Claude Boivin se souvient de 1983

Samuel et Maxime entourés de leurs pères Marc-Antoine... (Photo Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Samuel et Maxime entourés de leurs pères Marc-Antoine Frenette et Claude Boivin (à droite), qui sont aussi les entraîneurs des Noroîts du Campus DPR.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si le film 1987 lui a amené une notoriété inattendue, sa participation au Tournoi pee-wee de 1983 reste l'un des faits marquants de sa vie. Mercredi, Claude Boivin bouclait la boucle en ayant la chance de revenir sur les traces de son enfance avec son fils Maxime.

Les Noroîts du Campus DPR disputaient le premier match de la 56e édition. Une défaite de 3-1 contre les Castors de Pro-Lac les forcera maintenant à redoubler d'ardeur au volet de la deuxième chance à l'arpidrome de Charlesbourg.

«De revenir au Tournoi pee-wee avec mon fils, c'est très spécial. J'ai participé à la fête du 50e anniversaire, mais de le vivre avec Maxime, c'est encore mieux», confiait l'ancien joueur de la LNH.

Pendant sa carrière, Boivin a notamment porté les couleurs des Flyers de Philadelphie et des Sénateurs d'Ottawa dans la Ligue nationale, et des Rafales de Québec dans la Ligue internationale. Mais avant d'être un choix de première ronde (14e) de la LNH en 1988, il avait représenté les Petits Remparts au Tournoi pee-wee.

«Ce n'était pas en 1987, mais plutôt en 1983...» disait en riant l'entraîneur-adjoint des Noroîts. «Je m'en souviens, on avait joué en demi-finale, le Colisée était plein. Même s'ils avaient l'air relax, les kids devaient être nerveux, ce matin [mercredi], comme on l'était dans le temps. Il doit y en avoir qui n'ont pas beaucoup dormi hier [mardi] et qui avaient des papillons dans l'estomac. Ça reste du hockey, mais y'a juste plus de monde», racontait-il après le match.

Depuis la sortie du film de son ami réalisateur Ricardo Trogi, on lui parle pas mal plus de son été de 1987 que de sa carrière sur la patinoire. Responsable du programme «études-hockey» au Collège de Lévis, il doit souvent regarder l'histoire de son adolescence.

«Les jeunes trouvent ça drôle, on a dû le voir 10 fois dans l'autobus... Mon gars l'a regardé plusieurs fois, aussi, avec ses amis. Il y a des choses plus dures à expliquer, mais on a tous fait des petites niaiseries quand on était jeune...», philosophait-il avec le sourire, sachant que le film a été apprécié par les amateurs de cinéma du Québec.

Classe scolaire

Pour lui, 1987 n'est qu'une année parmi tant d'autres. Il y a aussi eu 1983 (sa présence au Tournoi pee-wee), 1988 (son repêchage en première ronde), 1991 (son premier match dans la LNH avec les Flyers) et 2015 (sa participation au Tournoi pee-wee avec son fils). Que pourrait bien lui réserver 2016?

«Nous sommes en pourparlers avec Patrick [Dom] pour qu'il y ait une classe scolaire au tournoi dans l'avenir. Il y a des parents qui voudraient envoyer leurs enfants au collège, mais qui attendent parce qu'ils aimeraient que leurs garçons participent au tournoi», indiquait celui qui avait été attiré au Collège de Lévis par François Groleau, lui aussi un ancien joueur.

Film à l'appui, Boivin rappelle qu'il n'était pas porté vers les études dans sa jeunesse. Il est convaincu du bienfait du hockey scolaire. «Si j'avais eu ça dans mon temps, j'aurais été meilleur à l'école», admet celui qui adore s'impliquer auprès des jeunes.

Un coéquipier de Philippe Boucher

Ancien coéquipier de Philippe Boucher à l'époque des Gouverneurs de Sainte-Foy, dans le midget AAA, Marc-Antoine Frenette est l'entraîneur-chef des Noroîts du Campus DPR, l'équipe de son fils Samuel. Mais là ne s'arrête pas son implication, puisqu'il est aussi adjoint dans l'atome. «C'est le fun de redonner aux jeunes ce qu'on a vécu. Phil est pas mal celui qui s'est rendu le plus loin. Moi, j'ai été dans les collèges américains avec Christian Felli, qui est médecin quelque part aux États-Unis. Ça a bien tourné, ses affaires», racontait celui qui a aussi joué avec les petits Nordiques au Tournoi pee-wee en compagnie de Patrick Poulin. «Tu nous couvrais dans le temps, ça fait longtemps», blaguait celui qui a aussi joué dans la Ligue nord-américaine de hockey.

En vitesse...

Nicolas Daigle a connu tout un match dans la victoire de 8-1 des As de Thetford Mines avec une récolte de cinq points (1 but et 4 passes)... Olivier Michaud, du Frontenac de Québec, a eu l'honneur de marquer en prolongation dans un gain de 3-2... Le match entre les Tigres de Victoriaville et les Gaulois d'Antoine-Girouard a commencé sur les chapeaux de roue avec un but dès la 33e seconde de jeu, un deuxième à la 39e et un troisième à la 50e. Le fils de Dave Morissette (Zach), ancien joueur et animateur à TVA Sports, s'alignait pour les Gaulois, vaincus 5-2... «J'aimerais parler à Maxime Joyal», demande-t-on à la porte du vestiaire des Tigres. Oups, ce n'est pas l'ancien gardien des Remparts qui se présente. «Nous sommes nés en 1989 tous les deux, j'ai joué contre lui dans le junior AAA, mais ce n'est pas moi», disait l'autre Maxime, visiblement habitué par la confusion... Les joueurs des Remparts qui ont pris place dans les gradins pendant quelques minutes, en début d'après-midi, ont vite été entourés par des jeunes à la recherche d'autographes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer