Duclair «pas très stressé» d'être sans contrat

Contrat, pas contrat, Anthony Duclair a tout de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Contrat, pas contrat, Anthony Duclair a tout de même l'intention de retourner en Arizona une semaine ou deux avant le début du camp d'entraînement, tout en étant confiant d'en arriver à une entente avec les Coyotes.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À quelques semaines du début des camps d'entraînement dans la LNH, Anthony Duclair ne s'est toujours pas entendu sur les termes d'un nouveau contrat avec l'organisation des Coyotes de l'Arizona.

Joueur autonome avec restriction, l'attaquant montréalais dit avoir reçu une offre de la part du directeur général John Chayka - on parle d'un contrat d'une ou deux années - qui ne correspond toutefois pas à ses attentes.

«On va continuer à négocier. On n'est pas très loin. Je laisse ça à mon agent [Kent Hughes]. Je lui parle une fois ou deux par semaine. Ce n'est pas comme s'ils se parlent chaque jour. Des fois, ça prend du temps. Ça fait partie de la business...» a laissé entendre l'ancienne vedette des Remparts, qui participe au Boot camp, en fin de semaine.

Entre-temps, Duclair affirme ne pas être «trop stressé», même si l'été arrive tranquillement à sa fin, et demeure confiant que les deux parties s'entendent avant le début de la prochaine saison. À la base, le joueur ne s'oppose pas à l'idée d'un contrat à court terme.

«Je suis très d'accord avec ça. Ça fait juste deux ans que je suis dans la ligue. Pour moi, dans ma situation, un an ou deux, ça va être parfait. Ce sera une grosse année, l'année prochaine. J'aimerais retourner à la manière dont j'ai joué à mon année recrue», a-t-il laissé entendre, ajoutant qu'il n'était «ni le premier ni le dernier» à se retrouver pris dans de longues négociations contractuelles.

C'est qu'après une première campagne prometteuse à Phoenix, où il avait cumulé 20 buts et 24 passes, l'attaquant a connu une forte baisse de productivité, ne récoltant que 5 buts et 10 passes en 58 parties, la saison dernière. Un bref séjour à Tucson (Ligue américaine) après les Fêtes ne sera pas non plus parvenu à relancer la machine, alors que Duclair n'a amassé que 1 but et 7 passes en 16 matchs.

«[Une mauvaise saison], ça arrive. En même temps, c'est en arrière de moi. J'ai eu un gros été. Je travaille vraiment fort pour retourner à ce que j'ai fait à mon année recrue. Avec tous les changements qu'on a faits cet été, je suis pas mal confiant que l'équipe va rebondir et que tout le monde, personnellement, va rebondir aussi», a-t-il soutenu.

«Des gros plans»

Plusieurs espoirs des Coyotes, dont les talentueux Dylan Strome et Clayton Keller, devraient percer la formation, la saison prochaine. Ces possibles arrivées n'inquiètent pas outre mesure Duclair, qui ne se voit pas glisser dans la hiérarchie de l'équipe pour autant.

«Pas du tout! Ce sont de jeunes joueurs incroyables. Je les ai vus au camp d'entraînement, je les ai vus avec notre équipe. Je suis pas mal confiant qu'ils vont faire notre équipe. On va le faire ensemble.

«Je ne suis aucunement stressé. J'ai eu une bonne conversation avec notre nouveau coach, Rick Tocchet, et puis il a des gros plans pour l'équipe et des gros plans pour moi.»

Sa première rencontre avec le remplaçant de Dave Tippett donne d'ailleurs espoir à Duclair. «Il m'a dit qu'il aimait beaucoup mon style de jeu. Tu vois ce qu'il a fait à Pittsburgh comme assistant entraîneur. Il a vraiment aidé des gars comme Phil Kessel, Malkin. Des gars qui sont vraiment offensifs. Juste apprendre de lui, je pense que ça va m'aider beaucoup.»

Si Duclair persiste à vouloir jouer en Arizona la saison prochaine, il devra nécessairement s'entendre avec les Coyotes. C'est que n'ayant pas encore disputé quatre saisons dans la LNH, il n'a pas droit à l'arbitrage. Si les deux parties ne parvenaient pas à trouver de terrain d'entente, il pourrait aller voir ailleurs. Le principal intéressé affirme toutefois que ce n'est pas dans les plans. «Mon plan, c'est d'aller en Arizona quand même, contrat pas contrat, une ou deux semaines avant le camp. C'est ce que j'ai dit à mon agent. [...] Je suis confiant d'avoir un contrat bientôt.»

***

Huberdeau prêt à reprendre le boulot

Sans deux des joueurs ayant animé l'attaque des Panthers l'année dernière, la pression de produire retombera plus que jamais sur les épaules de Jonathan Huberdeau. Bonne nouvelle! Il est totalement remis d'une déchirure au talon d'Achille, qui a grandement hypothéqué sa dernière saison.

«Ce n'est pas une blessure dont il est facile de se rétablir», a convenu l'attaquant originaire de Saint-Jérôme. «Mais je suis finalement revenu à 100 %. Ç'a pris trois mois de travail intensif, mais quand je regardais les gars sur la glace, ça me motivait à revenir en santé. Pendant mon absence, on est restés proches des séries, mais quand ç'a été le temps que je revienne [on n'était plus dans la course].»

Se disant rétabli à 100 % d'une blessure... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Se disant rétabli à 100 % d'une blessure au talon d'Achille qui l'a embêté la saison dernière, Jonathan Huberdeau se dit prêt à occuper un rôle plus important chez les Panthers de la Floride.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Si la formation maintenant dirigée par Bob Boughner était restée à flot pendant tout ce temps, elle le devait en grande partie à Jonathan Marchessaut (30 buts et 21 passes) et Jaromir Jagr (16 buts et 30 passes). Ils ne seront toutefois pas de retour. Le premier a été perdu au profit des Golden Knights lors du repêchage d'expansion et le second n'a pas reçu de nouvelle offre de contrat. «On a des bons joueurs qui sont partis. C'est toujours difficile de voir ça. Marchessault a été très bon pour nous. Mais il y a des nouveaux joueurs qui arrivent et on va repartir à nouveau.»

L'attaquant de 24 ans ne cache pas que les chambardements au deuxième étage du BB&T Center, dont la chaise musicale au poste de dg entre Tom Rowe et Dale Tallon, ont également affecté l'équipe. «Ç'a débordé du deuxième étage. On n'aurait pas dû s'occuper de ça. Ce n'est pas notre job...» a laissé entendre celui à qui les Panthers ont consenti une extension de contrat de six ans évaluée à 35,4 millions $, en septembre. Il se réjouit maintenant du retour de Tallon à la barre. «Il a bâti une équipe championne à Chicago. Il peut en bâtir une en Floride.»

***

Vous voulez y aller?

  • Quoi : Boot camp
  • Qui : Une soixantaine de joueurs de la LNH s'affrontent dans un tournoi de type «cinq contre cinq» au profit de la Fondation québécoise du cancer
  • Où : Centre sportif Sainte-Foy, au 930, avenue Roland-Beaudin, Sainte-Foy
  • Quand : Demi-finales à 11h et 12h30, fnale 14h. 
  • Coût :  13,69 $ pour les trois matchs




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer