C'est reparti pour Crosby

Le Canada a marqué six buts sur 50... (La Presse canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

Le Canada a marqué six buts sur 50 lancers contre le gardien de la République tchèque, Michal Neuvirth.

La Presse canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) Vendredi, Max Pacioretty a qualifié Patrick Kane de meilleur joueur au monde. Et samedi matin, l'entraîneur adjoint de la formation tchèque Jaroslav Spacek a dit de son ancien coéquipier Carey Price «qu'il y a dix mois, il était encore le meilleur au monde». Au terme de la première journée de la Coupe du monde, Sidney Crosby s'est toutefois arrangé pour qu'on ne l'oublie pas.

Le Canada a entamé samedi son tournoi de la Coupe du monde en se moquant de la République tchèque 6-0. Une domination indécente sur un décor planté par Crosby, qui s'est retrouvé partout où les Tchèques ne le voulaient pas.

« Si vous êtes un enfant qui veut apprendre à jouer au hockey, c'est comme ça qu'il faut faire», a dit Price.

«Je me sens bien. Le fait d'avoir joué tard au mois de juin fait en sorte qu'en débarquant dans un hockey de ce niveau, je suis à même de m'ajuster. Et c'est sûr que d'avoir trouvé rapidement une chimie avec mes compagnons de trio rend ça plus facile», a confié Crosby, qui a conquis la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh, ce printemps.

Et le voici reparti, depuis le premier jour du camp d'Équipe Canada, alliant intelligence et virtuosité aux côtés de Patrice Bergeron et Brad Marchand, qui ont chacun marqué un but. Quel trio ils forment ces trois-là!

Par le passé, trouver de bons ailiers pour Crosby était un casse-tête. Mais Bergeron, avec qui la complicité remonte au temps du Mondial junior, s'avère le meilleur complément pour lui.

«On communique beaucoup sur la glace et en dehors», a expliqué le Québécois. «J'essaie de jouer mon match en lisant bien ce qu'il fait. D'habitude il est un pas en avance sur tout le monde, donc il s'agit de bien lire ça et de me placer en position de bien l'aider. Il a été incroyable ce soir. Son énergie et son élan nous ont nourri.»

«C'est phénoménal de jouer au sein de la même équipe que Crosby», a reconnu Ryan O'Reilly. «Il est le meilleur joueur au monde. Certaines de ses passes... tout ce qu'il fait est à pleine vitesse. C'est notre capitaine, notre leader, et c'est un plaisir de le regarder.»

Price en grande forme

Si Crosby rappelle qu'il est encore là, Carey Price, lui, a démontré qu'il était de retour. La vedette du Tricolore a fait sa part pour éteindre les aspirations des Tchèques, surtout en début de match. Cela fait maintenant 224 minutes qu'il n'a pas accordé de but dans l'uniforme du Canada...

«Le jeu est très similaire à celui de Sotchi, sauf qu'avec la plus petite patinoire tout arrive plus vite, les joueurs ont moins de temps pour garder la rondelle», a noté Price. «Et ce soir, les gars ont rendu ça difficile pour les Tchèques de prendre la zone offensive.»

Après 10 mois d'absence, Price s'est montré rassurant en repoussant les 27 tirs auxquels il a fait face. «Il ne transforme pas rien en quelque chose. C'est toute une qualité à posséder pour un gardien»,  a souligné l'entraîneur-chef Mike Babcock, dont la troupe a rendez-vous avec les États-Unis mardi.

Joe Thornton, Jonathan Toews et Alex Pietrangelo ont aussi touché la cible pour les Canadiens. Carey Price s'est quant à lui montré rassurant en repoussant les 27 tirs auxquels il a fait face. Michael Neuvirth a effectué 44 arrêts dans une cause perdante.  Avec La Presse canadienne

Les Américains déjà dans le pétrin

Jaroslav Halak a réalisé 35 arrêts.... (La Presse canadienne, Nathan Denette) - image 3.0

Agrandir

Jaroslav Halak a réalisé 35 arrêts.

La Presse canadienne, Nathan Denette

Vaincus 3-0 lors du tout premier match du tournoi de la Coupe du monde, les États-Unis sont déjà dans le pétrin. De sérieuses gaffes ont mené aux deux premiers buts d'Équipe Europe, qui n'a obtenu que 14 lancers au but.

Pendant que Jonathan Quick s'avouait vaincu sur trois des neuf premiers tirs, Jaroslav Halak se dressait à l'autre bout - particulièrement en troisième période - pour réaliser 35 arrêts. Cette défaite force les États-Unis à vaincre le Canada mardi, sans quoi ils devront espérer qu'il y ait un bris pour accéder à la ronde éliminatoire. Or, le différentiel de - 3 qu'ils viennent d'encaisser complique leur position.

«Nous sommes maintenant à la traîne dans ce tournoi», a convenu l'entraîneur-chef John Tortorella. «Ce n'est pas une position dans laquelle nous voulions nous retrouver, c'est une position très dangereuse, mais c'est là que nous en sommes. Il faut qu'on reste groupés.»

Tortorella a surpris en retranchant Dustin Byfuglien... même si celui-ci est le défenseur le plus productif dont il dispose. En matchs préparatoires, il a tenté sans trop de succès d'employer Byfuglien à l'attaque, un concept mis au rancart depuis longtemps par les Jets de Winnipeg. Le coach a préféré s'en remettre à Jack Johnson, qui joue pour lui à Columbus.

«Ce n'est rien de négatif à propos de Buff, nous avons simplement décidé d'y aller avec cette formation», a expliqué Tortorella. Fait à noter : il avait clairement prévenu ses joueurs des conséquences auxquelles ils s'exposaient s'ils manifestaient durant l'hymne national américain. Or, jeudi, Byfuglien a dit à Yahoo Sports qu'il n'en faisait pas grand cas. «Tout le monde a le droit de faire ce qu'il veut», a soutenu le colosse afro-américain. «Torts peut dire des trucs, il a le droit de faire ce qu'il veut. Pour la plupart, les gars vont se lever et honorer le drapeau.»  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer