L'Océanic en avant 2-0 contre les Foreurs

Anthony DeLuca connaît un début de demi-finale explosif... (Collaboration spéciale, Rémi Sénéchal)

Agrandir

Anthony DeLuca connaît un début de demi-finale explosif contre les Foreurs. Après son tour du chapeau de la veille, il a récolté un but et une passe dans la victoire de 3-0 de l'Océanic, samedi.

Collaboration spéciale, Rémi Sénéchal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sébastien Desrosiers

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) L'Océanic s'est confortablement installé dans le siège du conducteur, samedi, au Colisée Financière Sun Life. Il a dominé les Foreurs du début à la fin, voguant vers un gain de 3-0 et une avance de 2-0 dans sa demi-finale de la Coupe du Président.

La troupe de Serge Beausoleil a amorcé le match de façon plus convaincante que lors de la soirée précédente. «On a joué un bien meilleur match, on a dirigé plus de rondelles vers le gardien, plus de lancers dangereux», s'est réjoui l'entraîneur-chef.

Et comment! Les locaux ont bombardé le filet d'Étienne Montpetit de 19 lancers dès la première période. C'est finalement le 26e qui aura été le bon, après six minutes de jeu en deuxième période, alors que Devan St-Hilaire a donné les devants 1-0 à Rimouski sur une échappée. Anthony DeLuca et Michaël Joly ont complété la marque avant le début du troisième vingt.

«On souhaite toujours mener 2-0, mais en même temps, on ne peut pas bomber le torse», a averti Beausoleil. «Quand tu joues contre une équipe avec autant de résilience, moi, je pense qu'il va falloir être prêt pour le prochain match qui va être crucial dans la série. C'est 2-1 ou 3-0, ça va être un des deux scénarios.»

Louis-Philip Guindon a quant à lui réalisé 19 arrêts pour signer son deuxième jeu blanc des séries, alors que son homologue valdorien a finalement repoussé 41 des 44 tirs dirigés vers lui.

«On n'est pas sorti pour notre gardien qui a fait de beaux arrêts», a affirmé Julien Gauthier. «Je pense que ça a sauvé un massacre.»

La fatigue a finalement commencé à se faire sentir du côté des visiteurs, pour qui il s'agissait d'un quatrième match en six jours. «Je n'ai pas vu les Foreurs de Val-d'Or, je pense qu'on était épuisés, on s'est fait manger dans toutes les facettes du jeu», a soutenu l'entraîneur-chef Mario Durocher.

«On est fatigué physiquement et mentalement. Ce qu'on veut faire, c'est leur donner off, un petit entraînement lundi, puis on va s'arranger pour revenir vous voir vendredi», a-t-il lancé aux journalistes.

Tâche ardue

Le filet d'Anthony DeLuca, qui a privé les Foreurs d'une victoire avec près d'une minute à faire dans le match numéro 1, risque de venir hanter Durocher. «Le but égalisateur [vendredi] nous a fait mal entre les deux oreilles», a-t-il indiqué. «C'est la job du staff qui va avoir à lever la tête de nos gars. On a fait des comebacks depuis le début de la saison, et il faut y croire.»

La tâche s'annonce ardue, puisque les deux dernières défaites consécutives de l'Océanic remontent aux 21 et 22 février. Depuis ce temps, la troupe de Serge Beausoleil présente une remarquable fiche de 19 victoires, 2 défaites et 1 défaite en prolongation.

Les deux équipes bénéficieront donc de deux jours de repos, alors que la série se transporte à Val-d'Or, mardi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer