Gordie Howe: une légende s'éteint

  • 1974 (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    1974

    Photothèque La Presse

  • 1 / 12
  • La couverture du livre Mr Hockey (Photothèque La Presse, PC/Horton Neue Studios)

    Plein écran

    La couverture du livre Mr Hockey

    Photothèque La Presse, PC/Horton Neue Studios

  • 2 / 12
  • Au Forum de Montréal en 1967 (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Au Forum de Montréal en 1967

    Photothèque La Presse

  • 3 / 12
  • En 1989, Gordie Howe a félicité Wayne Gretzky qui venait de battre son record de buts. (PC)

    Plein écran

    En 1989, Gordie Howe a félicité Wayne Gretzky qui venait de battre son record de buts.

    PC

  • 4 / 12
  • Jean Béliveau et Gordie Howe en 2007. (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau et Gordie Howe en 2007.

    Photothèque La Presse

  • 5 / 12
  • Au Forum de Montréal en 1967 (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Au Forum de Montréal en 1967

    Photothèque La Presse

  • 6 / 12
  • Gordie Howe a subi une commotion cérébrale à la suite d'un coup de bâton d'Eddie Shack des Maple Leafs de Toronto. Howe a reçu 12 points de suture pour refermer la plaie et les Wings ont perdu le match 6-4. En janvier 1960. (PC)

    Plein écran

    Gordie Howe a subi une commotion cérébrale à la suite d'un coup de bâton d'Eddie Shack des Maple Leafs de Toronto. Howe a reçu 12 points de suture pour refermer la plaie et les Wings ont perdu le match 6-4. En janvier 1960.

    PC

  • 7 / 12
  •  (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Photothèque La Presse

  • 8 / 12
  • Gordie Howe célèbre son 600e but compté durant un match entre les Red Wings de Detroit et le Canadien au Forum de Montréal. 27 novembre 1965 (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Gordie Howe célèbre son 600e but compté durant un match entre les Red Wings de Detroit et le Canadien au Forum de Montréal. 27 novembre 1965

    Photothèque La Presse

  • 9 / 12
  • Mark Howe des Flyers a reçu le trophée Emery Edge des mains de son père Gordie Howe. 1986 (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Mark Howe des Flyers a reçu le trophée Emery Edge des mains de son père Gordie Howe. 1986

    Photothèque La Presse

  • 10 / 12
  • Une partie des étoiles de la LNH en 1997 (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    Une partie des étoiles de la LNH en 1997

    Photothèque La Presse

  • 11 / 12
  • GordieHowe, JeanBeliveau et BobbyHull (Photothèque La Presse)

    Plein écran

    GordieHowe, JeanBeliveau et BobbyHull

    Photothèque La Presse

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Gordie Howe, qui a vu le jour dans un modeste village de la banlieue de Saskatoon avant de devenir une légende du hockey, n'est plus. Il s'est éteint, vendredi matin, entouré des membres de sa famille. Il était âgé de 88 ans.

Né à Floral le 31 mars 1928, Howe a hérité du surnom «Monsieur Hockey» en raison de ses innombrables exploits, mais aussi de sa durabilité et de son impact sur le sport au Canada et aux États-Unis.

En 32 saisons complètes chez les professionnels, dont 26 dans la Ligue nationale de hockey, Howe a disputé 2187 matchs de saison régulière, totalisé 975 buts et 1383 mentions d'aide pour un grand total de 2358 points. À ce dossier s'ajoutent 231 points, dont 96 buts, en 235 parties des séries éliminatoires.

En 1767 rencontres dans la LNH, l'ex-ailier droit a inscrit 801 buts, un total que seul Wayne Gretzky (894) a surpassé, et amassé 1850 points, bon pour le troisième rang dans l'histoire du circuit derrière Gretzky (2857) et Mark Messier (1887).

Robuste

Nullement effrayé par le jeu robuste, bien au contraire, Howe a également accumulé 2084 minutes de punition, dont 1685 dans la LNH.

Indéniablement associé aux Red Wings de Detroit, avec lesquels il a joué de 1946 à 1971, Howe a mené l'organisation de la Ville de l'Automobile à quatre conquêtes de la coupe Stanley, en 1950, 1952, 1954 et 1955, et à la grande finale sept autres fois.

Membre de la fameuse «Production Line», en compagnie du centre Sid Abel et de l'ailier gauche Ted Lindsay, Howe a remporté six fois chacun les trophées Art-Ross (meilleur marqueur) et Hart (joueur par excellence de son équipe). Il a été nommé au sein des équipes d'étoiles en 21 occasions, dont 12 fois sur la première constellation.

Retraite... puis retour au jeu

Après avoir annoncé sa retraite à l'issue de la saison 1970-1971, Howe a effectué un retour au jeu pour le moins émotif, se joignant aux Aeros de Houston de l'Association mondiale de hockey, en 1973, afin d'évoluer avec ses fils Mark et Marty. Ce deuxième volet de sa carrière s'est terminé avec les Whalers de Hartford, dans la LNH, en 1979-1980 au vénérable âge de 52 ans.

Howe a disputé un dernier match professionnel le 3 octobre 1997 avec les Vipers de Detroit, dans la Ligue internationale de hockey. Il n'a effectué qu'une seule présence sur la glace, mais ce fut suffisant pour faire de cet incomparable athlète l'unique hockeyeur à avoir évolué sur la scène professionnelle lors de six décennies consécutives.

Temple de la renommée

Gordie Howe a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1972.

Howe laisse dans le deuil ses quatre enfants, Marty, Mark, Cathy et Murray. Ce dernier est seul de ses fils à ne pas avoir joué au hockey professionnel, choisissant plutôt de devenir un médecin.

L'épouse de Howe, Colleen, avec laquelle il a été marié pendant plus de 50 ans et qui a été sa gérante d'affaires, est décédée en mars 2009.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer