Maurice Tanguay, un immortel

Maurice Tanguay a pris sa place parmi les... (Collaboration spéciale Rémi Sénéchal)

Agrandir

Maurice Tanguay a pris sa place parmi les immortels de l'Océanic.

Collaboration spéciale Rémi Sénéchal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) À l'issue de 50 minutes de témoignages bien sentis, Maurice Tanguay a pris sa place parmi les immortels de l'Océanic en ayant sa bannière au plafond de l'amphithéâtre de Rimouski, aux côtés de certains joueurs vedettes, dont plusieurs prenaient part à la cérémonie visant à lui rendre hommage.

Le fondateur de l'Océanic a fait son entrée sur la patinoire sous les acclamations de la foule très nombreuse du Colisée Financière Sun Life, vendredi. Sous les feux des projecteurs, il est apparu très ému. De son fauteuil roulant, Maurice Tanguay a longuement salué et embrassé de ses deux mains l'assistance, qui le lui a bien rendu avec une ovation debout et des applaudissements bien nourris.

Les premiers mots du maître de cérémonie, Michel Germain, ont été pour remercier Maurice Tanguay d'avoir cru en lui depuis 22 saisons comme descripteur des matchs. Puis, c'est la gorge nouée par l'émotion qu'il a aussi souligné le soutien de l'ancien propriétaire du club lors de la terrible épreuve qu'il a vécue, il y a bientôt 18 ans, lorsque sa mère, sa conjointe et sa fille de 9 ans ont péri dans un accident de la route.

Des joueurs reconnaissants

Des joueurs ayant marqué l'histoire de l'Océanic et ayant poursuivi une carrière dans la Ligue nationale de hockey, tels Brad Richards et Sidney Crosby, ont exprimé leur reconnaissance par vidéo préenregistrée à celui qui aura changé le cours de leur vie. Si Richards et Crosby n'avaient pu se déplacer respectivement de l'Australie et de la Floride, une cinquantaine d'autres anciens porte-couleurs de l'équipe rimouskoise s'étaient déplacés d'un peu partout pour l'événement.

Parmi eux, l'un des plus grands joueurs de l'histoire de l'Océanic, Vincent Lecavalier, a témoigné son attachement à Maurice Tanguay, qui aura eu une influence dans le succès qu'il a connu dans la LNH. «Mon cheminement a commencé ici, à Rimouski», a reconnu l'ancien joueur des Lightning de Tampa Bay lors d'une entrevue accordée au Soleil. «C'est une place spéciale, pour moi, qui m'a donné des opportunités pour jouer dans la Ligue nationale, après. Ce que M. Tanguay a fait pour moi et pour tous les autres joueurs, c'est spécial! C'est pour ça qu'il y a tellement de joueurs ici, aujourd'hui, pour le féliciter de tout ce qu'il a fait pour toute l'organisation.»

Le premier capitaine de l'équipe, Allan Sirois, qui a également eu une carrière professionnelle, a dit, avec l'émotion dans la voix : «Sans lui, je ne serais pas l'homme que je suis!»

Le deuxième employé à avoir été engagé par Maurice Tanguay, après Marius Fortier, a lui aussi eu droit à une ovation debout des 3548 spectateurs. Le premier entraîneur-chef de l'Océanic, Doris Labonté, a souligné la grandeur d'âme de l'homme. Puis, le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, suivi du premier directeur de l'Océanic et ancien maire de Rimouski devenu sénateur, Éric Forest, ont remercié le fondateur du club de l'importance de son apport, tant au sein de la ligue que de la communauté régionale.

Citoyen d'honneur

Le représentant de la Ville de Rimouski, Donald Bélanger, a décerné à Maurice Tanguay le titre de «citoyen d'honneur de Rimouski». Le président du conseil d'administration du club, Éric Boucher, lui a présenté la bannière portant sa photo, ornée de la mention «Maurice Tanguay 1995-2015», avant qu'elle ne soit hissée par deux anciens joueurs, Michel Ouellet et Jonathan Beaulieu, qui ont respectivement été le troisième meilleur marqueur de l'Océanic et le capitaine lorsque l'équipe a remporté la Coupe Memorial en 2000.

«Merci pour tous vos beaux cadeaux et les beaux souvenirs», a exprimé Maurice Tanguay, avant de lever la tête au ciel, tout sourire, pour voir s'élever la bannière à son effigie. «Les hivers passés à Rimouski sont parmi les plus beaux souvenirs de ma vie», a-t-il confié au Soleil, en ne manquant pas de souligner l'indéfectible soutien de sa femme Madeleine dans tous ses engagements, tant personnels que professionnels. «Rien ne peut égaler ça. Je suis un amateur de hockey et ici, j'ai vécu le bonheur.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer