La Coupe AVCO soulevée 40 ans plus tard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Coupe AVCO a terminé son premier voyage vers Québec en 40 ans, dimanche. Et 13 joueurs l'ayant remportée en 1977 étaient au Château Frontenac pour l'accueillir. Et pour, enfin, poser devant l'objectif avec le précieux objet.

L'image aurait fait chaud au coeur de n'importe quel partisan des Nordiques, même les plus jeunes. Treize hommes portant l'uniforme fleurdelisé touchant un trophée gagné par l'équipe, seule conquête de sa trop courte histoire.

Pour ces anciens hockeyeurs, les retrouvailles étaient émouvantes. Certains sont venus de Nashville, de Winnipeg ou de Boston. Plusieurs d'entre eux ne s'étaient pas vus depuis 40 ans, à l'époque où les Nordiques ont écrasé les Jets de Winnipeg dans le septième match de la finale de l'Association mondiale de hockey. Un gain de 8-2, dans la chaleur d'un 26 mai, sur une patinoire détrempée.

Le destin aura ensuite rendu impossible une photo d'équipe avec la Coupe AVCO, comme le veut pourtant la tradition. Cette erreur de l'histoire a été corrigée, dimanche, avec une belle fraction des champions.

Plus tôt, pendant une courte conférence de presse, les organisateurs ont présenté un reportage diffusé à TQS en 1997 pour souligner les 20 ans du triomphe. On y racontait les détails du parcours de l'équipe en finale, dont une bagarre entre Serge Bernier et Curt Brackenbury pendant un entraînement. Les deux hommes étaient assis tout près l'un de l'autre et ont semblé s'amuser de ce retour dans le temps.

L'organisateur de l'événement, Pierre-Yves Dumont, trouvait important de souligner les 40 ans de cette conquête, trop méconnue chez les gens de sa génération. «Quand on parle des Nordiques, c'est surtout des années 80, de leur retour ou de leur non-retour. L'édition championne est un peu oubliée des partisans de la ville de Québec. Quarante ans, c'est juste une fois. À voir la réaction des joueurs aujourd'hui, je pense qu'ils sont tous très contents», a expliqué Dumont, soulignant l'humilité et la gentillesse des hommes en question.

De «belles retrouvailles»

Ceux-ci ont savouré cette fin de semaine pendant laquelle ils sont redevenus des Nordiques pour quelques heures. De «belles retrouvailles», a souligné Marc Tardif.

«C'est extraordinaire, a poursuivi l'ex-capitaine. Ce sont des joueurs qu'on voyait tous les jours, qu'on n'a pas vu pendant 40 ans, et là, du jour au lendemain, on se retrouve tous ensemble. On se rappelle de vieilles histoires, de vieilles anecdotes. C'est un événement spécial pour un athlète.»

Une belle occasion de revisiter des souvenirs. Pour le défenseur François Lacombe, c'est la foule euphorique qui a envahi la glace du Colisée après la sirène. Puis celle du défilé, le lendemain.

«Le monde! Le monde sur la glace, c'était incroyable. Ça arrivait de gauche à droite. Tout le monde tirait sur nos chandails. C'était tout un moment. Et il faisait super chaud. Et le lendemain, on a eu la parade. C'était du stock ça aussi. Il y avait peut-être 100 000 personnes le long des rues. On était adulés», a raconté l'auteur du premier but de l'histoire des Nordiques, en 1972.

Quant à ce combat contre Brackenbury, la tension est rapidement retombée, a assuré Serge Bernier. «Ça s'est passé là, ça s'est fini là. Comme ça devrait être dans les chicanes de famille», a souri le meilleur marqueur des séries cette année-là avec 36 points en 17 matchs.

Après la séance d'entrevues et de photos, les joueurs ont signé des autographes pour les amateurs, surtout des têtes grises venues rencontrer leurs héros du passé. Un brunch au profit de Parkinson Québec-Chaudière-Appalaches terminait la journée.

Première sortie depuis 1979

La Coupe AVCO n'avait pas bougé du Temple de la renommée depuis son entrée en 1979! Dimanche, elle faisait donc sa première apparition publique extra-muros, son premier voyage depuis la fin de la courte histoire de l'Association mondiale.

Un employé de la grande maison du hockey est parti de Toronto en voiture pour présenter le trophée aux joueurs. Il a fait son entrée pendant la conférence de presse en le soutenant à la verticale, vêtu de gants blancs. Un traitement similaire à celui réservé à la Coupe Stanley lorsqu'elle se pavane aux quatre coins de l'Amérique. Comme si les Nordiques venaient tout juste de marquer le but gagnant, l'homme a remis l'objet à Marc Tardif, capitaine des champions de l'AMH en 1976-1977.

De près, quelques détails sautent aux yeux. D'abord, ce petit globe terrestre en métal encapsulé dans le verre, à l'ombre de la coupe, symbole des espoirs des dirigeants de cette ligue «mondiale». Ensuite, ces trois plaques vides, en bas de celle soulignant la conquête des Jets de Winnipeg en 1978-1979. Touchants témoins de la mort du circuit maudit, cette année-là.

Liste des joueurs présents

2. Wally Weir

4. Paul Baxter

8. Marc Tardif

9. Réal Cloutier

11. Christian Bordeleau

12. Bob Fitchner

15. Curt Brackenbury

16. Richard Grenier

17. Paulin Bordeleau

19. Steve Sutherland

21. Serge Bernier

22. François Lacombe

24. Jean Bernier




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer