Allard chez les Predators

Frédéric Allard a été repêché en troisième ronde... (AFP, Bruce Bennett)

Agrandir

Frédéric Allard a été repêché en troisième ronde (78e au total) par les Predetors de Nashville, samedi, lors de la deuxième journée du repêchage de la LNH qui avait lieu à Buffalo.

AFP, Bruce Bennett

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Choisi par les Predators samedi matin, Frédéric Allard est déjà dans l'avion pour Nashville, dimanche. «Alors je ne pense pas retomber sur terre avant samedi prochain!» a confié le seul produit de la région de Québec repêché dans la LNH cette année.

Quand Le Soleil a joint Allard au téléphone, en fin de journée samedi, les huit nouvelles recrues des Predators étaient au domicile de Scott Nichol, le directeur du développement de l'équipe. Nichol et sa famille habitent Rochester, non loin de Buffalo.

Là où quelques heures plus tôt, au First Niagara Center, le club de Nashville avait fait du défenseur des Saguenéens de Chicoutimi une sélection de troisième ronde, 78e choix au total. Devant ses parents, son oncle, des amis : le natif du quartier Saint-Sauveur et son entourage formaient une délégation de 13 personnes! Sans compter l'entraîneur-chef des Sags et son adjoint, Yanick Jean et Jean-François Jolin, aussi dans l'aréna.

«J'en avais parlé avec mon agent et je pensais sortir entre le milieu de la deuxième ronde et le milieu de la troisième, et c'est pas mal ça qui s'est passé», explique celui qui a entendu son nom au micro au 17e rang du troisième tour.

«Le rang de repêchage, c'est juste un numéro. L'important, c'est d'être retenu par une équipe qui t'aime. Après, tu dois leur prouver qu'ils ont fait un bon choix. C'est une étape de plus vers la réalisation du rêve ultime. Mais j'avoue qu'après leur premier choix [Dante Fabbro, 17e] et Samuel Girard [Shawinigan, 47e], deux défenseurs, je ne m'attendais vraiment pas à ce que les Predators me choisissent», admet Allard.

Il s'en réjouit, pas de doute. Il fait déjà partie de la famille. Une «pépinière de défenseurs», souligne-t-il, qui a produit Shea Weber (2003), Roman Josi (2008) et Ryan Ellis (2009), sans oublier Ryan Suter (2003) et Seth Jones (2013), qui ne sont plus à Nashville.

Le directeur général David Poile, l'entraîneur-chef Peter Laviolette, Nichol et leurs nouveaux protégés repartent dès dimanche pour Nashville. Les Predators tiennent un camp de développement avec tests physiques, exercices sur glace et matchs simulés au menu de la semaine.

Allard se remet toutefois d'une fracture aux côtes et saura en arrivant là-bas, après une radiographie, quand il pourra de nouveau chausser les patins.

Auteur de 59 points en 64 matchs dans le junior majeur la saison dernière, d'aucuns comparent son style à celui de Kristopher Letang. Son brio à un contre n'a d'égal que sa volonté de gagner.

«Encore une grosse année dans le junior»

Celui qui aura 19 ans en décembre se donne «encore une grosse année dans le junior. Je ne monterai pas direct de même. J'ai encore du bagage à accumuler», indique Allard, ajoutant vouloir aussi prouver que les décideurs d'Équipe Canada Junior se sont trompés en l'écartant du camp estival.

D'ici là, il passera l'été à Québec et s'entraînera au PEPS de l'Université Laval en compagnie des Félix Girard, attaquant de Québec aussi repêché par Nashville en 2013, David Savard (Columbus, 2009) et Thomas Chabot (Ottawa, 2015).

Allard compte de plus approfondir sa culture de la musique country. Les journalistes de la capitale du country lui ont demandé s'il savait chanter, mais il a répondu préférer écouter.

Le dépisteur québécois des Predators s'appelle Jean-Philippe Glaude, 35 ans; a joué junior à Drummondvile, à l'UQTR et en France. Allard était le cinquième patineur de la LHJMQ choisi par Nashville au cours des deux derniers repêchages. Mike Ribeiro et Gabriel Bourque sont les autres Québécois dans l'organisation.

Motivation additionnelle pour Girard

C'est avec les Predators de Nashville que Samuel Girard va tenter de prouver que ceux qui doutent de sa capacité à s'illustrer parmi les géants ont tort. Le meilleur pointeur chez les défenseurs au pays a été choisi au milieu de la deuxième ronde samedi matin, au 47e échelon. Il était classé le 38e meilleur espoir chez les patineurs nord-américains par la Centrale de la LNH.

«Le stress vient de tomber. Je suis très heureux d'avoir été choisi par les Predators. C'est une équipe qui mise sur des défenseurs qui ne sont pas parmi les plus gros, mais qui bougent très bien la rondelle et qui sont mobiles. S'ils m'ont choisi, c'est qu'ils aiment mon style de jeu», indique Girard, qui reconnaît que l'attente a été un peu plus longue que souhaitée.

«J'aurais aimé sortir un peu plus de bonne heure, c'est certain. [...]À partir de maintenant, j'ai une motivation additionnelle, qui est d'essayer de prouver à ceux qui m'ont laissé passer qu'ils ont fait une erreur», poursuit celui qui est devenu il y a quelques semaines le deuxième lauréat de 17 ans de l'histoire de la LHJMQ à mettre la main sur le trophée Émile-Bouchard remis au défenseur par excellence. Le Nouvelliste

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer