Alexandre Tanguay, de joueur à propriétaire

Alexandre Tanguay, petit-fils de Maurice, a joué pour... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Alexandre Tanguay, petit-fils de Maurice, a joué pour l'Océanic de 2010 à 2012.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) C'est le volet hors glace qui a retenu l'attention lors du point de presse faisant le bilan de la 21e saison de l'Océanic de Rimouski. L'homme de la première heure de l'équipe, André Jolicoeur, tire sa révérence du hockey, mais il s'est assuré avant de partir que le nom Tanguay demeure associé à l'équipe.

M. Jolicoeur est, avec Maurice Tanguay, l'artisan derrière l'arrivée d'une équipe de hockey junior majeur à Rimouski en 1995. «En avril 1995, je faisais la navette continuelle entre Saint-Jean-sur-Richelieu, Longueuil, Laval et Rimouski pour acquérir les Lynx de Saint-Jean», s'est remémoré l'homme d'affaires.

Maintenant que l'heure de la retraite professionnelle a sonné - il est vice-président chez Ameublements Tanguay -, André Jolicoeur fait de même avec ses fonctions au sein de l'Océanic, cédant son poste de président du conseil d'administration à Alexandre Tanguay, petit-fils de Maurice et ex-porte-couleurs de l'équipe, de 2010 à 2012.

De plus, la part de 50 % de l'équipe que Jolicoeur et Tanguay possèdent est aussi cédée à Alexandre, qui, à 22 ans, est tout juste plus vieux que le club qu'il acquiert. L'autre 50 % demeure propriété d'un groupe d'hommes d'affaires de Rimouski. «Je laisse l'Océanic en très bonnes mains après 21 ans», a-t-il assuré.

Beausoleil optimiste pour la prochaine saison

Quant au bilan hockey, Serge Beausoleil n'avait pratiquement que du positif à dire. «Le passage obligé vers un nouveau défi, soit le rajeunissement de l'équipe, incontournable dans le hockey junior québécois, s'est effectué en douce. Il n'y a pas eu de rupture et on avait une équipe représentative, comme on l'avait dit», a lancé l'entraîneur-chef et directeur général, qui soutient que ses jeunes troupiers ont offert «du jeu énergique et inspiré».

Même l'élimination en première ronde de sa formation contre les Islanders de Charlottetown n'entache pas le portrait de Beausoleil. «Ce fut une série épique, je crois. On s'attendait à une série difficile et c'est ce qu'on a eu. On affrontait une équipe lourde, rapide, rendue à maturité et on a pratiquement amené ça à un septième match. J'ai toujours cru qu'on pouvait battre Charlottetown.»

Il a toutefois rappelé que les absences de Beau Rusk (blessé, il prend d'ailleurs sa retraite du hockey), de Louis-Philip Guindon (blessé avant le quatrième match) et de Charle-Édouard D'Astous (suspendu pour les rencontres 4 et 5) ont considérablement réduit les chances des siens. Mais encore là, Beausoleil voit le bon côté des choses.

«À quelque chose malheur est bon et ces absences nous ont permis de voir de nouveaux talents. La situation a accéléré le développement de notre jeune brigade et on a vu des jeunes qui ont éclos comme [Jérémie] Beaudin. On a aussi vu l'étoffe d'Alexandre Lagacé. Je suis vraiment rempli d'optimisme pour l'an prochain», a ajouté Beausoleil, qui a vu son contrat prolonger de deux saisons, tout comme celui de son bras droit hockey Éric Dubois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer