L'Océanic coulé en prolongation

Les Wildcats ont ouvert la marque à 15... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les Wildcats ont ouvert la marque à 15 secondes seulement du début de la rencontre grâce à un but de Conor Garland.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

Les 47 premières minutes de jeu ont nourri beaucoup d'espoir chez l'Océanic, qui rendait visite dimanche aux Wildcats de Moncton. Même si les visiteurs ont eu l'avantage du jeu pendant les 60 premières minutes, l'issue du match s'est scellée à quatre secondes de la fin de la prolongation, les Chats sauvages l'emportant 4-3.

«C'est une équipe très rapide qu'on a réussi à contenir malgré tout», a analysé l'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil. «Ça a été 3-2 pendant un bon bout de temps.»

Les Wildcats ont ouvert la marque à 15 secondes seulement du début de la rencontre grâce à un but de Conor Garland. Moins de trois minutes plus tard, Tyler Boland, de l'Océanic, a compté en avantage numérique. À 14:06 du même engagement, une reprise vidéo a été nécessaire pour confirmer le but sans aide du capitaine de Rimouski, Anthony Chapados, donnant ainsi les devants 2-1 à l'Océanic.

Match «très viril»

La première minute de jeu de la deuxième période s'est déroulée sous le signe de la robustesse : deux joueurs de chacune des équipes ont été envoyés au cachot pour rudesse, coup de coude et coup de bâton. Le pilote du club rimouskois a qualifié le match de «très viril». Selon Beausoleil, les arbitres avaient la mèche courte. «Quand Garland nous a fait prendre trois pénalités, elles étaient pas toutes méritées, croit-il. Mais bon, il faut apprendre à composer avec ce genre de situation.»

Moncton a créé l'égalité lors d'une supériorité numérique, à 5:23, grâce à Cameron Askew. Une mêlée générale a éclaté moins de trois minutes plus tard. Trois joueurs de chaque club ont écopé de punitions, dont Zachary Malatesta, qui a été expulsé pour placage et extrême inconduite. D'un élan très rapide et sans jamais ralentir, le numéro 27 des Wildcats a administré un violent coup de coude à la tête de Tyler Boland, qui s'est effondré sur la glace. Il a essayé de se relever, puis est retombé. Il a finalement réussi à rentrer au vestiaire en chancelant. «On l'a sorti de façon préventive», a indiqué le directeur général de l'Océanic.

Raphaël Bastille a ensuite profité d'un avantage numérique pour permettre à l'Océanic de prendre les devants 3-2 en tirant le disque par-dessus l'épaule du gardien Blade Mann-Dixon qui était agenouillé.

Égalité

Avec 12 minutes à écouler au troisième engagement, Liam Murphy a créé l'égalité 3-3 lors d'une attaque à cinq. «On a eu une mauvaise couverture sur le but qui a nivelé la marque et qui nous a obligés à aller en prolongation, a commenté Beausoleil. À 12 secondes de la fin de la période de prolongation, on a malheureusement perdu notre position.» 

Avec moins de quatre secondes à faire en prolongation, Austin Kosack a déjoué le gardien de Rimouski, Louis-Philip Guindon, qui avait réussi à bloquer 37 rondelles. Le défenseur a ainsi procuré la victoire à Moncton devant 3705 partisans en délire.

L'Océanic revient à la maison pour affronter, vendredi, les Tigres de Victoriaville. Il s'agira de leur dernier match avant Noël.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer