Derniers adieux à Howe

La dépouille de Gordie Howe quitte la cathédrale... (La Presse Canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

La dépouille de Gordie Howe quitte la cathédrale Most Blessed Sacrament, qui avait accueilli le pape Jean-Paul II lors de sa visite à Detroit en 1987.

La Presse Canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Detroit

Le monde du hockey a fait ses derniers adieux au légendaire Gordie Howe à l'occasion de ses funérailles, mercredi.

Des membres du Panthéon, tels Wayne Gretzky, Guy Lafleur et Yvan Cournoyer, ainsi que des dirigeants comme Gary Bettman, Brian Burke et Glen Sather, étaient parmi les 900 personnes rassemblées à la cathédrale Most Blessed Sacrament. Il y avait aussi Scotty Bowman et Mike Babcock, jadis entraîneurs des Red Wings, ainsi que des joueurs des éditions passées et actuelle de la formation.

Chaleureuse, venant du coeur et faisant place à des anecdotes amusantes, l'éloge funèbre est venue de Murray Howe, l'un des quatre enfants de «M. Hockey».

«Il y a beaucoup de superlatifs qui viennent en tête pour décrire mon père», a t-il dit, ajoutant comme exemples sans peur, loyal, dur, gracieux, plaisantin et réfléchi.

«Il était irrésistible, a dit Murray. Les enfants et les dames âgées accouraient vers ses grands bras ouverts et son sourire taquin. Papa se nourrissait de leur amour et de leur énergie. Ça lui redonnait de l'entrain, peu importe à quel point il était fatigué ou endolori. Il donnait à tout le monde l'impression que vous étiez la personne la plus spéciale sur Terre.»

«Il n'arrivait jamais en retard, a t-il poursuivi. C'était un geste de courtoisie pour lui. Ça lui tenait à coeur d'arriver avant l'heure et de jaser avec quiconque était là, de s'informer s'il pouvait donner un coup de main. Avant les conférences où il faisait un discours, ce n'était pas surprenant de le voir aider les serveurs à préparer les tables.»

Murray s'est rappelé qu'il a un jour demandé à son père, qui a été victime d'un AVC en 2014, ce qu'il voulait qu'il dise dans son éloge funèbre. «Il a dit : "Voici finalement la fin de la troisième période." Puis il a ajouté : "J'espère qu'il y a une bonne équipe de hockey au ciel." Je lui ai dit, "Papa, quand t'auras rejoint l'équipe, ce ne sera pas juste une bonne équipe. Ce sera une grande équipe."»

Guy Lafleur a assisté aux funérailles de Gordie... (AP, Carlos Osorio) - image 2.0

Agrandir

Guy Lafleur a assisté aux funérailles de Gordie Howe mercredi à Detroit.

AP, Carlos Osorio

Un gentleman

Howe, un natif de Floral, en Saskatchewan, est décédé vendredi, à l'âge de 88 ans. Il avait été frappé d'une pneumonie au printemps. Il laisse dans le deuil ses enfants Murray, Mark, Marty et Cathy, ainsi que neuf petits-enfants. Sa femme Colleen est décédée en 2009 des suites de la maladie de Pick, une forme de démence.

«C'était un vrai gentleman», a dit Lafleur à son entrée dans l'église, mercredi. «Il était fabuleux. C'est incroyable ce qu'il a fait pour le hockey et pour la Ligue nationale.»

L'ancien des Red Wings et des Blackhawks Ted... (AP, Carlos Osorio) - image 3.0

Agrandir

L'ancien des Red Wings et des Blackhawks Ted Lindsay (à gauche), en compagnie de Wayne Gretzky 

AP, Carlos Osorio

Gretzky estime qu'il avait environ cinq ans quand il a vu Howe à la télé pour la première fois, devenant tout de suite un fidèle partisans de la vedette des Red Wings.

Il a plus tard reçu un chandail rouge et blanc numéro 9, qui reste son cadeau de Noël préféré à vie. «J'ai été très chanceux», a dit Gretzky au sujet de Howe, un ami de longue date. «Ce n'est pas tout le monde qui rencontre leur héros et parfois quand ça arrive, ce n'est pas aussi plaisant que vous le pensiez. Mais dans mon cas, j'ai été très chanceux qu'il s'est adonné que le mien était vraiment exceptionnel.»

Mark Howe, un des fils du légendaire numéro... (AP, Carlos Osorio) - image 4.0

Agrandir

Mark Howe, un des fils du légendaire numéro 9 des Red Wings, reçoit l'accolade du révérend JJ Mech après le service funèbre. 

AP, Carlos Osorio

Howe a joué pour les Red Wings pendant la majeure partie de sa carrière, qui s'est étalée de 1946 à 1980. Il a établi des records de la LNH avec 801 buts et 1850 points, obtenant six fois chacun les trophées Hart et Art Ross.

Reconnu pour ses coups de coude, il était très coriace sur la glace, mais en dehors, il était d'un naturel gentil et discret. «Il était formidable, a dit Gretzky. Il ne demandait jamais rien des autres, mais il était prêt à aider qui que ce soit.»

Située à 10 km du domicile des Wings, la cathédrale Most Blessed Sacrament avait accueilli le pape Jean-Paul II en 1987.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer