Savard: «Pas le même scénario qu'en 2003»

Le remplacement de Michel Therrien à la barre... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le remplacement de Michel Therrien à la barre du Canadien par Claude Julien a des airs de déjà vu pour André Savard (photo) qui a fait la même manoeuvre en 2003 alors qu'il était directeur général du Tricolore.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme Marc Bergevin l'a fait, mardi, André Savard avait aussi remplacé Michel Therrien par Claude Julien en janvier 2003 lorsqu'il était le directeur général du Canadien. La situation peut sembler la même, mais elle ne l'est pas, estime celui qui est désormais dépisteur professionnel pour les Devils du New Jersey.

«Ce n'est pas du tout le même scénario. À l'époque, Claude n'avait aucune expérience de la LNH, alors qu'aujourd'hui, il possède une longue feuille de route. Lorsqu'il avait été congédié au New Jersey [en 2007], je l'avais appelé pour lui dire de ne pas s'en faire, qu'il se trouverait un autre job. Je n'ai pas eu à le faire, la semaine dernière, parce que c'était évident que ça arriverait assez tôt», a expliqué Savard, qui assistait au match des Remparts, mardi, au Centre Vidéotron.

Selon lui, Julien arrive au bon moment pour diriger le Canadien, car l'équipe occupe le premier rang de sa division et les blessés reviennent au jeu.

«Comme tous les clubs, le succès repose sur le gardien. La clé pour le Canadien, c'est [Carey] Price. Regardez en Arizona, ils gagnent ces temps-ci à cause de [Mike] Smith, mais le dg est payé pour prendre ce genre de décision. Je ne suis pas là pour porter un jugement, c'est plus votre travail que le mien.»

Ironiquement, Savard avait aussi donné sa première chance à Therrien en 2000 avant de le congédier en 2003 pour ensuite devenir son adjoint à Pittsburgh.

«Michel peut partir la tête haute, je trouve qu'il a fait du bon travail depuis cinq ans. Je pensais qu'on lui aurait donné encore quelques matchs pour se replacer. Oui, le Canadien est dans une mauvaise séquence, mais il est présentement classé pour les séries», a fait remarquer l'homme de hockey.

Savard n'est pas surpris par la vague de changements d'entraîneurs qui déferle dans la LNH depuis quelques semaines. Avant Therrien, il y a eu dans l'ordre Gerard Gallant (Floride), Jack Capuano (NY Islanders), Ken Hitchcock (St. Louis) et Julien à Boston.

«Avec le cap salarial, il est devenu assez difficile de faire des transactions. Et lorsque tu en fais une, elle doit quand même aider l'équipe. On le voit, les organisations choisissent plutôt d'effectuer un changement derrière le banc.» 

Un gars honnête

Dépisteur pendant 31 saisons au New Jersey, Claude Carrier s'est réjoui pour sa part de voir l'ancien coach des Devils rebondir aussi vite. «J'ai toujours aimé Claude, c'est un gars foncièrement honnête qui n'essaie jamais de tirer profit d'une situation. Essayez de trouver un joueur qui le déteste, vous allez chercher longtemps. Par contre, il a parfois été victime de sa bonté», a confié Carrier, de passage au Centre Vidéotron, mardi.

À ses yeux, la candidature de Julien s'imposait. «À Montréal, l'aspect francophone est important. Si tu penses à congédier ton coach et que Claude Julien est disponible, tu n'as pas le choix. Et j'estime qu'aucun entraîneur de la LHJMQ est actuellement prêt à monter dans la LNH. Ils ont encore besoin de poursuivre leur apprentissage dans le junior ou la Ligue américaine.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer