«Radu» renoue avec Québec

Alexander Radulov a fait plusieurs heureux à Québec,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Alexander Radulov a fait plusieurs heureux à Québec, dimanche après-midi. Il a annoncé qu'il serait de retour pour le match d'ouverture des Remparts, le 23 septembre.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alexander Radulov n'était encore qu'un jeunot de 22 ans, la dernière fois qu'il a mis les pieds à Québec. Dimanche, c'est un homme de 30 ans reconnaissant de ce que la capitale a signifié dans sa carrière professionnelle qui est venu à la rencontre de ses fans, lors d'une activité promotionnelle dans un magasin d'équipements de sport du boulevard Pierre-Bertrand.

De retour en territoire «Nordiques» en tant que membre du Canadien, Radulov ne s'inquiétait pas outre mesure d'être passé dans le camp «ennemi» dimanche, se réjouissant plutôt de «ne pas avoir été oublié», à la vue d'une longue file de partisans revêtant pour la plupart des chandails du Tricolore.

«À Québec, je jouais dans une ligue différente. C'était le junior. Là, je joue dans la LNH. C'est différent. Je vais laisser les gens débattre de ça entre eux!» a lancé l'immortel numéro 22 des Remparts, visiblement en grande forme.

À sa dernière visite à Québec, «Radu» soulevait la coupe de champions du monde de l'IIHF avec la Russie au Colisée, quelques jours après la fin de sa deuxième saison dans la LNH avec les Predators de Nashville. Aussi bien dire une éternité!

Retour payant en Russie

Entre-temps, il y a eu le retour en Russie avec le Salavat Yulaev de Ufa, de nombreuses compétitions internationales, les Jeux olympiques de Vancouver, un autre court passage à Nashville en 2012, un second séjour en KHL avec le CSKA de Moscou, les Jeux de Sotchi, et finalement l'arrivée avec le Canadien de Montréal.

Pendant ce temps, les choses ont également changé à Québec. Les Remparts ont quitté le Colisée, dont il a été la dernière grande vedette, pour s'installer dans un nouvel amphithéâtre, le Centre Vidéotron, qu'il visitera éventuellement.

«C'est plaisant d'être là, mais je n'ai pas encore eu le temps de voir le nouvel aréna, parce que je ne suis que de passage. Je serai toutefois de retour pour le 20e anniversaire des Remparts. En attendant, c'est le fun d'être ici pour rencontrer les fans», a révélé l'attaquant, qui sera sur place pour le match d'ouverture des Diables rouges, le 23 septembre.

Il en profitera notamment pour renouer avec son ancien entraîneur, Patrick Roy, ainsi que sa famille de pension du temps des Remparts, Albert et Hélène Paquet. Figure bien connue dans l'entourage de l'équipe, M. Paquet réside sur la propriété de Patrick Roy et était, jusqu'à récemment, chauffeur pour les joueurs de la formation junior.

«J'adorerais revoir les gens de ma pension. C'est avec eux que j'ai passé le plus de temps lorsque j'étais ici et les premières personnes qui m'ont aidé quand je suis arrivé ici. Ils me manquent et j'espère que j'aurai la chance de dire bonjour et merci pour tout», a raconté l'auteur de 93 buts et 134 mentions d'aide en 127 matchs avec les Remparts.

D'ici là, Radulov recevra la visite de membres de sa famille à Montréal et poursuivra son entraînement en vue de la prochaine saison avec le Canadien. Au travers, il appuiera la Russie à la Coupe du monde, une formation dont il aurait pu faire partie.

Ignoré pour le Mondial

«Je ne peux pas contrôler ça. C'est leur décision. Je pense que la Russie a une bonne équipe, que nous avons de bons joueurs. On verra ce que ça donnera. Il y a aussi de jeunes joueurs. Je leur souhaite la meilleure des chances et je serai le premier à les applaudir. La réalité, c'est que l'entraîneur décide qui joue. Et je ne vois pas de mal à ça. S'il voyait son équipe comme elle est présentement, c'est parfait. C'est son choix», a estimé l'attaquant, qui a cumulé 169 buts et 323 mentions d'aide en 391 matchs dans la KHL.

Néanmoins déçu d'avoir été ignoré, Radulov n'en tient pas rigueur aux dirigeants de la formation russe. «J'ai eu une blessure à la fin de la dernière saison. Je ne suis pas allé au championnat du monde. Ils ont décidé de prendre un autre gars. Ça fait partie du sport. C'est le hockey. Ça fait partie de notre job d'accepter ça. C'est correct. De mon côté, je vais continuer de travailler et de m'améliorer en vue de la prochaine saison.»

Une saison qui sera précédée d'un calendrier préparatoire comportant un match du Canadien face aux Bruins de Boston, au Centre Vidéotron, le 4 octobre. Y verra-t-on Radulov? L'attaquant l'espère bien. Cela lui permettra de constater de lui-même ce qui est advenu de sa bannière!

«Ils l'ont accrochée dans le nouvel aréna? Super! Je pensais qu'ils allaient la laisser dans le vieux! C'est génial! J'ai passé vraiment de bons moments à Québec, de 2004 à 2006. Beaucoup de plaisir. On a gagné la Coupe Memorial. J'ai rencontré beaucoup de monde, beaucoup de fans de Québec, qui ont toujours été gentils avec moi. J'ai vraiment aimé cette période de ma vie et je vais toujours m'en rappeler, parce que ç'a été une belle expérience. C'est ici que tout a commencé.»

Pourra-t-on revoir sa célèbre célébration, alors qu'il faisait tournoyer son bâton dans ses mains, avant de le ranger sur son côté comme on enfile une épée dans son étui? «Pour ça, je devrai commencer par marquer un but!» a-t-il terminé, en riant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer