Même parcours, même espoir

Amis depuis l'enfance et coéquipiers chez le Blizzard... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Amis depuis l'enfance et coéquipiers chez le Blizzard du Séminaire Saint-François dans le midget AAA, Dereck Baribeau et David Noël ont vu leur chemin se séparer dans la LHJMQ. Les deux seront toutefois assis côtes à côtes en fin de semaine à Chicago dans l'espoir d'être sélectionnés lors du repêchage de la LNH.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lorsque David Noël a pris le chemin de Val-d'Or, le 5 janvier, il pensait bien retrouver chez les Foreurs son grand ami Dereck Baribeau. Le lendemain matin, ce dernier passait aux Remparts. Rendez-vous manqué. Cinq mois et demi plus tard, pourtant, les deux seront assis côtes à côtes au repêchage de la LNH, à Chicago, avec leur carrière exactement au même endroit.

Amis depuis leur enfance, coéquipiers chez le Blizzard du Séminaire Saint-François, le défenseur David Noël, de Limoilou, et le gardien Dereck Baribeau, de L'Ancienne-Lorette, ont finalement vu leur chemin se séparer au terme de la saison 2015-2016. Cinquième choix au total du repêchage LHJMQ, le portier Baribeau est parti chez les Foreurs, pendant que l'arrière, un choix de deuxième ronde des Saguenéens de Chicoutimi, restait se développer une saison de plus dans les rangs midgets. 

Un an et demi plus tard, quand les Foreurs ont cédé leur vétéran capitaine Olivier Galipeau pour faire l'acquisition de Noël, Baribeau était donc particulièrement excité d'accueillir son ami à Val-d'Or... et dans sa famille de pension. On connaît la suite. 

Échangé à Québec, le portier a profité de son retour au bercail pour connaître ses meilleurs moments dans la LHJMQ, maintenant pourcentage d'arrêt de ,900 lors de ses 12 matchs devant le filet des Remparts. Résultat, il bondissait du 16e au 10e rang du classement des gardiens du Bureau central de dépistage de la LNH, à la fin de la saison. 

«À Val-d'Or j'étais un peu derrière Étienne Montpetit, qui a eu une grosse saison. À Québec, bien entouré par Philippe Boucher et Justin Auger [l'entraîneur des gardiens], je pense que j'ai beaucoup amélioré ma game. Il y a l'aspect technique, mais c'est surtout une question de confiance.»

Des saisons semblables

Quelques centaines de kilomètres plus au nord, Noël sortait lui aussi de sa coquille. Utilisé sur la troisième paire de défenseurs à Chicoutimi, le défenseur offensif au puissant tir frappé s'est souvent retrouvé sur le premier duo à Val-d'Or. Auteur de 14 points en 36 matchs avant de débarquer en Abitibi, l'ex-Blizzard en a ajouté 26 en 39 matchs pour conclure la saison. 

Lui qui n'était même pas répertorié à la mi-saison, il se retrouve maintenant au 136e rang des 217 patineurs nord-américains en vue du repêchage d'en fin de semaine. «Je suis arrivé là-bas et j'avais vraiment une bonne pension, celle de Dereck. Une petite ville que j'ai bien aimée. Et sur la glace, les entraîneurs ont été vraiment super pour m'inclure.»

Serait-il à Chicago sans cet échange? «On ne pourra jamais vraiment savoir, mais j'ai pu plus me faire valoir à Val-d'Or, c'est sûr.»

«On a eu des saisons pas mal pareilles», admet pour sa part Baribeau. «Les deux, ça allait un peu moins bien en début de saison. On a eu une plus grande visibilité en se faisant échanger et en jouant plus, et on a saisi l'opportunité.»

Les deux hockeyeurs ne sont pas sûrs pour autant d'être repêchés. Ils ne se font d'ailleurs aucune attente. Noël dit déjà penser à la prochaine saison des Foreurs. «Si on n'est pas repêché, on va continuer à jouer au hockey pareil», lance Baribeau. 

N'empêche, en déménageant au milieu de l'hiver, les grands potes ont considérablement amélioré leur chance d'entendre leur nom prononcé par une équipe de la LNH. Ils logent dans le même hôtel, vendredi soir, à Chicago, avec leur famille respective. Ils seront ensemble dans les estrades du United Center, samedi, avec parents, frères et soeurs, et leurs deux copines... des soeurs jumelles.

***

Une autre petite cuvée pour la LHJMQ

Avec seulement 14 joueurs réclamés, le repêchage 2016 de la LNH a été la plus petite cuvée en 25 ans pour la LHJMQ. Deux joueurs québécois, les attaquants Pierre-Luc Dubois (3e) et Julien Gauthier (21e), s'étaient néanmoins vus repêchés en première ronde. Avec seulement 15 joueurs parmi les 170 meilleurs patineurs nord-américains, et un gardien, Dereck Baribeau (Remparts de Québec), parmi les 10 meilleurs espoirs devant le filet, la LHJMQ se dirige vers une autre année de vache maigre, en 2017. Et cette fois, les représentants de la Belle Province seront en voie de disparition en début de repêchage.

Certes, le centre suisse des Mooseheads d'Halifax, Nico Hischier, entendra vraisemblablement son nom très tôt, sauvant l'honneur du circuit Courteau. Derrière lui toutefois, les Québécois Pierre-Olivier Joseph et Maxime Comtois pourraient devoir attendre à la deuxième ronde, samedi, pour enfiler le chandail d'une équipe de la LNH. Le cas échéant, il s'agirait d'un premier repêchage en trois ans où aucun joueur issu du hockey mineur québécois n'est réclamé en première ronde.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer