony peut compter sur le soutien de ses parents au quotidien, par téléphone ou «par textos». Mais les voyages pour lui rendre visite en personne se font plus rares. 

«Au début, je pensais souvent à eux, mais après j'ai compris que si je me concentrais sur le hockey et les études, ça passait plus vite et je pensais moins à ça.»

Ses parents seront à Québec pour l'encourager pour la suite du tournoi pee-wee. L'Océanic a rendez-vous avec la Sélection Suisse Romande au deuxième tour, jeudi à 16h45. 

L'Avalanche frappe un mur dans la catégorie AA

L'Avalanche du Colorado, double champion en titre du tournoi pee-wee de Québec dans la catégorie Inter-B, a été transféré cette année dans la catégorie AA. Le premier test de cette transition s'est plutôt mal passé, lundi après-midi. L'équipe a été victime d'une raclée de 7-1 contre l'Océanic de Rimouski, trop rapide et trop fort. «Je ne pense pas que les joueurs sont tout à fait prêts à jouer dans cette catégorie», a admis l'entraîneur de l'équipe perdante au terme de la rencontre. L'Avalanche a laissé l'Océanic marquer trois buts rapidement en première période, n'en accordant ensuite aucun en deuxième. Les mauvaises habitudes des petits Américains sont revenues les hanter en troisième période, laissant leur adversaire filer vers la victoire. 

La bête noire des Castors Pro-Lac

Dans un match opposant deux équipes de la Beauce dans la catégorie... International-C, les As de Thetford ont blanchi les Castors Pro-Lac (Saint-Prosper-Lac-Etchemin) au compte de 3-0. Les deux formations se connaissent bien, évoluant dans la même ligue. Les Castors n'ont pas vaincu une seule fois leur bête noire en quatre rencontres de saison régulière. Les As ont poursuivi sur cette lancée au tournoi pee-wee de Québec, notamment grâce à deux buts de Derek Turcotte (51), dont un en désavantage numérique.

Le Frontenac de Québec éliminé

La Rive-Sud a eu le meilleur sur la Rive-Nord, lundi, alors que le Husky de Chaudière-Ouest a éliminé le Frontenac de Québec grâce à une victoire de 3-2, dans la catégorie Inter-B. Les deux équipes se sont livrées une bonne bataille, mais les représentants de la capitale ont manqué de temps. Après avoir vu Québec marquer le premier but en première période (Ismaël Akué), le Husky a enfilé trois buts sans riposte (Guillaume Fortier, Félix-Antoine Hamel-Gosselin, Louis-Thomas Belleau). Jacob Asselin a réduit l'écart à un seul but en troisième période, mais c'était trop peu trop tard pour le Frontenac.

Partager

À lire aussi

  • La retraite, pas pour Alex Kovalev

    Pee-wee

    La retraite, pas pour Alex Kovalev

    À la retraite du hockey professionnel - même s'il a encore de la difficulté à l'admettre - Alex Kovalev profite de sa nouvelle vie pour décrocher, ne... »

  • Profession : dépisteur

    Pee-wee

    Profession : dépisteur

    Le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec accueille chaque année une dizaine de dépisteurs en quête de jeunes espoirs, même s'ils ne sont... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer