Clément Jodoin quitte l'Océanic avec élégance

Clément Jodoin était ému lorsqu'il a annoncé qu'il... (Carl Thériault, collaboration spéciale)

Agrandir

Clément Jodoin était ému lorsqu'il a annoncé qu'il quittait l'Océanic après un règne de quatre ans.

Carl Thériault, collaboration spéciale

Carl Thériault, collaboration spéciale
Le Soleil

(Rimouski) C'est avec une grande élégance que l'entraîneur-chef de l'Océanic, Clément Jodoin, a tiré sa révérence, hier, en assistant à la conférence de presse de l'organisation après avoir passé quatre ans derrière le banc rimouskois.

Il y avait déjà deux mois que l'ex-entraîneur-chef de l'Océanic avait pris la décision de quitter son poste après en avoir discuté avec André Jolicoeur, le vice-président des opérations hockey. «C'est une décision personnelle que j'assume, pas de l'organisation. Je suis toujours passionné. C'est un risque de rester chez moi en septembre et j'étais prêt à courir ce risque», a déclaré Jodoin, qui ne veut pas revenir comme entraîneur dans le hockey junior au Québec.

«Je vais trouver quelque chose. Quoi? Je ne sais pas où je vais être, dans la ligue américaine, en Europe, au hockey universitaire? Il y a actuellement quelqu'un qui regarde pour moi certaines avenues», a précisé Jodoin, qui se rendra en Slovaquie la semaine prochaine pour assister au Championnat du monde de hockey sur glace.

«La vie de coach, c'est une vie de gypsie. On sait quand on rentre dans une organisation, mais on ne sait pas quand on sort. L'important, c'est qu'il y ait un nouveau souffle et que ça continue sous une autre gouverne. Je suis dans le hockey depuis 35 ans et je ne veux pas arrêter. Quand je n'aurai plus la passion, je m'arrêterai et je ferai du bénévolat.»

«Un privilège»

Hier après-midi, le camion de déménagement était déjà en route pour Magog après l'annonce du départ de Jodoin. «Coacher, c'est un privilège. Je suis un de ces chanceux. J'espère avoir influencé les gens qui m'entourent de la bonne manière. Malgré les commentaires qui entraient de partout, on a travaillé fort et on s'est créé une bulle pour faire notre travail le mieux possible sans mettre le blâme sur personne. C'est facile aujourd'hui de blâmer tout le monde», a lancé Jodoin, 59 ans, avec des trémolos dans la voix.

NOTES : Plusieurs joueurs de l'Océanic ont profité de la conférence de presse pour saluer leur entraîneur avec des poignées de main bien senties... Le nom de Christian Caron, coach des Albatros de Rivière-du-Loup (midget AAA) et ex-joueur de l'Océanic, est mentionné depuis une dizaine de jours pour succéder à Jodoin, sans compter les entraîneurs de la LHJMQ qui sont ou seront bientôt sans emploi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • LHJMQ

    La fin d'une époque à Rimouski

    Après 16 ans, l'Océanic convie ses partisans à une grande réorganisation de ses opérations hockey annoncée hier dans une atmosphère de grande émotion... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer