Pierre Dion garde un oeil sur le huard

Québecor veut toujours ramener les Nordiques dans la... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Québecor veut toujours ramener les Nordiques dans la Vieille Capitale, selon son grand patron Pierre Dion.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

En dépit des défis qu'elle présente, la baisse du dollar canadien ne sera pas suffisante pour inciter Québecor à se désister du processus d'expansion dans la LNH.

Pour son président et chef de la direction, Pierre Dion, la «destination demeure la même», soit de ramener les Nordiques dans la Vieille Capitale. «C'est là que je veux rassurer les gens», a-t-il dit, mercredi, en marge d'une allocution devant le Cercle finance et placement du Québec. «Sauf que c'est vrai que la réalité du dollar est toujours là.» Le grand patron du conglomérat québécois n'a toutefois pas caché qu'il vérifie quotidiennement les fluctuations du huard, qui, depuis la fin janvier, a repris du poil de la bête pour se hisser à environ 75 ¢ US.

Puisque le circuit Bettman exige des frais de 500 millions $US pour une équipe d'expansion, la valeur du dollar canadien pourrait avoir un impact considérable sur la facture que Québecor pourrait avoir à payer si on lui octroie une concession. Lorsque la LNH avait annoncé qu'elle évaluerait une éventuelle expansion, la valeur du huard oscillait aux alentours de 80 ¢ US.

Sans directement parler du retour des Nordiques, M. Dion a tout de même brièvement effleuré le dossier dans son discours en se disant «très heureux» de la récente remontée de la devise canadienne. Questionné par les journalistes, le grand patron de Québecor n'a toutefois pas voulu dire si le conglomérat pourrait avoir recours à des ententes de couverture afin de se protéger des fluctuations de la devise.

En ce qui a trait au processus d'expansion, auquel Las Vegas participe, M. Dion est resté fidèle à son message, réitérant que l'entreprise québécoise attendait toujours des nouvelles du circuit Bettman. «Il faudrait demander à la Ligue, nous on est dans l'attente», a-t-il répondu, lorsque questionné à savoir si le circuit Bettman avait demandé certains compléments d'information dans le cadre de son analyse.

Entre-temps, puisqu'il est de plus en plus probable que les sept équipes canadiennes rateront les séries, il devrait y avoir un impact négatif chez TVA Sports, a reconnu M. Dion. «Je ne peux pas vous le cacher. Mais notre contrat est de 12 ans. Le plan d'affaires n'a pas été seulement conçu sur un an ou deux.»

Néanmoins, cette situation n'entraînera pas de changements à la présentation des matchs, a assuré M. Dion, sans toutefois entrer dans les détails. De plus, TVA Sports, qui comptait près de 2 millions d'abonnés à la fin de 2015, ne devrait pas subir de recul à ce chapitre. «Les gens du Québec sont maniaques de hockey et notre engagement demeure le même.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer