Océanic/Foreurs: un duel de champions

Serge Beausoleil, coach de l'Océanic, espère un bon... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Serge Beausoleil, coach de l'Océanic, espère un bon départ de son équipe face à des Foreurs qui vont être gonflés à bloc.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les champions de la saison régulière de la LHJMQ ont la chance de détrôner les champions en titre de la Coupe du Président dans la série demi-finale qui s'amorce ce soir au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. La confrontation entre l'Océanic et les Foreurs, qui roulent à fond de train depuis quelques matchs, s'annonce explosive.

Négligés mais confiants

Mario Durocher le reconnaît et l'accepte : ses Foreurs seront les négligés face à l'Océanic de Rimouski. Il voue d'ailleurs un immense respect pour les champions de la saison régulière. «Ce club n'est pas fait pour la Coupe du Président, il est fait pour la Coupe Memorial!» lance l'entraîneur-chef de Val-d'Or.

Ça n'empêche pas le pilote de croire en ses chances de causer la surprise. Après tout, les Foreurs sont à leur meilleur dans les grandes occasions. Champions en titre de la LHJMQ, ils viennent de gagner deux séries émotives. La première en six matchs contre leurs éternels rivaux de l'Abitibi, les Huskies de Rouyn-Noranda; la deuxième, plus dramatique encore, alors qu'ils sont revenus après avoir tiré de l'arrière 0-3 contre le Drakkar de Baie-Comeau, l'équipe qu'ils avaient battue en finale l'an dernier.

Malgré ces réussites, Durocher assure que sa jeune équipe n'a pas le sentiment du devoir accompli. «Le devoir accompli, pour nous, c'est la Coupe Memorial. On ne se souvient pas de qui a perdu en finale ou en demi-finale. Il faut se rendre jusqu'au bout pour avoir le sentiment du devoir accompli.»

Selon Durocher, la clé de la victoire contre Rimouski sera le bon jeu défensif de sa troupe. Cette saison, les Foreurs ont marqué 283 buts (2e dans la Ligue, derrière Moncton), mais en ont accordé 266 (16e). «On a confiance en notre offensive, mais il va falloir que notre défensive soit à son meilleur. [...] Il ne faudra pas tricher. Il faudra garder notre sang-froid», prévient-il. Pour ce faire, il compte sur l'expérience des siens, une dizaine de ses joueurs ayant vécu l'euphorie de la victoire l'an dernier.

En avion pour récupérer

Un peu comme les Wildcats de Moncton face aux Remparts, les Foreurs devront composer avec la fatigue après une longue série. L'Océanic, lui, n'a pas joué depuis une semaine. «Ce n'est pas favorable pour nous», admet Durocher. «On doit bâtir sur l'émotion du dernier match», le fameux septième duel de la série contre Baie-Comeau, remporté 4-3 en prolongation mardi.

Afin de donner une chance à ses hommes de récupérer, la direction des Foreurs a choisi de faire le voyage en avion jusqu'à Rimouski, ce matin, au lieu d'un long et épuisant trajet en autobus.

Vitesse de croisière

L'Océanic de Rimouski semble avoir atteint sa vitesse de croisière. Forts de trois victoires consécutives au mythique Centre Robert-Guertin, les hommes de Serge Beausoleil présentent maintenant une fiche de huit victoires et une seule défaite en séries.

«Ça peut être trompeur, ça n'a pas été facile», indique l'entraîneur-chef Serge Beausoleil. «La série contre Victo nous a bien préparés. Contre Gatineau, il a fallu élever notre jeu d'un cran, on savait que c'était un défi titanesque, et les gars l'ont très bien relevé.»

À égalité 1-1 dans la série et en retard 2-0 dans le match numéro 3, les gros canons de l'Océanic se sont réveillés. À partir de ce moment-là, ils ont marqué 11 buts contre 1 dans tout le reste de la série et n'ont jamais regardé en arrière. «C'est ce qu'on veut reproduire. On sait que Val-d'Or va arriver gonflé à bloc. Ils arrivent d'un retour historique contre Baie-Comeau. On veut amorcer la série de meilleure façon qu'on l'a fait contre Gatineau.» 

Il est vrai que les Foreurs commandent un certain respect. Après avoir amorcé la saison de manière plutôt difficile, ils ont connu une excellente deuxième moitié de calendrier, notamment marquée par une série de 12 victoires de suite. «Ils ont eu neuf choix de première ronde dans les quatre dernières années», rappelle Beausoleil. «C'est l'offensive la plus dangereuse dans la Ligue cette année, avec Moncton.»

Le brio de guindon

Les Foreurs sont effectivement l'équipe qui a marqué le plus de buts jusqu'ici en séries (53), quoiqu'ils l'ont fait en 13 matchs, alors que l'Océanic est la formation qui en a accordé le moins (15), en 9 parties. Cette dernière statistique est en partie attribuable au brio de Louis-Philip Guindon. Le gardien, arrivé en relève à Philippe Desrosiers lors du match numéro 3 de la série contre les Olympiques, présente une moyenne de buts alloués de 1,02 en cinq parties, en plus d'un pourcentage d'arrêts de ,953, les deux meilleures marques du circuit. C'est lui qui obtiendra le départ à nouveau ce soir.

Les deux premiers matchs de la série, aujourd'hui et demain, auront lieu à Rimouski, avant de se transporter à Val-d'Or pour deux matchs.

Sébastien Desrosiers

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer