Un duo de l'Équipe Europe qui se connaît

L'ancien gardien du Canadien Jaroslav Halak convient que... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'ancien gardien du Canadien Jaroslav Halak convient que le plus grand défi de l'équipe européenne - formée de joueurs provenant de huit pays - sera de trouver rapidement sa cohésion.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Défendant tous les deux les couleurs des Islanders de New York dans la LNH, les gardiens d'Équipe Europe, Jaroslav Halak et Thomas Greiss, ont l'habitude de se reposer l'un sur l'autre pour le bien de leur équipe. Le Slovaque et l'Allemand devront resserrer encore davantage les rangs pendant la Coupe du monde en l'absence de Frederik Andersen, qui a dû déclarer forfait en raison d'une blessure au haut du corps.

Le portier des Maple Leafs sera tenu hors de l'action pour une période allant de trois à quatre semaines, ce qui exclut sa participation au tournoi. Équipe Europe annoncera l'identité du remplaçant du Danois en matinée, mardi.

«Je suis habitué de jouer avec Thomas pendant la saison. Avec Frederik qui a dû se retirer, on devra élever notre jeu d'un cran. Peu importe qui jouera, on devra être à la hauteur et s'encourager mutuellement», a convenu Halak, au terme du premier entraînement de la sélection européenne au Centre Vidéotron, lundi.

Importante préparation

Même si l'hétéroclite formation fait effet de négligée en vue de la Coupe du monde, l'ancien gardien du Canadien se veut positif quant à ses chances d'avancer en demi-finale. Selon lui, la clé de son succès sera la préparation.

«Si on regarde dans ce vestiaire, je pense qu'on retrouve de bons joueurs de hockey. Et nous avons trois matchs pour nous préparer. Bien sûr, on risque d'être rouillés lors du premier et du deuxième match. D'un autre côté, beaucoup de nos gars reviennent d'un tournoi de qualification olympique où ils ont joué déjà à un haut niveau de compétition. Notre premier entraînement avec un alignement complet sera donc important», a estimé le gardien, au sujet de la séance sur glace de mardi matin.

Halak n'hésite pas à identifier la formation canadienne comme étant grande favorite du tournoi, même s'il se méfie également des États-Unis, de la Russie, de la Suède et de la Finlande.

«Si on regarde toutes les équipes, tout le monde a une chance légitime de gagner. Tout le monde a une bonne équipe. Ce sera difficile. Ce sera une bonne compétition pour tout le monde et un bon début de saison pour nous.»

Dans un contexte aussi relevé, il ne sera pas évident pour la sélection européenne, qui compte des joueurs provenant de huit pays, de trouver sa cohésion, contrairement à des superpuissances aguerries sur le plan international.

«C'est toujours un défi d'apprendre à se connaître sur la glace. On aura trois matchs pour le faire. Et dès le 17 septembre, on commence le tournoi contre les États-Unis. Ce sera un départ difficile pour nous. Je le répète, il n'y aura pas de match facile à la Coupe du monde», a martelé Halak, rappelant qu'Équipe Europe faisait partie du très compétitif groupe A, en compagnie du Canada, des États-Unis et de la République tchèque.

La langue et le caractère en commun

L'entraîneur-chef de l'Équipe Europe Ralph Krueger... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'Équipe Europe Ralph Krueger

Le Soleil, Erick Labbé

Une douzaine de joueurs d'Équipe Europe ont pris la glace pour la première fois au Centre Vidéotron lundi, où s'amorçait le camp de la formation en vue de la Coupe du monde de hockey. Composée de joueurs provenant de huit pays différents, la sélection européenne devra relever le défi de se trouver une identité commune d'ici l'ouverture de la compétition, le 17 septembre, à Toronto.

S'il convient qu'il s'agit d'un défi, l'entraîneur-chef Ralph Krueger a dit avoir confiance que ses joueurs, dont Zdeno Chara (Slovaquie, Bruins), Anze Kopitar (Slovénie, Kings) et Marian Hossa (Slovaquie, Blackhawks), parviennent à se souder dans les 10 prochains jours puisqu'ils possèdent deux dénominateurs communs : ils parlent tous anglais et se sont tous battus afin d'obtenir un poste dans la LNH.

«Ce sont tous des athlètes qui viennent de pays considérés comme ayant peu de chances de gagner, qui se sont présentés comme des négligés dans des camps d'entraînement, ont été repêchés dans des rondes tardives parce qu'ils ne viennent pas de pays prédominants et se sont battus pour faire leur place dans la LNH. Il y a tellement de caractère dans notre vestiaire!» a estimé Krueger, après un entraînement sur glace dirigé par ses adjoints Paul Maurice et Brad Shaw, qu'il a regardé des estrades en compagnie du directeur général, Miroslav Satan. 

La fierté de leur propre pays

Même s'il souhaite voir ses joueurs se rassembler sous la bannière de l'Europe, l'entraîneur-chef ne veut pas déposséder ces derniers de la fierté de défendre les couleurs de leurs pays respectifs. L'un n'exclut pas l'autre, croit-il d'ailleurs.

«Ils peuvent s'amener ici et être de fiers représentants de leur pays. [...] Ce sera de combiner tout cela qui sera une expérience particulière. Mais nous sentons une connexion immédiate, parce que tous ces pays sont habitués d'entrer dans des tournois en tant que négligés. Avec ce groupe, on peut toutefois regarder nos adversaires droit dans les yeux et jouer avec courage. Mon travail est de m'assurer qu'ils comprennent qu'il s'agit d'une opportunité rare», a noté un Krueger heureux de renouer avec la capitale, où il avait dirigé la Suisse, lors du Championnat du monde de l'IIHF, en 2008.

Le reste des joueurs d'Équipe Europe, qui participaient pour la plupart à un tournoi de qualification olympique en vue des Jeux de Pyongyang, devaient rallier Québec dans la journée de lundi.

Outre Équipe Europe à Québec, les sept autres formations de la Coupe du monde amorçaient elles aussi leur préparation en Amérique du Nord et en Europe, lundi. La formation nord-américaine des moins de 23 ans s'est notamment installée à Montréal. L'Europe et l'Amérique du Nord croiseront le fer pour une première fois en calendrier préparatoire au Centre Vidéotron jeudi, puis pour une seconde fois au Centre Bell dimanche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer