Walter Gretzky se souvient du passage de ses fils à Québec

Malgré plusieurs problèmes de santé, Walter Gretzky n'a... (Photo La Presse, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Malgré plusieurs problèmes de santé, Walter Gretzky n'a pas hésité à accompagner à Québec l'équipe de sa ville d'origine, Brantford. «Tant que je pourrai le faire, je vais continuer», a dit le père de Wayne.

Photo La Presse, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Victime d'un grave accident vasculaire cérébral en 1991, Walter Gretzky aurait de bonnes raisons de ne plus pouvoir raconter en détail le passage de ses quatre fils, dont Wayne en 1974, au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Mais tous ses meilleurs souvenirs sont demeurés intacts, assure-t-il.

Papa Gretzky était de toute évidence dans une bonne journée, samedi, à son arrivée au Colisée de Québec. À 76 ans, il s'arrête plus que jamais pour serrer des mains, parler hockey, prendre des photos et signer des autographes. Une générosité hors du commun qui n'est pas étrangère aux problèmes de santé qu'il a connus au cours de sa vie.

«Je suis béni de pouvoir continuer de faire ça, j'ai frôlé la mort à deux reprises vous savez [...] Je suis heureux d'être ici. Il y a des tonnes de personnes qui sont au cimetière et qui aimeraient être à ma place pour répondre à vos questions. Je suis chanceux et béni», a-t-il confié, le regard pétillant.

Frêle et souffrant de la maladie de Parkinson, Walter Gretzky est toujours animé par la même passion pour le hockey, surtout le hockey mineur. Il était tout ému, hier, de se retrouver de nouveau au Colisée et de constater que le tournoi avait conservé le même esprit que lors de sa première visite avec Wayne dans les années 70.

«Ça n'a pas changé! C'est incroyable tous ces gens rassemblés dans les gradins pour le hockey mineur; le hockey mineur! C'est fantastique, c'est si beau!» s'est-il émerveillé après avoir passé deux périodes derrière le banc des 99ers de Brantford, équipe originaire de la région où il vit toujours. 

Il remarque cependant que le niveau de jeu a augmenté avec les années. «Quand Wayne jouait, il y avait deux ou trois joueurs qui étaient incroyables. Maintenant, tous les joueurs sur la glace sont épatants dans les deux équipes! C'est là qu'on voit où on en est rendu dans le développement du hockey.»

Aussi précieux qu'une coupe stanley

Il n'y a pas que le paternel qui conserve de bons souvenirs de Québec. Le no 99 aussi, affirme son père. «C'est un aussi bon souvenir pour Wayne que de gagner une Coupe Stanley.» Ses trois autres fils, Keith, Glen et Brent, ont aussi foulé la glace du Colisée. «Tous ceux qui participent à ce tournoi vont s'en souvenir jusqu'à la fin de leur vie.»

À plusieurs reprises au cours de sa carrière, Wayne Gretzky a donné beaucoup de crédit à son père, affirmant que sans lui, il ne serait pas devenu le joueur qu'il a été. Et Walter sait lui aussi qu'il ne serait pas l'un des plus célèbres papas de hockey au pays sans Wayne. Il estime avoir un devoir envers les amateurs pour tout ce que le hockey lui a apporté. C'est pour cela qu'il prend le temps d'aller à leur rencontre. «Tant que je pourrai le faire, je vais continuer.»

Une feinte des grandes ligues

Les petits Remparts de Québec ont survécu aux assauts des 99ers de Brantford, samedi, malgré la présence de Walter Gretzky derrière le banc pendant deux périodes.

Une fois le plus célèbre papa de hockey au Canada parti, les Remparts ont vu Julien Béland créer l'égalité 1-1 en désavantage numérique grâce à un tir du poignet dans la lucarne. C'est finalement Charles Boutin qui a tranché le débat en tirs de barrage, marquant à l'aide d'une feinte digne des grandes ligues. La manoeuvre a été apprise de son entraîneur.

«Je savais pas quoi faire, alors je lui ai demandé», a confié le jeune homme après le match, ajoutant s'inspirer de Pavel Datsyuk (Red Wings de Detroit) dans la LNH. Les Remparts jouent leur prochain match jeudi à 18h contre le vainqueur du match de ce soir entre Hershey et Zurich. 

En plein air

Le Tournoi pee-wee prévoit des matchs hors-concours en plein air dès l'an prochain, confirme son directeur général, Patrick Dom. Aussi vieux soit-il, le tournoi n'a jamais tenu de partie en plein air. Les équipes en visite dans la capitale peuvent pratiquer sur les patinoires extérieures, mais aucun match n'est tenu pour des raisons de sécurité et pour éviter les blessures. 

Partager

À lire aussi

  • Profession : dépisteur

    Pee-wee

    Profession : dépisteur

    Le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec accueille chaque année une dizaine de dépisteurs en quête de jeunes espoirs, même s'ils ne sont... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer