La loterie de la LNH inchangée

L'Américain Auston Matthews, qui a joué en Suisse... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

L'Américain Auston Matthews, qui a joué en Suisse cette saison, est un des espoirs de premier plan qui seront disponibles pour le prochain repêchage.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Boca Raton

Les Oilers d'Edmonton flirtent encore cette saison avec les bas-fonds de la LNH et leurs chances sont bonnes d'obtenir le premier choix au repêchage pour une cinquième fois en sept ans. Malgré tout, les directeurs généraux du circuit n'ont vraisemblablement pas l'intention de changer les règles de la loterie du repêchage.

«Il n'y avait pas vraiment d'intérêt pour effectuer des changements», a expliqué le commissaire de la LNH, Gary Bettman, mercredi, après la troisième et dernière journée de rencontres entre les directeurs généraux en Floride.

La LNH a modifié son système de loterie il y a deux ans, abaissant les chances de l'équipe qui termine au dernier rang d'obtenir le premier choix. Lors de la loterie dans quelques semaines, il y aura trois tirages au sort pour les trois premiers choix.

«Il n'y a plus de raisons de vouloir perdre», a dit le directeur général des Sénateurs d'Ottawa, Bryan Murray. «C'était le cas avant. Mais maintenant, les chances ne sont pas nécessairement en votre faveur. Vous avez 20 % de chance. Si les Maple Leafs terminent au dernier rang, ils ont 20 % de chance seulement. Je pense que quiconque doute du système présentement a tort.»

Une règle anti-Oilers?

Certains directeurs généraux, incluant Doug Armstrong, des Blues de St. Louis, ont exprimé un intérêt pour ajouter une règle empêchant une équipe qui ne termine pas au dernier rang de gagner la loterie à plusieurs reprises sur une courte période de temps.

«La théorie est que si vous finissez en dernière place, vous avez une chance de gagner la loterie», a dit Armstrong à PostMedia. «Mais si vous n'avez pas terminé en dernière place et que vous gagnez la loterie, vous ne pourriez pas revivre le même scénario pendant cinq ans.» Cela empêcherait la répétition du scénario qui a vu les Oilers, 28e sur 30 la saison dernière, sélectionner Connor McDavid en 2015 après avoir parlé en premier en 2010, 2011 et 2012.

Cette idée n'a pas généré beaucoup d'intérêt. Les choses pourraient toutefois changer, surtout si les Oilers gagnent encore une fois la loterie et repêchent un autre espoir très prometteur en Auston Matthews. «Ce sont des choses qui peuvent se produire quand vous avez un système de loterie», a conclu Bettman.

Commotions: la LNH n'est pas la NFL

Dans la LNH, le sujet des commotions cérébrales demeure un sujet difficile à aborder. Aux médias assemblés en Floride pour la réunion des dg du circuit, le commissaire Gary Bettman a fait savoir qu'il ne voulait pas commenter en public le dossier des commotions cérébrales. «Tout d'abord, je ne crois pas qu'il soit nécessaire ou approprié pour moi de commenter sur ce que fait ou dit la NFL. «Deuxièmement, je pense qu'il est plutôt clair que jouer au hockey n'est pas la même chose que de jouer au football.» Plus tôt cette semaine, Jeff Miller, le vice-président senior à la sécurité et à la santé des joueurs de la NFL, avait fait jaser, déclarant devant un comité du Congrès américain étudiant le dossier des commotions cérébrales, que les recherches effectuées sur les cerveaux d'ex-joueurs de football de la NFL ont «certainement» démontré un lien entre la pratique de ce sport et l'encéphalopathie traumatique chronique (ETC).  Avec La Presse 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer