Des sièges vides dérangeants

Jordan Staal croit que si les Hurricanes de... (AFP, Paul Bereswill)

Agrandir

Jordan Staal croit que si les Hurricanes de la Caroline pouvaient aligner les victoires, les partisans reprendraient le chemin du PNC Arena pour les encourager.

AFP, Paul Bereswill

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Raleigh) Il y a quatre ans, Jordan Staal débarquait chez des Hurricanes de la Caroline qui allaient amorcer leur première saison complète sous l'entraîneur-chef Kirk Muller. L'équipe ne s'en tirait pas trop mal aux guichets, avec une moyenne, bon an, mal an, de 16 000 spectateurs. Les propriétaires de l'équipe s'entendaient bien, du moins publiquement. Et Jordan renouait avec son grand frère, Eric.

Quatre ans plus tard, Muller est parti, les Hurricanes n'ont toujours pas atteint les séries depuis leur présence en finale de l'Est en 2009. Une querelle entre le propriétaire Peter Karmanos et ses trois fils vient de se régler, non sans avoir nourri les inquiétudes sur l'avenir de l'équipe en Caroline du Nord. Jordan a fait son deuil d'Eric, échangé en février dernier. Et depuis l'an dernier, l'équipe croupit au dernier rang de la LNH pour les assistances.

«Ce n'est pas un sentiment agréable de voir ces sièges vides», admet Staal. «Mais on comprend que si on joue bien, les gens vont revenir nous voir jouer. On a des joueurs jeunes et talentueux. Si on accumule les victoires, ça va créer un engouement.»

Staal se retrouve donc Gros-Jean comme devant, sans son frère, dans une équipe délaissée par ses partisans. Pas la situation idéale pour un joueur de 28 ans, censé être dans les meilleures années de sa carrière après un début de parcours plus que prometteur chez les Penguins de Pittsburgh.

«C'était un luxe de jouer avec mon frère, le mot est juste. C'était vraiment plaisant. C'est une très bonne sensation que d'aller au travail tous les jours avec ton frère. Par contre, ça ne s'est pas terminé comme on l'aurait souhaité. C'est différent sans lui, mais j'adore Raleigh.»

Staal adore Raleigh, il y a fondé sa famille, qui compte deux bambins, un de 2 ans, l'autre de 4 mois. Mais pourra-t-il y terminer sa carrière?

D'une part, s'ils poussent à l'extrême leur virage jeunesse, les Hurricanes pourraient bien tenter de l'échanger, surtout s'ils sont en voie de rater les séries pour une huitième année de suite. Ce n'est toutefois pas chose faite, puisque Staal vient avec un lourd contrat de 6 millions $ par saison qui expire en 2023.

Problèmes et rumeurs

D'autre part, les problèmes de l'équipe aux guichets ne font qu'alimenter les rumeurs de déménagement. Rumeurs auxquelles les joueurs n'accordent pas trop d'importance pour le moment.

«Je crois qu'ils sont encore corrects», croit l'attaquant du Canadien Chris Terry, qui a quitté l'organisation des Hurricanes l'été dernier. «Quand j'ai été repêché [en 2007], ils venaient de gagner la Coupe Stanley, et les foules étaient excellentes. Évidemment, les partisans veulent suivre une équipe gagnante et d'avoir raté les séries, ça fait mal aux guichets. En mettant un produit gagnant sur la patinoire, ça va aider. Mais les partisans sont loyaux, ils font encore leur barbecue avant les matchs. Il y a de bons partisans.»

«C'est indépendant de notre volonté, donc c'est dur d'en parler», laisse tomber Staal. «On veut simplement gagner des matchs et relancer notre saison, c'est tout ce qui nous préoccupe.»

Staal a les priorités au bon endroit car oui, les Hurricanes ont besoin de gagner des matchs. Avant les matchs de jeudi, leur fiche de 5-6-4 les plaçait à six points de la dernière position donnant accès aux séries dans l'Est, avant les matchs d'hier.

Cette fiche s'explique notamment par un calendrier particulièrement ardu. Chassés de la maison en raison d'une fête foraine organisée au PNC Arena, les hommes de Bill Peters ont donc dû disputer leurs six premiers matchs de la saison à l'étranger. «Ma femme est surprise de me voir à la maison pour quatre, cinq jours de suite!» rigole-t-il.

Terry, un joueur doué

Les partisans du Canadien ont fait connaissance avec Chris Terry au dernier match. Mais avant de se joindre au Tricolore, l'attaquant avait passé plusieurs saisons dans l'organisation des Hurricanes, jouant 138 matchs avec le grand club. «C'était un joueur solide, doté d'un talent naturel et d'une touche de marqueur. Il est intelligent, passe la rondelle rapidement et il est capable de jouer avec des joueurs de talent», a analysé son ex-coéquipier Jordan Staal. Terry a toujours démontré ce talent offensif dans la Ligue américaine : 15 points en 14 matchs cette saison, et 69 en 70 à sa dernière campagne complète, en 2013-2014. Mais ce talent ne s'est jamais transposé dans la LNH, où il n'a inscrit que 35 points au cours de sa carrière. «Il est lui-même très rapide, mais parfois, la vitesse du jeu peut le rattraper», soutient Staal. «De plus, il jouait toujours au sein de la première vague de l'avantage numérique dans la Ligue américaine.»

Montoya vendredi

C'est le réserviste Al Montoya qui sera devant le filet du CH, vendredi en Caroline. Ce qui signifie donc que ce sera le tour de Carey Price lors du match de samedi au Centre Bell, contre les Maple Leafs de Toronto. L'attaquant Alexander Radulov, victime d'un virus, n'a pas fait le voyage en Caroline, mais pourrait tout de même être du match contre Toronto. De son côté, Artturi Lehkonen s'est entraîné jeudi matin avant le reste du groupe et l'entraîneur-chef Michel Therrien a laissé entendre qu'il pourrait revenir au jeu la semaine prochaine. Par ailleurs, le Tricolore a rappelé Charles Hudon des IceCaps de St. John's. L'attaquant de 22 ans est le meilleur buteur de la LAH, avec 9 filets en 14 matchs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer