Deux équipes en terrain connu pour la finale de la LNAH

Richard Martel et ses Marquis de Jonquière ont... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Richard Martel et ses Marquis de Jonquière ont largement dominé la saison avec 30 victoires en 40 matchs. Ils affrontent à compter de vendredi l'Assurancia de Thetford Mines en finale de la LNAH.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour la cinquième fois en six ans, la Coupe Vertdure prendra le chemin d'une destination qu'elle connaît bien. Reste à savoir si le trophée remis aux champions de la Ligue nord-américaine de hockey aboutira à Jonquière ou Thetford Mines.

Les Marquis de Jonquière et l'Assurancia de Thetford Mines croisent le fer, à compter de vendredi, en finale de la LNAH. Depuis 2012, chaque club l'a emporté à deux reprises: Jonquière en 2013 et en 2014; Thetford Mines en 2012 et en 2015.

«Pour remporter un championnat, il faut battre les meilleurs. Et le classement général de la saison régulière dit qu'ils le sont», souligne Bobby Baril, entraîneur-chef de l'Assurancia à propos de ses adversaires dirigés par Richard Martel, celui qui l'avait embauché comme adjoint à Baie-Comeau, voilà tout près de 20 ans.

Les Marquis ont largement dominé le calendrier régulier, signant 30 victoires en 40 matchs. Martel, bien connu des amateurs de hockey en raison de ses nombreuses saisons dans la LHJMQ, dirige cette équipe depuis le cinquième match de la demi-finale de la saison dernière et comprend que son coin de pays a soif d'un championnat.

«Les gens du Saguenay veulent gagner, on le sent. Les amateurs de hockey sont excités dans la région, autant par les Saguenéens [LHJMQ] et que les Marquis [LNAH]. Depuis le premier jour de la saison, personne chez nous ne voulait s'arrêter en demi-finale comme l'an passé. Nos joueurs sont en mission, ils veulent remporter les grands honneurs», confie Martel.

Logique respectée

Les deux hommes de hockey ont la parole assez facile pour faire des déclarations savoureuses, mais pour l'instant, ils préfèrent laisser parler les actions des joueurs sur la patinoire. «Deux des trois meilleures équipes de la Ligue sont en finale, la logique est respectée. La série sera intense, le jeu sera rapide, tout est en place pour offrir l'un des meilleurs spectacles des dernières années», estimait Martel, qui redoutait la réputation de la LNAH avant de s'y associer.

Il a noté que la Ligue avait changé, tout comme lui, laisse entendre son ami de Thetford. «Après les incidents de Grenoble, il est plus tranquille, il a changé sa façon de faire les choses. En finale, les acteurs seront sur la glace, et non pas derrière le banc», indique Baril. Rappelons qu'en mars 2015, Martel avait été congédié par les Brûleurs de loups après avoir ordonné à un de ses joueurs de charger le gardien adverse.

Baril parle de Jonquière comme du gros marché de la LNAH et de la finale comme si elle opposait les Yankees de New York aux Royals de Kansas City. «Nous avons joué beaucoup de rondes éliminatoires au cours des dernières années, et depuis les Fêtes, on voyait que les gars avaient hâte au printemps, et collectivement, on a relevé notre jeu. Dans nos deux premières séries, on n'avait pas l'avantage de la glace et on a battu la troisième position, puis la deuxième. Il nous reste la première place sur notre chemin.»

L'Assurancia souhaite le retour au jeu de son meilleur défenseur, Matthew Medley, qui a raté la demi-finale. Baril en aura bien besoin, d'autant plus que les Marquis misent sur un trio redoutable et un gardien d'expérience en Cédrick Desjardins. «Ils ont beaucoup de talent. Leur capitaine Hugo Carpentier mène sa chambre, c'est presque lui qui coach...»

Pendant l'entrevue, Martel se demandait ce qu'avait bien pu dire Baril. «Bobby, on se connaît, il me fait rire!»

Les deux premiers matchs ont lieu vendredi (20h) à Jonquière et samedi (19h30) à Thetford. Idem pour les matchs 3 et 4, la semaine prochaine.




À lire aussi

  • Cédrick Desjardins accroche ses jambières

    Hockey

    Cédrick Desjardins accroche ses jambières

    À 31 ans, Cédrick Desjardins tourne la page sur sa carrière professionnelle. L'ancien gardien des Remparts et de l'Océanic l'a confirmé, mardi, en... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer