Les Tigres goûtent à la «virile» médecine de l'Océanic

Samuel Laberge a inscrit le premier but de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Samuel Laberge a inscrit le premier but de la rencontre, dimanche.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) L'entraîneur-chef de l'Océanic a affirmé qu'il aimait le hockey viril. Serge Beausoleil a été servi à souhait lors du match présenté dimanche après-midi au Colisée Financière Sun Life, où ses hommes ont littéralement avalé les Tigres de Victoriaville par la marque de 4-1.

«J'ai vraiment aimé le départ canon qu'on a eu, a souligné Beausoleil. Jusqu'à la pénalité (5:34), les tirs en première période étaient de neuf contre un en notre faveur. On était partout!» 

En plus de la performance de ses vétérans, l'effort des jeunes, tels Raphaël Bastille, Hunter Moreau et Matous Belohorsky, a été remarquable aux yeux de Beausoleil.

Les hôtes ont mis un peu plus d'une minute avant d'ouvrir le pointage sur un retour de lancer de Samuel Laberge. À 7:26, les Tigres ont profité de l'avantage numérique pour égaler la marque avec un but de Félix Lauzon. À 11:52, Hunter Moreau, qui ne s'était pas inscrit au pointage depuis des lustres, a compté sur un lancer parfait dans la partie supérieure du filet, redonnant ainsi les devants à Rimouski. «Ça faisait longtemps que j'en avais pas mis un dans le net, a fièrement lancé Moreau. Ça fait du bien!» 

Après le deuxième engagement, c'était toujours 2-1 pour la troupe de Beausoleil. À 13:23 du troisième tiers, Carson MacKinnon a creusé l'écart avec un puissant tir sur réception facilité par un échec avant de Nicolas Werbik. Deven St-Hilaire a complété la marque en touchant la cible dans un filet désert avec moins de trois minutes à faire au match.

Avec trois mentions d'assistance, par rapport à une seule depuis le début de la saison, cette partie a été historique pour Jérémie Beaudin, tant offensivement que défensivement. «On a eu une bonne discussion avec lui sur ses capacités offensives», a raconté le directeur général de l'Océanic. «Il jouait un style de hockey que je ne dirais pas terne, mais plutôt gêné. Il a un tir, des aptitudes et un talent incroyables. Il faut qu'il mette la rondelle au filet. Il a eu cinq tirs au filet, ce soir. C'est là qu'il faut qu'il aille! Il a une vision du jeu hors norme. On veut qu'il utilise son plein potentiel et il l'a vraiment fait.» 

La timidité disparue

Le principal intéressé a avoué qu'il était plutôt timide jusque-là. «Je n'avais pas la confiance que je devrais avoir en moi, a-t-il reconnu. Mais, plus ça avance, plus les coachs et mes coéquipiers me font confiance. Ça va juste de mieux en mieux!» 

Selon lui, son passé au sein des Screaming Eagles du Cap Breton est loin d'avoir contribué à développer sa confiance en lui. «C'est sûr que si tu joues pas, que tu n'as pas de temps de jeu, tu vas être moins confiant quand tu vas aller sur la patinoire, a-t-il laissé tomber. Ça a été vraiment dur sur ma confiance.

«À chaque game, je veux jouer mieux que la game d'avant, a poursuivi Beaudin. Je veux continuer sur cette lancée-là. Je m'entends super bien avec tout le monde, puis ça se reflète sur la patinoire!»

Rimouski a eu l'avantage au chapitre des lancers avec 28 tirs contre James Povall, pendant que Louis-Philip Guindon en recevait 19.  L'Océanic recevra les Saguenéens de Chicoutimi mardi soir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer