Michaël Joly suspendu trois matchs

Michaël Joly de l'Océanic... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Michaël Joly de l'Océanic

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a sévi à l'endroit de Michaël Joly. L'attaquant de l'Océanic de Rimouski a écopé d'une suspension de trois rencontres pour sa mise en échec sur Nicolas Aubé-Kubel, des Foreurs de Val-d'Or.

L'incident s'est produit en première période de la rencontre de vendredi entre les deux formations, disputée à Rimouski. Aubé-Kubel tentait de récupérer le disque près de ses patins et il n'a jamais vu arriver Joly, qui l'a solidement frappé dans la poitrine.

Sur la séquence, l'attaquant des Foreurs a perdu son casque et sa tête a frappé la glace. Aubé-Kubel a subi une commotion cérébrale, mais il a heureusement pu regagner le vestiaire des siens sur ses deux jambes, contrairement au jeune coéquipier de Joly, Samuel Beck. On se rappellera que ce dernier a quitté le Centre Henry-Leonard de Baie-Comeau en ambulance le 19 septembre, sonné par Simon Desbiens du Drakkar, qui a reçu deux matchs de suspension pour son geste.

«Je ne sais pas pourquoi Michaël a un match de suspension de plus que Simon. C'est très surprenant et je ne sais pas comment je vais expliquer ça à nos partisans», a lancé le directeur général et entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil. «On n'a pas l'habitude de discuter des suspensions, mais je suis resté surpris de celle-ci.»

Selon l'interprétation du directeur du département de la sécurité des joueurs de la LHJMQ, Raymond Bolduc, Joly a accéléré avant de servir sa mise en échec et il «s'est propulsé vers le haut» au moment de l'impact. Toujours selon la Ligue, Joly n'a rien fait pour éviter ou minimiser le contact avec Aubé-Kubel, qui se trouvait alors en position vulnérable.

«Les deux derniers événements du genre dans lesquels notre club a été impliqué sont similaires, a poursuivi Beausoleil. Les deux joueurs ne frappent pas à la tête, mais si on regarde les antécédents, Simon a une liste longue comme le bras et Michaël n'a qu'un incident», ajoute-t-il.

Ceci dit, le dirigeant de l'Océanic ne cherche en rien à disculper son joueur et souhaite ne plus voir de scènes de la même nature. «Une mise en échec où le joueur qui se fait frapper ne voit pas arriver l'autre gars, il faut combattre ça, on est tous d'accord là-dessus», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer