Mélanie Bordeleau: la spectatrice arbitre!

Mélanie Bordeleau a été la première officielle canadienne... (Photo Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Mélanie Bordeleau a été la première officielle canadienne à être arbitre en chef lors d'une finale du Championnat mondial de hockey féminin.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Partager

(Québec) On peut parier que même si elle était attentive à ce qui se passait sur la patinoire du Colisée Pepsi, Mélanie Bordeleau ne regardait pas les matchs des pee-wees de la même manière que tous les autres amateurs. Officielle, elle a été la première Canadienne à être arbitre en chef lors d'une finale du Championnat mondial de hockey féminin - c'était en 2012. On peut penser qu'elle regardait aussi comment se comportaient ses pairs.

«C'est parfois difficile de ne pas juger le travail de ses collègues, a expliqué Mélanie, une Gatinoise d'origine. Mais je me dis toujours que ce n'est pas moi qui suis sur la patinoire. C'est facile quand nous sommes dans les estrades de juger le travail d'un officiel. Sauf que lorsque l'on n'est pas sur la glace, on ne sait pas vraiment c'est quoi. Nous avons tous une vue différente. On pourrait être 10 personnes dans les estrades et nous aurions 10 visions différentes de la pénalité que l'arbitre vient d'appeler.

«Il arrive que je dise : "Ah, peut-être que moi je ne l'aurais pas signalée." Mais j'essaie toujours de voir qui est sur la glace lorsque la punition a été appelée. Et c'est certain que lorsque je suis dans mon salon avec mon mari et que je regarde du hockey de la LNH à la télé, je call les hors-jeux. C'est immanquable.»

À sa 13e saison comme arbitre, Mélanie se destinait d'abord à une carrière de hockeyeuse. Elle a raconté qu'elle a joué toute sa vie au hockey, elle qui a commencé à patiner à l'âge de trois ans. Elle a notamment évolué au niveau collégial (Collège Jean-de-Brébeuf) et dans la Ligue nationale féminine (Ottawa). Elle a aussi fait partie des Équipes Québec et elle a même fait un camp d'entraînement avec l'équipe nationale canadienne en 1997. Elle a ajouté qu'elle n'avait pas été retenue pour le gros camp.

«J'ai commencé à arbitrer un peu par hasard. Je devais payer mes études au niveau collégial et je désirais avoir des sous d'extra pour payer mon logement et tout ça. J'ai commencé comme tous les arbitres au niveau mineur, et par la suite, j'ai fait des championnats canadiens. C'est quand j'ai vu que j'avais une belle progression au niveau de l'arbitrage que j'ai abandonné complètement la pratique du hockey. À ce moment-là, je n'avais plus la même passion de jouer.

«Ça fait maintenant six ans que je fais des championnats internationaux. Je serai d'ailleurs du Championnat du monde de hockey féminin disputé à Ottawa en avril. Et plus tôt cette saison, je suis devenue la première femme à être arbitre en chef dans la Ligue midget AAA.»

Objectif Sotchi

Après avoir rêvé de prendre part aux Jeux olympiques en tant que hockeyeuse, Mélanie rêve maintenant d'y aller en tant qu'officielle. «On dit que tous les chemins mènent à Rome, peu importe lequel on utilise. Pour moi, c'est un rêve d'aller à Sotchi et je vais peut-être le réaliser», a humblement dit la Gatinoise d'origine.

Interrogée sur les critères de sélection pour aller aux JO, Mélanie a indiqué qu'un officiel devait avoir oeuvré dans un championnat du monde. Et elle en a déjà trois à son actif. Elle a cependant ajouté que c'est sa performance à Ottawa en avril qui lui permettrait ou non d'aller à Sotchi.

«Tout est à recommencer et il n'y a jamais rien d'acquis. Lors du Mondial, on a une évaluation à chaque fin de match. Et à la fin du championnat, les superviseurs envoient à la Fédération internationale de hockey sur glace un rapport écrit qui va dicter où on va aller l'année suivante. Ça peut fonctionner de trois manières. On peut demeurer dans le même niveau, passer dans le niveau supérieur ou baisser dans le niveau inférieur.

«À la suite des Jeux de Vancouver cependant, la fédé et les pays avaient ciblé des arbitres qui pourraient potentiellement faire partie d'un pool pendant quatre ans et à partir duquel seraient choisis les arbitres qui iraient à Sotchi. Chaque Mondial a donc servi de préparation pour les JO. Aller à Sotchi est donc un rêve qui n'est pas impossible mais tant que je n'aurai pas eu la confirmation que j'ai été choisie, je vais me dire dans ma tête que j'aimerais y aller mais que ce n'est pas moi qui ira.»

Le Bataillon BB avance

Le Bataillon BB de Montmorency sera des quarts de finale de l'Inter B. La formation québécoise a mérité cet honneur en prenant la mesure des Husky de Chaudière-Ouest au pointage de 2 à 0. «Ça n'a pas été facile, a reconnu l'entraîneur-chef Steve Fortin. Je dois donner le crédit aux Husky, ils ont joué un très gros match et ils ont été plus guerriers. Car d'habitude, lorsque nous les affrontons en matchs de ligue, nous avons plus de facilité pour nous imposer.» Questionné si son niveau de stress avait augmenté un peu quand son équipe avait écopé de deux pénalités dans la dernière minute de la troisième période, Fortin a indiqué que non. «On a une bonne défensive et un excellent gardien qui fait le travail.» Frédéryck Lachapelle et Émile Côté ont été les marqueurs du Bataillon. Philippe Gaudreault a récolté le blanchissage. Il a été parfait sur les 19 tirs qu'il a reçus.

Cinq points pour Xavier Grondin

Xavier Grondin a marqué deux buts, s'est fait complice de trois autres et il a mené les As CC de Thetford Mines à une victoire de 6 à 2 aux dépens des Noroîts du Campus DRP. Frédérik Marcoux s'est aussi signalé avec deux buts et deux aides. En avant 3 à 0, les gagnants ont vu leurs rivaux porter la marque 3 à 2 avec deux buts. Mais ils ont rapidement repris le contrôle de la rencontre. «On a senti que les gars jouaient un peu plus nerveusement, a indiqué l'entraîneur-chef Pierre Marcoux. Les petits gars ont dérogé un petit peu du système. Mais ils ont inscrit un but rapide après le deuxième des Noroîts, ce qui nous a permis de reprendre le momentum.» Jacob Perron et Isaël Fortin ont marqué les autres filets des As. La riposte du Campus est venue de Brandon Plamondon et de William Tremblay.

En vitesse...

La fusillade a été fatale au Bataillon CC de Montmorency qui s'est incliné 2 à 1 face au Rockey de l'Île-du-Prince-Édouard. La formation québécoise, qui tirait de l'arrière 1 à 0 en début de troisième période, avait réussi à créer l'égalité grâce à un but d'Antoine Boutin, filet marqué en désavantage numérique. Le gardien Philippe Larue a brillé dans la défaite, lui qui a fait face à 25 tirs... Jacky Cloutier a joué les héros pour les Baroudeurs CC de Beauce-Centre. Son but marqué dans la 10e minute de jeu de la troisième période a brisé une égalité de 1 à 1 et il a permis aux siens de décrocher une victoire de 2 à 1 aux dépens des Titans de Mauricie-Est. Alexandre Mathieu a marqué l'autre filet de la troupe beauceronne, lui qui a aussi obtenu une passe sur le but gagnant. Jonathan Rodrigue a brillé devant le filet des gagnants avec 18 arrêts...

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Un air de déjà-vu pour Terry Yake

    Pee-wee

    Un air de déjà-vu pour Terry Yake

    Terry Yake n'avait pas mis les pieds au Colisée Pepsi depuis 1994 quand il s'y est présenté en compagnie des joueurs des Blues de St. Louis. À ... »

  • Les conseils de papa Peca

    Pee-wee

    Les conseils de papa Peca

    Difficile de passer inaperçu quand l'on se nomme Trevor Peca et que l'on évolue pour les Sabres de Buffalo au Tournoi pee-wee. Les amateurs de... »

  • S'expatrier pour jouer au hockey

    Pee-wee

    S'expatrier pour jouer au hockey

    Après avoir évolué en Allemagne il y a deux ans et en Belgique la saison dernière, le hockeyeur Lucas Boni joue cette année en Hollande. Au premier... »

  • Premiers coups de patin belges

    Pee-wee

    Premiers coups de patin belges

    Une page d'histoire a été écrite au 54e Tournoi pee-wee, lundi, alors qu'une formation belge a évolué sur la glace du Colisée Pepsi. Une première... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer