L'honneur de jouer pour le Canada

L'Américain Justin Abdelkader a goûté à la médecine... (La Presse canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

L'Américain Justin Abdelkader a goûté à la médecine du Canadien Jay Bouwmeester (4) devant le filet de Braydon Holtby lors du match préparatoire de samedi à Ottawa.

La Presse canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Jay Bouwmeester a de nouveau été appelé en renfort par Équipe Canada à la Coupe du monde de hockey, mais ça ne le dérange pas.

Bouwmeester, Corey Perry et Logan Couture avaient tous été écartés de la formation canadienne pour ce tournoi après le dévoilement initial de l'équipe, mais comme le dit l'adage, mieux vaut tard que jamais.

Le hockeyeur de 32 ans avait aussi été ajouté au dernier moment lors de la Coupe du monde de 2004 à la suite d'une blessure au défenseur Chris Pronger, et il avait disputé quatre matchs.

«C'était une situation complètement différente parce qu'à l'époque, j'avais 20 ans et que j'entrais dans un vestiaire dans lequel se trouvaient Mario Lemieux et Joe Sakic», a rappelé le vétéran de 13 saisons dans la LNH. «C'était cool de pouvoir fréquenter ces gars-là, mais Scott Hannan et moi étions en quelque sorte les septième et huitième défenseurs, et j'ai finalement pu jouer à cause des blessures. L'expérience avait été fantastique.»

Cette fois-ci, Bouwmeester est le vétéran dans le vestiaire. À 32 ans, il est le deuxième joueur le plus âgé d'Équipe Canada après Joe Thornton (37). Le joueur des Sharks de San Jose est le seul dans cette équipe à avoir représenté le pays lors de la Coupe du monde de hockey en 2004.

Bouwmeester et Couture ont répété les propos de Perry, qui a déclaré que c'était un honneur de simplement pouvoir revêtir le chandail orné de la feuille d'érable. «Je suis ici, c'est tout ce qui compte», a confié Perry, lundi.

La satisfaction du devoir accompli

Même s'il a été invité au dernier moment, Bouwmeester a assuré qu'il était prêt pour le camp d'entraînement et s'est dit satisfait de sa performance dans la victoire de 5-2 du Canada contre les États-Unis, samedi soir à Ottawa - où il a marqué un but en 15:51 de temps de jeu.

Le fait que l'entraîneur-chef d'Équipe Canada, Mike Babcock, connaisse Bouwmeester en raison de sa participation aux précédents tournois internationaux a probablement joué en sa faveur. Le défenseur des Blues de St. Louis a fait partie de la formation canadienne qui a remporté le tournoi olympique à Sotchi en 2014 ainsi que le Championnat du monde de 2004 - chaque fois sous l'égide de Babcock.

«J'ai dirigé "Bo" à maintes reprises; c'est un très bon joueur, il couvre bien la patinoire et possède un très bon sens du jeu», a confié Babcock à propos de Bouwmeester. «"Bo" apporte quelque chose à l'équipe nationale - il ne se préoccupe de rien sauf de jouer comme "Bo" en est capable, et c'est ce qu'il aime et ce qui le rend aussi bon. Je crois qu'il est un très bon joueur.»

Équipe Canada complétera sa tournée préparatoire mercredi soir en affrontant la Russie à Pittsburgh. Babcock a déclaré qu'il attendra à mardi avant de dévoiler l'identité de son gardien partant.

L'impressionnante brigade défensive de la Suède

Victor Hedman est impressionné par la ligne bleue... (AP, Gene J. Puskar) - image 3.0

Agrandir

Victor Hedman est impressionné par la ligne bleue suédoise en vue de la Coupe du monde.

AP, Gene J. Puskar

Même à titre de l'un des meilleurs défenseurs de la Ligue nationale de hockey, Victor Hedman est impressionné par la ligne bleue suédoise en vue de la Coupe du monde.

Il observe le double vainqueur du trophée Norris Erik Karlsson ainsi que le potentiel futur gagnant du trophée Oliver Ekman-Larsson diriger l'attaque à cinq et il partage ses présences avec son coéquipier au sein du Lightning de Tampa Bay, Anton Stralman, souhaitant recréer la même chimie qui a permis à l'équipe d'atteindre la finale de la Coupe Stanley en 2015.

Puis, il voit le triple gagnant de cette coupe avec les Blackhawks de Chicago, Niklas Hjalmarsson, bloquer des lancers, tandis que Mattias Ekholm et Hampus Lindholm passent la rondelle partout sur la patinoire. La défensive de la Suède pourrait s'avérer l'une des meilleures jamais assemblées sur la scène internationale.

«La compétition à l'interne, particulièrement à la ligne bleue, est plutôt remarquable, a souligné Hedman. Quand vous voyez les noms des gars qui ont été retranchés, ça vous fait apprécier d'y prendre part.»

John Klingberg, des Stars de Dallas, et sixième au scrutin du trophée Norris, l'an dernier, n'a pas été retenu, même si la Suède a déjà utilisé un rappel pour blessures en raison de l'absence de Niklas Kronwall. La grandeur de la défensive suédoise ne se trouve pas seulement au niveau de sa profondeur, mais également de sa diversité.

Infatigable producteur de points

Karlsson, le capitaine des Sénateurs d'Ottawa, est un producteur de points qui peut disputer 30 minutes par rencontre, tout comme Hedman, un géant de 6'6'' qui est un habile patineur pour un joueur de son gabarit. Ekman-Larsson, des Coyotes de l'Arizona, est un complément à ces deux joueurs, lui qui tente d'employer le style du membre du Temple de la renommée Nicklas Lidstrom.

«Nous sommes très heureux de pouvoir compter sur un si grand nombre de défenseurs aux styles aussi variés pour compléter notre formation, a admis l'entraîneur-chef Rickard Gronborg. Nous avons d'excellents joueurs qui ne font pas partie de l'équipe, mais nous devons trancher quelque part. Les gars retenus sont ceux jugés les plus aptes à nous aider dans ce tournoi.»

La Suède a atteint la finale des Jeux de Sotchi, sans Hedman et Stralman et tout en laissant Ekman-Larsson dans les estrades. Cette défensive est plus talentueuse et a encore plus de profondeur.

«Je pense que nous avons un peu plus d'expérience également, a indiqué Karlsson. La plupart des gars ici ont joué aux Jeux et c'était il y a deux ans. Tout le monde a gagné en maturité et en expérience depuis. Nous comptons sur un meilleur groupe de défenseurs qu'il y a deux ans.»

Henrik Lundqvist, l'un des grands responsables des succès de la Suède aux Jeux de Sotchi et qui a gagné l'or aux Jeux de Turin, en 2006, a indiqué qu'il était difficile de juger de la qualité de ce groupe par rapport à ceux avec lesquels il a joué par le passé. Mais le gardien des Rangers de New York est fier de l'héritage défensif de son pays.  Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer