Quel est le meilleur club de la LNH de tous les temps?

Mark Messier et Wayne Gretzky lors de la conquête... (AP, Rusty Kennedy)

Agrandir

Mark Messier et Wayne Gretzky lors de la conquête de la Coupe Stanley en 1988

AP, Rusty Kennedy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
New York

Si «La merveille» pense que les Oilers 1986-1987 est sans contredit la meilleure équipe pour laquelle il a joué, le débat quant à savoir s'il s'agit de la meilleure équipe de tous les temps n'est pas près de se terminer.

Quatre cuvées des Oilers d'Edmonton des années 80, où Wayne Gretzky a laissé sa marque ont été nommées par les amateurs parmi le palmarès de la LNH des 20 plus grandes équipes de tous les temps. Dans ce top 20 figurent aussi trois équipes du Canadien des années 70 et trois des Islanders des années 80, quand ces deux franchises ont accumulé chacune quatre Coupes Stanley avant de passer le relais à Edmonton.

Le défenseur six fois champion de la Coupe, Kevin Lowe, a indiqué que Gretzky et lui s'entendent pour dire que les Oilers de 1987 ont été les plus grands à fouler la glace du Rexall Place au cours de cette impressionnante dynastie, même s'ils ont eu besoin de sept matchs pour venir à bout des Flyers de Philadelphie lors de la finale. «Quand [Kent] Nilsson est arrivé ici, je crois que nous avons accumulé une fiche de 10-1 en saison régulière», se rappelle Lowe. «L'offensive était si puissante. Je ne sais pas si c'était notre meilleure conquête de la Coupe Stanley statistiquement. Ce ne l'était sûrement pas, puisque nous avons eu besoin de sept matchs pour battre les Flyers. Mais Wayne et moi croyons tous les deux que nous étions la meilleure équipe.»

Le 24 mai 1980, les Islanders de New... (AP, Richard Drew) - image 2.0

Agrandir

Le 24 mai 1980, les Islanders de New York remportent la première de leurs quatre Coupes Stanley. Butch Goring, Denis Potvin (5) et Bryan Trottier admirent le précieux trophée.

AP, Richard Drew

Difficile de choisir 

Quelques vieilles cuvées des six équipes originales, comme les Red Wings de 1952 et les Maple Leafs de 1967 - la dernière Coupe Stanley de la franchise - n'ont pas réussi à entrer dans le palmarès, en raison des plus jeunes qui ont orienté le vote vers des équipes plus récentes. Même s'il est plutôt difficile de comparer les époques, le Canadien de 1976-1977, les Oilers de 1986 et les Red Wings de 2001-2002 pourraient facilement voler le titre de la plus grande équipe des 100 premières années de la ligue.

«C'est difficile de choisir l'une ou l'autre», a confirmé le légendaire Scotty Bowman, qui était derrière le banc de la dynastie du Canadien des années 70, des Penguins de 1991-1992 et des Red Wings de 1993 à 2002.

Il peut se targuer d'avoir été le pilote de 7 des 20 équipes du palmarès. «Je pense qu'on pourrait trancher avec le nombre de joueurs intronisés au Temple de la renommée, de victoires, de défaites ou de points.»

Record de 132 points du CH

L'entraîneur-chef Scotty Bowman boit dans la coupe Stanley... (Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

L'entraîneur-chef Scotty Bowman boit dans la coupe Stanley au printemps 1976. Le Canadien allait également la gagner en 1977, en 1978 et en 1979.

Archives La Presse

Le Canadien de 1976-1977, qui a remporté 39 de ses 40 dernières rencontres en saison régulière, détient toujours le record du nombre de points avec 132. Il a également marqué 216 buts de plus que son rival le plus proche et a maintenu une fiche presque parfaite de 12-2 en séries. 

«Je crois que notre équipe de 1976 aurait battu n'importe quelle autre, peu importe l'époque», estime le défenseur Larry Robinson. «Nous avions tout. Si nous voulions jouer dur, nous pouvions jouer dur. Si nous voulions jouer rapidement, nous pouvions jouer rapidement. Si nous voulions jouer serré, nous pouvions jouer serré.»

Avec neuf, cette édition du Canadien a d'ailleurs le dessus en termes de joueurs intronisés au Temple de la renommée sur les Red Wings (8) de 2001-2002.

Le Canadien des années 70, tout comme les Oilers et les Islanders des années 80, n'étaient pas à plaindre non plus en matière de gardiens, à une époque où les buts étaient marqués en abondance. «Grant Fuhr était incroyable, Billy Smith était incroyable, et, évidemment, Ken Dryden était aussi incroyable», s'est rappelé l'ancien attaquant des Flyers, Bob Kelley. «Ça commence entre les poteaux, puis ça se développe à partir de là.» Et ce constat s'est vérifié à chacune des époques.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer