Rimouski 4/Baie-Comeau 3: l'Océanic se paie une petite frousse

Serge Beausoleil a senti ses troupiers fatigués, samedi,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Serge Beausoleil a senti ses troupiers fatigués, samedi, eux qui ont connu une séquence de trois matchs en quatre jours.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) L'Océanic s'est payé une petite frousse samedi, mais il est parvenu à signer une victoire de 4-3 face au Drakkar, qui a chèrement vendu sa peau.

Après 50 minutes de jeu, Rimouski menait pourtant par trois buts. Mathieu Desautels a toutefois réduit l'écart à mi-chemin de la troisième. Et à 18:32, Jérémy Grégoire a corsé la fin du match avec son 19e de la saison. Louis-Philip Guindon a refusé de céder une autre fois tandis qu'à l'autre bout, Philippe Cadorette n'a pu répéter les miracles de la veille.

«On a tenu notre bout contre la meilleure équipe de la ligue. Il faut tirer fierté de ça», a lancé l'entraîneur-chef du Drakkar, Marco Pietroniro. «On a moins bien fait en deuxième, on a manqué de gaz, mais on n'a jamais lâché, c'est notre trait de caractère.»

Avec les nombreux absents, Pietroniro a pu voir qu'il pouvait compter sur des joueurs de caractère. «Quand tu as une gang de gars qui croit en ce que tu bâtis, c'est très important. Je suis prêt à aller à la guerre avec ces gars-là. Tous nos gars sont engagés, prêts à jouer ici.»

Pour sa part, Serge Beausoleil a souligné que ses troupiers commençaient à être essoufflés, avec la succession de trois matchs en quatre jours, «mais on était en total contrôle de ce match après 50 minutes. J'ai bien aimé notre vitesse, notre contrôle de la rondelle durant ces 50 minutes.

«C'était certain qu'il fallait lancer sur Cado, car deux matchs en deux jours, c'est extrêmement taxant, surtout quand on prend au-dessus de 40 lancers les deux fois. Mais finalement, on a eu un bond favorable qui est devenu le but gagnant.»

En toute logique

L'Océanic a entrepris le match en force et en toute logique, Alexis Loiseau a ouvert le pointage à 16:13. Sur la séquence précédente, la foule croyait bien que Samuel Thibault avait touché la cible, mais les arbitres ont refusé d'aller à la reprise vidéo. Le but de Loiseau a donc été accueilli par des huées des 2604 spectateurs.

Dans la dernière minute de la première, le Drakkar a créé l'égalité par l'entremise de Simon Chevrier, qui portait une grille après avoir reçu un tir de Maxime St-Cyr au visage, vendredi. Rimouski s'est forgé une confortable priorité en deuxième avec des filets d'Anthony Chapados, d'Anthony DeLuca et d'Andrew Picco. Ce dernier a marqué grâce à un rebond chanceux de la rampe combiné à une faiblesse de Cadorette, qui a laissé la rondelle bondir sur le côté de sa jambière gauche avant qu'elle ne pénètre dans le filet. Ironiquement, ce filet bizarre allait s'avérer le but gagnant.

La longue liste d'absents de chaque côté s'est encore allongée samedi. Chad Pietroniro (Drakkar) a été suspendu trois rencontres pour s'en être pris à Christopher Clapperton ,vendredi. Malade, Guillaume McSween manquait à l'appel pour Rimouski. De plus, Tyler Bolland s'est blessé en début de match après un contact avec Antoine Pouliot.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer